AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Dim 10 Mar - 14:16


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


La porte d'entrée claqua sous un bruit assourdissant qui fit sursauter ma mère dans la cuisine. Je retirais mes baskets pleines de boue sans aucune délicatesse avant de les lancer dans un placard qui nous servaient à ranger les chaussures à l'entrée. J'avais déjà entrepris de me cacher toute la journée dans ma chambre mais ma mère m'interpella sèchement. "Je t'ai appris la politesse Judi non ? Alors viens me dire bonjour au lieu de filer comme un voleur dans ta chambre." Un soupir d'exaspération s'empara de moi, avant que je n'aille embrasser ma mère sur la joue."Maman je reviens du sport. Je transpire de partout et je sens mauvais !" Je ne la laissais pas répondre, je filais en quatrième vitesse dans ma chambre. Il me fallait une bonne douche histoire de sentir autre chose que la sueur et de me rafraîchir un peu. La sonnette de la porte d'entrée retentit soudainement. J'entendis ma mère se précipiter pour ouvrir la porte. Sans doute encore l'un de ses nombreux amants. Encore un abrutis. Je haïssais le comportement volage de ma mère ces temps-ci depuis que mon père était partis. Mais que pouvais-je faire à par le supplier de revenir et ainsi de raisonner ma mère ? Vous savez ce n'est pas drôle tous les jours d'entendre les murs de sa chambre vibrer sous les gémissements plaintifs de sa mère. C'est même dégoûtant. Heureusement que mon petit déjeuner de ce matin ne comportait qu'un verre de lait. "Judi ! C'est Sookie ! J'espère que tu n'es pas tout nu !" Hein ? Elle plaisante j'espère ? Puis qu'est-ce qu'elle vient de dire ? Voilà comment ma mère m'humiliait davantage devant mes amis. Évidemment elle ne le faisait pas exprès. Elle me prenait encore pour un môme de cinq ans. J'en avais vingt-deux et cela en devenait inquiétant. Elle venait de briser ma dignité en deux minutes. Ma chambre était un vrai champs de bataille, je n'avais nullement eu le temps de prendre une douche. En deux secondes je balançais mon tee-shirt imprégné de transpiration dans mon armoire avant de sortir un débardeur qui ne ressemblait à rien. La porte de ma chambre s'ouvrit à mon grand étonnement. Mes cheveux était encore trempé, ma tenue débraillée, quand à ma chambre il n'y avait pas de mot pour qualifier ce désordre. Le problème avec Sookie c'est que je l'apprécie un peu trop pour qu'elle me voit dans ce genre de situation. Certes, elle en avait l'habitude mais cela m’embarrassait. Elle avait également le don d'apparaitre par enchantement sans même vous prévenir c'était tellement déstabilisant. De toute façon le mal était fais, puis on ne pouvait pas faire pire que ma mère question humiliation. "Sookie cela serait tellement gratifiant de ta part si tu prévenais avant de venir." Une fois de plus je soupirais avant de m'avachir sur mon lit. "Tu aurais pu au moins frapper, imagine j'étais nu. Je crois que je ne m'en serrais jamais remis." Cette subite pensée me fit rougir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Dim 10 Mar - 15:14

sookie & judi

Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas autant ennuyé. Et pourtant elle avait de quoi faire hein, elle avait fait un tour sur l'ordinateur pour voir son compte facebook et twitter, partager quelques photos et vidéos, bavarder avec quelques amis, ensuite elle était aller voir dehors mais manque de chance pour elle, il pleuvait. Ses amies l'avaient appeler à la suite de ça pour aller voir le dernier film sorti, un film d'amour. Sookie refusa directement. Tous ces films romantiques qui ne servaient qu'a nous fourrer dans le crâne des choses complètement irrationnels et faux, comme quoi une fille malgré le fait que son corps n'est pas parfait et que son visage n'est pas aussi beau qu'Eva Longoria réussit à sortir avec le plus populaire et canon du lycée. Sookie soupirait, il était hors de question qu'elle aille voir ça. Elle aurait eu le blues toute la semaine à cause de ce film. Bien sur, ses amies ne comprirent pas sa décision et ça ne l'étonnait pas du tout. Elle ne voyait que quelqu'un dans cette foutu ville qui aurait pu la comprendre, son Judi. Son meilleur ami depuis la nuit des temps, le seul qui peut vraiment la comprendre sur ce sujet là. Elle voulait le voir maintenant, pas que pour parler de ça mais parce qu'elle avait envie de sentir sa présence à son côté. Il lui apportait beaucoup sans s'en rendre compte.

Elle prit sa voiture et partit direction sa maison. Il vivait toujours dans la maison de sa mère mais ça ne m'avait jamais embêté plus que ça, sa mère le charriait assez souvent mais c'est le rôle d'une mère n'est-ce pas ? Sookie se surprit à regarder la tête qu'elle avait dans son rétroviseur, pour vérifier qu'elle était un temps soit peu présentable. Bon sang, ce n'était que son meilleur ami, qu'elle soit présentable ou non, cela ne faisait aucune importance. Sookie se reprit, sortit de sa voiture et alla sonner à la pote. Elle patienta quelques secondes avant de tombez nez à nez avec la mère de Judi. Elle lui sourit et la fit entrer de suite pour éviter de la laisser trop longtemps sous la pluie. « Judi ! C'est Sookie ! J'espère que tu n'es pas tout nu ! » fit-elle. Sookie se retint de rire, sa mère avait vraiment un don pour mettre très mal à l'aise son fils. Le pauvre Judi, elle l'imaginait déjà tout rouge dans sa chambre en se demandant qu'est ce qu'il avait fait de si mal dans sa vie pour mériter ça.

Sookie prit les escaliers et poussa la porte de la chambre de Judi pour le découvrir au centre de la pièce, les cheveux pleins de sueur, un débardeur qui laissait entrevoir le haut de son torse ainsi qu'un jogging. La rouquine se souvint vaguement que c'était le jour où Judi faisait son sport, elle était trop occupé à observer les joues de Judi qui rougissait un peu. Elle se mit à sourire quand elle l'entendit se plaindre. « Mais avoue que si je ne t'aurais pas prévenu de ma visite, ça aurait été beaucoup moins drôle à voir ! fit-elle d'une voix douce. Moi non plus je ne m'en serais pas remise de te voir nu mais je pense pas que ça m'aurait déplu. » Cette phrase sortit toute seule de sa bouche et elle la regretta tout de suite après. Elle s'esclaffait légèrement, sentant qu'à son tour ses joues chauffaient, et posa ses lèvres sur sa joue pour un énorme bisou, pour se faire pardonner de ne pas l'avoir prévenu de sa visite.

Elle observait alors l'endroit dans laquelle elle se trouvait. Une chambre de garçon quoi, rien d'anormal. Elle n'avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois qu'elle était venue. Elle sourit, ah ce Judi ne changera jamais hein. Elle se tournait vers lui et le regardait de haut en bas. « Mais apparemment je t'ai empêché de prendre ta douche, je suis désolée. Si tu veux la prendre maintenant, je ne t'en empêche pas. Je resterais sagement ici à t'attendre. » lui dit-elle en souriant. Elle prenait ses aises sur son lit en s'allongeant et mettant sa tête sur son oreiller pour bien lui montrer qu'il fallait pas qu'il se sente gêner de la laisser toute seule et qu'elle pouvait bien l'attendre dix minutes, juste le temps d'une douche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Dim 10 Mar - 20:26


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


Je cachais tant bien que mal mes joues empourprées par la timidité qui ne cessait de chambouler ma vie à chaque fois que j'avais un mot ou une pensée de travers. Cependant avec Sookie c'était différent. Je pouvais être moi-même. Enfin disons que j'avais la possibilité de me montrer sous mon vrai jour. Non pas que je jouais sur deux personnalité, loin de là mais au moins je pouvais paraître tout aussi dingue que je l'étais habituellement. Puis au moins inutile de caché mon inexpérience envers la gente féminine étant donné que Sookie était dans le même cas que moi. Nous étions deux paumés qui avait finis par se retrouver. Je remerciais la vie d'avoir mis cette femme pleine de vie sur mon chemin. Mais par moment je pensais tout autrement. J'avais l'impression que notre relation amicale évoluait chaque jour et devenait bien plus que fusionnelle si bien que j'avais de plus en plus du mal à me comporter normalement avec elle. Peut-être que tout ceci n'était que le fruit de mon imagination ? Je l'espérais très sincèrement car je ne voulais en aucun cas perdre cette amitié qui était extrêmement chère à mes yeux. Je relevais maladroitement la tête vers Sookie pour lui sourire de toutes mes dents. "Mais avoue que si je ne t'aurais pas prévenu de ma visite, ça aurait été beaucoup moins drôle à voir !" Elle n'avait pas tort. Après tout c'était habituel chez moi de me faire constamment surprendre. "Certes, d'autant plus que tu n'aurais pas eu cette joie immense d'entendre ma mère annoncé de vive voix que son fils serait sans doute à poil ! Qu'est-ce que j'ai bien pu faire au Bon Dieu pour mérité une pareille humiliation !" D'ailleurs vu comment tout ceci était partis j'étais persuadé que ma chère et tendre mère serait à nouveau prête pour placer quelques propos rabaissant au travers d'une conversation. Elle allait de toute façon une nouvelle fois pointé le bout de son nez. Elle s’imaginait des trucs pas possible lorsque je me retrouvais seul avec une fille dans ma chambre. Comme-ci j'étais ce genre d'homme. J'avais tout de même un minimum d'éducation et surtout aucune expérience en la matière. "Moi non plus je ne m'en serais pas remise de te voir nu mais je pense pas que ça m'aurait déplu." Et mince c'était la phrase de trop. J'aurais pu m'étouffer avec ma salive mais je ne fis rien. Au lieu de cela mon regard se perdit non loin de ma fenêtre ou je pouvais admirer comme bon me semble mon voisinage quelque peu loufoque. Il n'y avait rien à ajouter. De toute façon lorsque l'on parlait de nudité j'étais le premier à exclamer haut et fort que j'étais d'une pudeur inébranlable. Je sentis une douceur chaleur m'envahir lorsque ses lèvres se posèrent sur ma joue. Un sourire béat s'empara se mes lèvres. Qu'est-ce que je pouvais être niais par moment. Je n'avais pas l'air de sentir aussi mauvais que je ne le pensais. J'avais tellement pris goût sur le terrain de Handball ce matin que j'en avais oublié toutes ces histoires de famille qui me bouffaient intérieurement. "Mais apparemment je t'ai empêché de prendre ta douche, je suis désolée. Si tu veux la prendre maintenant, je ne t'en empêche pas. Je resterais sagement ici à t'attendre." Sauf que je ne voyais pas l'idée aussi bonne qu'elle l'entendait. Puis surtout je ne voulais pas la voir se balader dans ma chambre pendant mon absence. Une chambre de garçon recèle souvent bien des choses compromettantes. Sans peser mes mots je lui répondis gaiement. "Seul sous la douche alors que j'aurais en mémoire dans ma chambre une femme attendant sagement que je revienne ? Hum...Je pourrais faire des choses pas très...Non je préfère pas y penser finalement ! Cela ne m'arrange pas de traîner avec le voisin. Il pervertit mon esprit !" C'est ainsi que sans crier garde je sautais sur Sookie pour lui donner des centaines de baisers sur la joue. A vrai dire j'avais l'impression de me dépatouiller sous cette immense chevelure rousse qui cachait son visage au rythme de ses éclats de rire. Malheureusement Mme Hämäläinen fit son entrer. Elle fit tomber une pile de linge surprise par la vision qu'elle venait d’apercevoir. Son fils sur son lit avachit sur une fille. Certes, les adultes ont des pensées parfois douteuses. "Oh ! Excusez moi ! Judi je voulais te ramener ton linge propre." Honteux je repris ma position initiale avant de retrouver une tonne de slip traîner sur le sol. Une pensée cruelle me traversa. Je désirais plus que tout étrangler ma mère.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Lun 11 Mar - 16:16

sookie & judi

A la suite de sa proposition - qu'il aille prendre sa douche, comme il l'avait prévu - il répondit d'une voix sérieuse: "Seul sous la douche alors que j'aurais en mémoire dans ma chambre une femme attendant sagement que je revienne ? Hum...Je pourrais faire des choses pas très...Non je préfère pas y penser finalement ! Cela ne m'arrange pas de traîner avec le voisin. Il pervertit mon esprit !" Sookie sentait ses joues devenir de plus en plus chaudes à la suite de cette réponse. Comment devait-elle la prendre d'ailleurs ? Bien ou mal ? L'idée qu'il dise ça lui faisait plaisir d'un côté, et de l'autre moyennement. Cela voulait dire qu'il la trouvait bien physiquement, sinon jamais il aurait balancé ça - ce qui est plutôt un bon point. Mais d'autre part, ça veut peut-être dire qu'il la voit que comme ça, une de ces amies plutôt mignonne ? C'est vrai, il faut qu'elle se mette dans sa tête, que lui et elle ne seront jamais que deux amis, et il le faut d'ailleurs. La rouquine ne veut absolument pas perdre cette amitié qui représente tellement pour elle, mais ces nouveaux sentiments qu'elle a pour Judi la confuse totalement.

Elle voulut répondre quelque chose à ce qu'il venait de dire mais Judi ne lui en laissa pas vraiment le temps et sans crier garde il sauta sur Sookie, toujours allongée sur le lit et qui ne s'y attendait pas franchement, pour lui faire des centaines de bisous sur la joue. Une pensée lui vint soudain à l'esprit, comme quoi si il débordait et que l'un de ces baisers tombait sur ses lèvres, elle serrait aux anges, mais cette pensée repartit aussi vite que comme elle était venue. Sookie ne s'arrêtait pas de rire, elle se débattait pour pouvoir échapper à ses bisous mais n'eut pas le temps d'arriver à ses fins. La mère de Judi entra dans la pièce et surement surprise par la vue qu'elle devait avoir sous les yeux, lâcha la caisse à linges qu'elle avait dans les mains quelques instants plus tôt. "Oh ! Excusez moi ! Judi je voulais te ramener ton linge propre." A la suite de ça, Judi se releva et s'assit sur son lit, droit comme un piquet un peu honteux de la position dans laquelle sa mère les avait trouver.

Sookie se relevait et penchait sa tête au dessus du lit pour voir plusieurs slips appartenant apparemment à Judi par terre. Ses yeux furent captés par l'un d'eux en particulier. Elle fronçait les sourcils avant de sourire. Elle se levait du lit pour pouvoir le choper de ses mains, rigola doucement avant de pousser Judi pour l'allonger sur le matelas avant de s’asseoir sur le torse de celui-ci. Je laissais aller mes mains sur le logo inscrit au centre du slip. « Judi chéri, je ne savais pas que tu étais fan de Batman ? » fit-elle avant de rire. Elle ne se moquait pas du tout de lui, elle trouvait ça plutôt classe d'ailleurs, mais la situation dans laquelle l'avait mise sa mère l'avait bien fait marré quand même. Elle décidait de lui faire endurer ce que Judi lui avait fait quelques minutes auparavant: un millier de bisous déposés sur son visage, le haut de son torse et ses épaules. Etant assise sur celui-ci, Judi ne pouvait rien faire et était obligé de se laisser faire. Sookie souriait, heureuse de s'être vengé. Elle aurait voulu que ce moment dur une éternité mais elle ne voulait pas que Mme. Hämäläinen arrive encore une fois et mettre son meilleur ami plus mal à l'aise qu'il ne l'était déjà.

Elle quittait son lit pour s'installer sur le siège en face de son bureau, elle faisait plusieurs tours sur celui-ci les jambes levés en souriant comme une enfant avant de s'arrêter pour se retrouver en face de lui. « Et sinon, quoi de neuf dans ta vie ? Le sport à ce que je vois, ça se passe toujours bien, et côté filles ? T'en as rencontré une plutôt sympas ? » l'interrogea-t-elle le sourire aux lèvres. Elle espérait au fond du fond d'elle que la réponse était non mais elle voulait avant toute chose le bonheur de son meilleur ami et elle voulait vraiment qu'il rencontre quelqu'un, qu'il connaisse enfin l'amour, qu'il soit comme ces hommes amoureux dans les films: rêveur, heureux, un peu maladroit comme toujours... Elle le souhaitait vraiment, de tout son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Ven 15 Mar - 20:36


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


Comment voulez-vous vivre dignement avec une mère comme la mienne ? Désespéré par cette situation fort embarrassante je ne bougeais pas de mon lit tout en fixant les slips qui trainaient sur le sol. Malheureusement j'aurais désiré plus que tout que le Bon Dieu puisse me venir en aide afin de m'éviter cette catastrophe majeure mais hélas c'était bien trop tard. Sookie avait vu. Tout vu jusqu'à la moindre parcelle de mes sous-vêtements. J'étais tellement pathétique que cela me nouait aussitôt l'estomac. Mes oreilles prirent une teint rouge sous l'effet de l'embarras. J'étais particulièrement en colère contre ma mère. "Maman pour l'amour du ciel ne remet plus les pieds ici !" Je lisais dans son regard qu'elle était profondément navré pour cet incident. Malgré la lueur de désespoir qui se lisait dans ses prunelles ma colère avait extrêmement de mal à se dissiper. Elle referma la porte de ma chambre sous un "désolé" peu audible. Sookie décida d'intervenir sans que je puisse réellement empêcher tout commentaire humiliant. "Judi chéri, je ne savais pas que tu étais fan de Batman?" Et voilà qu'elle prenait un malin plaisir à se moquer de moi. Que voulez-vous que je lui réponds après cela ? J'étais tellement embarrassé surtout qu'elle venait de s'allonger sur moi sans aucune pudeur. Évidemment cette situation ne devrait nullement me gêné étant donné que Sookie était ma meilleure amie, mais ces temps-ci je me surprenais à penser autrement. Je la regardais d'une toute autre manière, je rêvais même d'elle. beaucoup trop. Je ne pouvais pas me le permettre. Enfin après sa réflexion quelque peu embarrassante, je savais me rétablir très vitre et répondre tout naturellement par un humour tout aussi grotesque que mes slips. "Je suis aussi fan de Superman, Spiderman. Mais je te rassure je ne porte pas tous les jours ce genre de sous-vêtements. D'ailleurs vu que tu viens de voir une partie de mon intimité, il va falloir être quitte. Tu devras me montrer tes petites culottes la prochaine fois que je viendrais chez toi. J'ai hâte!" lui adressais-je un sourire aguicheur aux lèvres. Qu'est-ce que je pouvais être lourd. Humour à deux balles. La vengeance est un plat qui se mange froid diction vieux comme le monde mais il fallait admettre que cette citation avait du sens. Elle me donna plusieurs baisers furtifs. Certes tout ceci avait un arrière goût de vengeance mais étrangement je le prenais bien. Tellement bien que j'en venais à rougir comme un pauvre puceau. Enfin je l'étais à vrai dire. Je priais le ciel pour que ma chère mère ne pointe pas le bout de son nez. Malheureusement tout se passa très vite. Si vite le temps que je reprenne ma respiration sous les chatouilles que ses baisers me procuraient. Pourquoi fallait-il que cela cesse ? Dommage. Je suivais Sookie du regard avant de la voir tournoyer sur ma chaise de bureau. Décidément elle avait cette âme enfantine tout comme moi. Je souris à cette vision. Mes yeux se perdirent alors sur la contemplation de mon plafond. Ce silence n'était pas pesant bien au contraire, plutôt apaisant. "Et sinon, quoi de neuf dans ta vie ? Le sport à ce que je vois, ça se passe toujours bien, et côté filles ? T'en as rencontré une plutôt sympas?" La question qui fâche. Enfin avec elle j'étais d'une certaine manière plus à l'aise pour répondre. Elle savait tout de moi tout comme elle reconnaissait lorsque je mentais. Toujours le regard suspendu au plafond de ma chambre je lui adressais sincèrement. "Tu sais je suis un cas désespéré Sookie. J'ai des amies mais cela ne va pas plus loin. Puis de toute façon il n'y a pas cette fameuse étincelle qui s’anime en moi lorsque je regarde ces filles." Je m'arrêtais un instant. J'aurais aimé lui dire qu'avec elle c'était différent. Étrange certes, mais différent. Je ne fis rien et repris aussitôt la parole. "Enfin quoiqu'il en soit je suis un éternel célibataire. Pour le sport cela me permet d'évacuer les soucis familiales qui trotte dans ma petite tête de blondinet. Sinon tu as rencontré quelqu'un ? Bon j'espère qu'il n'est pas aussi sexy que moi !" J'avais dis cela sous le ton de la plaisanterie mais je priais intérieurement qu'elle me dise non. Cette jalousie naissante qui me bouffait le cœur. C'était dangereux. Trop dangereux. Oublier, et encore oublier avant de trop s'attacher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Sam 16 Mar - 20:11

sookie & judi

Judi restait toujours allongé sur le lit, regardant le plafond intansément. Sookie en profitait pour l'observer, l'admirer. Il y a quelques temps, elle aurait dit "il est trop mignon avec sa petite bouille d'ange et avec ses cheveux en bataille". C'est toujours vrai, mais Sookie ne le regarde plus comme avant. Maintenant elle remarque combien son visage est beau, parfait, combien son corps l'attire, combien son sourire la met dans tous ses états et combien il fait battre son coeur quand il croise son regard. Elle devrait pas penser de cette manière mais elle ne peut pas s'en empêcher, et pourtant elle a essayé. Si elle venait à lui dire, ça gâcherait leur amitié puis Judi, même dit d'une voix douce, le non qui sortirait de sa douche lui briserait le coeur. Alors que leur amitié compte tellement à ses yeux. La meilleure pour elle. Si elle le perdait elle s'en voudrait à jamais. Elle ne se rend pas bien compte de la chance qu'elle a de l'avoir à ses côtés. C'est vrai comment elle ferait sans lui ? Elle serait seule au milieu de ces amoureux, de ces bêtes qui se jettent dessus dès qu'ils se retrouvent seuls. "J'en ai des frissons, rien que de l'imaginer." pensa-t-elle. C'est eux deux contre le reste du monde. Les deux seuls puceaux de la ville, du pays peut-être même. Avant elle en avait honte de ça. D'être la seule à n'avoir jamais été aimé quelqu'un, d'être toujours vierge. Puis elle a rencontré Judi puis sa manière de voir a changé. Elle n'était plus toute seule, elle pouvait se confier à quelqu'un. C'est d'ailleurs celui qui sait le plus de choses sur Sookie.

« Tu sais je suis un cas désespéré Sookie. J'ai des amies mais cela ne va pas plus loin. Puis de toute façon il n'y a pas cette fameuse étincelle qui s’anime en moi lorsque je regarde ces filles. » dit-il apparemment franchement. Une partie d'elle était heureuse de cette nouvelle. Qu'est ce qui n'allait donc pas chez elle ? C'est comme désirer le malheur de son meilleur ami, non ? Sookie se considérait comme une horrible personne à cet instant là. Mais bien sur, l'autre partie d'elle même était juste tellement triste, dégoûtée, en colère.. Pourquoi donc Judi, un homme qui a franchement tout pour lui ne trouvait pas quelqu'un ? "Peut-être parce qu'il l'a déjà trouvé mais qu'il a peur de lui avouer ?" s'imagina Sookie. Elle se retint de rire. Elle détestait se faire des films comme ça mais parfois ça faisait du bien de rêver un peu. « Tu es loin d'être un cas désespéré, tu tombes juste sur les mauvaises personnes mais Judi joli, on a tous quelqu'un sur cette Terre qui nous attend, qui est fait pour nous, notre âme-soeur à ce qu'il parait. » dit-elle en souriant. Elle ne voulait pas qu'il perde espoir, qu'il se dise qu'il ne trouvera jamais quelqu'un qui l'aime pour ce qu'il est. Parce que c'est faux.

« Enfin quoiqu'il en soit je suis un éternel célibataire. Pour le sport cela me permet d'évacuer les soucis familiales qui trotte dans ma petite tête de blondinet. Sinon tu as rencontré quelqu'un ? Bon j'espère qu'il n'est pas aussi sexy que moi ! » dit Judi en rigolant. Sookie fermait les yeux un instant. Est-ce qu'elle devait lui dire, là maintenant, ces sentiments qu'elle avait pour lui ? Tout son être en avait envie, elle voulait tellement être honnête avec lui, comme elle l'avait toujours été avant aujourd'hui mais c'était tellement dur à sortir. Et voilà, elle se dégonflait. « Personne ne peut être aussi sexy que toi mon chéri. commença-t-elle en rigolant. Et non Judi, ta Sookie est toujours aussi seule. J'ai l'impression que je trouverais jamais quelqu'un, tu vois.. Peut-être que je suis vouée à rester célibataire. Genre plus tard je vivrais dans mon petit appartement avec mes chats, toujours vierge. Qu'est ce que je fais pour mériter ça franchement ? » fit-elle en soufflant. Tout ce qu'elle avait dit, elle le pensait vraiment. Elle est déjà tombée amoureuse, d'un homme appelé Ariel que Sookie avait rencontré en soirée, il l'avait embrassé. Elle l'aimait de tout son être mais elle s'était rendu que bien trop tard que ce n'était pas réciproque et que pour lui un baiser ne voulait pas dire la même chose que pour elle. Sookie n'a jamais été chanceuse, il lui a prouvé. Puis le deuxième homme que Sookie croit aimer, c'est Judi. Mais elle ne voyait pas comment cette histoire pouvait bien finir, elle sait qu'elle finira par souffrir à la fin de toute façon, parce qu'il n'y aura jamais un "nous" entre eux deux. Sookie se leva de sa chaise et s'allongea au près de Judi et regarda le même point que lui: le plafond. Elle ne savait quoi dire d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Sam 23 Mar - 12:14


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


"Tu es loin d'être un cas désespéré, tu tombes juste sur les mauvaises personnes mais Judi joli, on a tous quelqu'un sur cette Terre qui nous attend, qui est fait pour nous, notre âme-sœur à ce qu'il parait." Je me sentais rassuré d'apprendre que dans le cœur de ma meilleure amie je ne passais pas pour un garçon pathétique. Très sincèrement si cela aurait été le contraire, je me serais roulé en boule dans le lit. J'avais parfois des comportements assez enfantins mais je n'appréciais pas tellement exposer mon mal-être aux yeux des autres, notamment à Sookie. Pourtant en quelques sortes j'étais censé lui confesser mes joies tous comme mes malheurs. Cependant, je n'étais pas quelqu'un qui se plaignait sans cesse et se jouait des épaules secourables de ses amis. Plutôt discret, je m'enfermais dans mon mutisme jusqu'à étouffer de ce plein d’émotions. "J'ai l'impression qu'il n'y a que toi qui me comprends. Qui ne me juge pas et qui supporte constamment mes humeurs changeantes. Je crois que tu es la femme de ma vie !" Je lui souris d'un air enjoué même si cette pensée fortement tentante avait de nouveau traversée mon esprit perturbé. "En tous les cas merci infiniment d'être là pour moi. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. A vrai dire je ne préfère même pas y penser." lui avouais-je timidement avant de détacher mes yeux du plafond. Sookie avait ce don si particulier de me mettre à l'aise. Je pouvais tout lui dire sans le regretter par la suite. C'est pourquoi je profitais pleinement de lui lancer quelques blagues de mauvais goûts même si certaines se rapprochaient plus de la vérité que du mensonge et de lui avouer par la suite ce que j'avais sur le cœur sans passer pour un sentimental exaspérant. "Personne ne peut être aussi sexy que toi mon chéri." Et voilà que cela recommençait. Mes joues reprirent une teint rosées. D'habitude je riais bêtement lorsqu'elle me faisait ce genre de compliment. Mais malheureusement depuis quelques temps certaines choses en moi s'était bousculées. Je n'avais encore trouvé aucune solution à mon comportement. J'avais peur de ressentir plus que de l'amitié envers Sookie. Ce qui était tout naturellement en train de se produire. Je n'osais poser mes yeux bleutés sur son visage. J'étais bien trop occupé à contenir ma timidité naissante. C'est pourquoi je répondais toujours sous l'emprise d'un humour parfois pénible. "Tu viens de faire grimper mon taux de narcissisme en flèche Sookie ! Mais je suis ravis de constater que je te plais. Tu me plais aussi..." POUAH ! C'était sortis tout seul, sans que je puisse réellement contrôler le fils de mes pensées. J'avais honte, terriblement honte et pourtant je jouais l'ignorant comme-ci rien ne c'était passé. Je sifflotais péniblement avant de jeter mon regard à nouveau sur le plafond. Qu'est-ce que je pouvais être stupide par moment ! Il fallait que je réfléchisse avant de dire quoique se soit. "Et non Judi, ta Sookie est toujours aussi seule. J'ai l'impression que je trouverais jamais quelqu'un, tu vois.. Peut-être que je suis vouée à rester célibataire. Genre plus tard je vivrais dans mon petit appartement avec mes chats, toujours vierge. Qu'est ce que je fais pour mériter ça franchement ?" Je la trouvais si injuste envers elle-même. Pourquoi se rabaissait-elle autant ? "Arrête Sookie. Je ne vois pas le mal à être vierge à ton âge. Au contraire cela prouve que tu ne te jette pas sur le premier venu. Que tu respect ta personne et ta condition de femme. S'il te plaît ne te rabaisse pas autant. Contrairement à ce que tu penses je te trouve admirable. Tellement admirable que je...Enfin le premier qui ose te dire le contraire n'est qu'un abrutis !" Sous ces bonnes paroles je sentis Sookie s'allonger près de moi. Timidement j’entremêlais mes doigts aux siens sans aucune explications concrètes. J'étais poussé plutôt par l'envie. La tendresse. De toute façon j'avais besoin de combler cette légère distance qu'il y avait entre nous. D'ailleurs je ne voyais pas le mal mais, peut-être que Sookie allait réagir autrement. Alors pendant ces plusieurs minutes qui me semblait interminable tout en observant le plafond je priais pour que Sookie ne se détache pas de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Sam 23 Mar - 16:44

sookie & judi

Toutes ces paroles remplissaient de joie la belle rouquine. De toute façon, à chaque fois qu'il parlait, qu'il ouvrait la bouche, ses yeux s'illuminaient, son coeur s'emballait. Elle avait déjà vécu ça mais c'était différent cette fois, elle avait l'impression que c'était réciproque, parce qu'elle voyait aussi son regard quand elle parlait ou qu'elle le touchait, brillant. Sookie était sa meilleure amie en même temps, c'était surement normal mais bon, ça faisait toujours quelque chose de se savoir aimer, que ce soit des sentiments amoureux ou seulement affectueux. Elle se faisait aussi parfois quelques films à cause de lui, par exemple à l'instant il lui disait qu'elle était la femme de sa vie, il le disait en riant mais qu'est ce qu'elle aurait voulu y croire. A mesure qu'elle passait du temps avec lui, qu'elle le regardait, qu'elle l'écoutait, les sentiments qu'elle avait pour lui se confirmaient. Elle l'aimait. Elle fermait les yeux, elle savait qu'elle allait en souffrir de toute façon. L'amour fait souffrir, c'est connu. Elle savait qu'elle verrait plusieurs filles tourner au tour de lui et qu'il y aurait un jour cette fille qui changerait tout dans sa vie, qui le rendrait heureux.. Il la prendra dans ses bras, l'embrassera à pleine bouche alors qu'il lui soufflera des je t'aime à tout vas. Son coeur se brisera en milles morceaux à chaque fois qu'il lui parlera d'elle et il faudra qu'elle se concentre sur son sourire, sur le fait que cette fille le rend heureux, lui fait oublier ses problèmes familiaux, lui fait oublier Sookie.. Tout ça, c'est ce qu'elle devait subir pour avoir aimer son meilleur ami. Elle était si proche de lui et se sentait si loin de lui à présent, comme si il y avait une barrière qui les séparait à présent. Lui de son côté qui l'aimait comme une soeur, une fille, une amie et Sookie qui l'aimait comme un ami certes mais à présent plus encore. Elle se sentait perdue, que devait-elle faire ? Rencontrer un autre homme pour l'oublier ? Oublier ces sentiments qu'elle avait pour lui ? Ou au contraire lui dire, lui dire toute la vérité, ce qu'elle ressentait pour lui. Elle aurait tellement voulu que quelqu'un l'aide, lui montre le chemin, lui dise quoi faire, mais elle avait honte. Honte d'éprouver des sentiments pour son meilleur ami. C'est vrai, à chaque fois dans les films, ces histoires finissent mal, un des deux souffre à la fin. Elle espérait de tout coeur que ce soit elle qui souffre, et non lui. Elle s'en voudrait à vie si à cause de ces sentiments pour lui, elle venait à blesser Judi.

« Arrête Sookie. Je ne vois pas le mal à être vierge à ton âge. Au contraire cela prouve que tu ne te jette pas sur le premier venu. Que tu respect ta personne et ta condition de femme. S'il te plaît ne te rabaisse pas autant. Contrairement à ce que tu penses je te trouve admirable. Tellement admirable que je...Enfin le premier qui ose te dire le contraire n'est qu'un abrutis ! » Il était tellement gentil avec elle, tellement affectueux, tellement généreux, tellement lui même. Elle fermait les yeux sentant les larmes monter. Ses paroles l'avaient toucher au plus profond d'elle, il savait quoi lui dire pour qu'elle aille mieux lui. C'était le seul à dire ça et surtout à penser ça, tous les hommes qu'elle avait rencontrer avant coupaient net tout de suite quand ils apprenaient que Sookie était toujours vierge. « Tu es bien le seul à penser comme ça tu sais Judi. Malgré que je sois toujours célibataire, j'en ai vu passer des hommes avec qui j'aurais bien voulu commencer une relation mais il suffit que je dise dans la conversation le mot "vierge" et ils partent en courant. A croire que je tombe que sur des cons. » fit-elle en levant les yeux au ciel. Elle serrait sa main dans la sienne, avant de dire: « Merci Judi. » Elle le remerciait surtout pour ces belles paroles qu'il lui avait dit mais aussi pour faire parti de sa vie, l'illuminer et pour avoir été toujours là pour elle. Elle relevait sa tête pour embrasser sa joue quand elle vit ses lèvres. Ses lèvres étaient entrouvertes, elles étaient roses, légèrement humides - il venait surement de passer sa langue par dessus elles comme il en avait l'habitude ou de se mordre la lèvre - et elles appelaient carrément celles de Sookie à les rejoindre. Sookie ne réfléchissait plus, son instinct et sa raison étaient partit en vacances, il ne restait plus que son amour pour lui et le désir de l'embrasser. C'est dans une pulsion qu'elle alla poser ses lèvres sur les siennes. Elles avaient un gout sucré, peut-être de fraise ? Elle aurait voulu que ce moment dur une éternité, le problème c'est qu'elle revint à la raison. Elle ouvrit les yeux d'un coup et quitta le lit de Judi et par la même occasion son torse et ses lèvres pour gagner la porte. Elle prit son sac puis se retourna vers lui les larmes aux yeux. « Je suis désolée. » dit-t-elle d'une voix a peine audible. Elle s'en voulait, elle se haïssait. Elle venait de gâcher une amitié en or, celle qui comptait le plus pour elle. Qu'est ce qui avait bien pu lui prendre ? Tout ça pour un baiser ? Un baiser certes magique mais ça n'en valait pas le coup par rapport à l'amitié et à l'amour qu'elle avait pour lui. Elle ouvrait la porte de la chambre et la referma derrière elle. Elle fermait les yeux et laissa échapper une larme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Dim 24 Mar - 12:23


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


Une certaine béatitude se lisait sur mon visage. Alors que mes doigts étaient entrelacées délicatement contre les siens je fus pris d'une envie soudaine. Une envie certes dangereuse mais tentante. Mes doigts finirent par caressées avec une infime allégresse le haut de sa main pour ensuite remonter le long de son avant-bras. Ce geste tendre emplit de sentiment traduisait toute cette difficulté incessante de lui avouer ce que je pouvais ressentir pour elle mais surtout en cet instant. J'avais plus de facilité à communiquer mes sentiments par les gestes qu'avec des paroles. En effet je tombais irrémédiablement dans cette spirale infernale où je ne voyais pas le bout entre cette amitié forte que je ressentais pour Sookie et entre ces sentiments nouveaux qui venaient d’apparaître. Mes doigts continuèrent inlassablement leur chemin sur cette peau qui s'exprimait par de léger frissons. Je voulais que le temps s'arrête. J'étais tellement bien avec elle. Je ne demandais rien d'autre que sa compagnie. La chaleur de ses bras, son rire si communicatif résonnant encore entre les murs de ma chambre. Et puis, ce regard azuré si indescriptible que par moment lorsque, je restais trop longtemps à observer la couleur de ses yeux je m'y noyais dedans. Tout me semblait beau, agréable presque utopique. "Tu es bien le seul à penser comme ça tu sais Judi. Malgré que je sois toujours célibataire, j'en ai vu passer des hommes avec qui j'aurais bien voulu commencer une relation mais il suffit que je dise dans la conversation le mot "vierge" et ils partent en courant. A croire que je tombe que sur des cons." Je ne comprends pas le comportement de ces hommes. Où était le mal dans tout ceci ? La virginité était une tare de nos jours ? A croire que oui. C'était tellement déplorable, injuste la façon dont Sookie était traitée. Je me sentais impuissant face à sa douleur morale. Heureusement que j'avais cette faculté si particulière de la comprendre. Non pas parce-que moi même j'étais vierge mais plutôt parce-que j'avais un esprit d'écoute, de compréhension et d'attention. Je n'avais jamais eu l'audace de juger une personne sur son physique, sur son état d'être ou bien sa façon de penser. Nous étions tous uniques dans ce monde et les différences de chacun pouvait apporter en soit des connaissances diverses, une culture intéressante, une manière de penser autre que la sienne. J'étais en colère de voir le comportement puérile de ces hommes. "Ce ne sont que des abrutis. Ils n'ont pas encore compris la chance qu'ils ont pu avoir de te rencontrer. Laisse-les dans leur ignorance." Sookie me remercia par la suite d'un doux baiser sur la joue qui me fit sourire de plus belle et rendre mon état actuel encore plus béat. Décidément la journée avait très mal débutée mais je sentais qu'elle allait prendre un tout autre chemin pour mon plus grand plaisir. J'étais d'ailleurs loin de me douter de ce qui allait suivre. Toujours perdu dans cette sorte de bulle sereine peut-être un peu trop paisible je n'avais nullement remarqué que Sookie s'était redressée pour prendre appuis sur ses mains. Peut-être voulait-elle encore me faire une blague ? Ou bien me chatouiller jusqu'à en mourir de rire ? J'étais bien loin de la vérité. Je me pinçais alors fortement la lèvre inférieur assez intimidé par ce rapprochement soudain. Puis tout bascula. Je sentis une explosion de sensation s'insinuer au creux de mon ventre. Je ne savais plus où donner de la tête. Mon esprit était embrumé par de telles sensations. Sookie venait de déposer ses lèvres contre les miennes. Un baiser chaste, timide, pure avec une once d'innocence. Le genre de baiser que je rêvais d'avoir. Pourtant je ne pu réagir. J'étais encore bien trop troublé par tous ses ressentis. Mon corps frissonnait à ne plus en pouvoir. "Je suis désolée." m'adressait-elle les larmes aux yeux. J'avais terriblement mal au cœur de la voir ainsi désemparée. Il fallait absolument que je réagisse. Alors que je me redressais brusquement de mon lit toujours interloqué par ce baiser la porte de ma chambre claqua subitement. Il ne fallait pas que je la laisse partir. Jamais. Sinon tout allait basculé dans quelque chose que nous ne pourrions jamais reconstruire voir arranger. J'ouvrais rapidement la porte de ma chambre. Elle était toujours là paniquée, les larmes aux yeux. D'un geste brusque je la tirait vers moi avant de claquer à nouveau cette foutue porte. J'entendais déjà ma mère hurler d'une voix inquisitrice. "Tout va bien là-haut les enfants ?" Bon dieu que oui ! Tout allait pour le mieux. J'étais à la fois heureux de cette initiative qu'avait pris Sookie car moi même je n'étais pas certain de le faire. Mon courage me manquait. Mais j'avais tellement désiré, rêvé de ce moment ! Mon corps était collé contre le sien. Peut-être un peu de trop mais je m'en contre fichais. Je sentais encore des spasmes de tristesse frôler son corps. "Ne pleure plus je t'en supplie. Je déteste te voir ainsi. Et puis qui t'a donné le droit de partir en me laissant comme un con sur le lit après ce baiser ? Ce baiser qui hante encore et encore mon esprit. Tu vas devoir prendre tes responsabilités jusqu'au bout ma chère Sookie. C'est mal de laisser un homme seul après cela." Je la serrais aussi fortement que possible dans mes bras avant de lui déposer un tendre baiser sur le front. "Tu veux quelque chose à boire peut-être pour essayer de te détendre un peu ? Mais tu promet de ne pas t'enfuir en courant ? Je pense que nous avons certaines choses à nous dire tous les deux. Avant cela je vais aller rassurer ma mère avant qu'elle ne monte et nous trouve dans une position des plus compromettantes." J’agrippais fermement sa main avant de l'inciter à s'asseoir sur mon lit. "Ne bouge surtout pas d'ici. Je reviens et sèche tes larmes !"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Mer 27 Mar - 16:59

sookie & judi

Ses larmes coulaient le long de ses joues. C'était peu être un peu idiot de réagir de cette façon mais perdre l'amitié de Judi la rendait folle. En quelques secondes, elle avait perdu son meilleur ami et celui qu'elle aimait, la même personne. On devrait lui donner un award pour ça d'ailleurs. Elle secouait la tête. Elle ne faisait que se balancer des insultes, elle se détestait. Tout ça à cause d'une foutu pulsion. Judi devait être surement bouche bée, ne comprenant pas du tout pourquoi Sookie avait fait ça et surement dégoûté du baiser qu'elle lui avait donné. Elle allait descendre les escaliers ne voulant pas rester une seconde de plus dans cette maison quand la porte derrière elle s'ouvrit. Elle aurait voulu sécher ses larmes pour pas qu'il ne voit qu'elle avait pleuré mais il ne lui en laissa pas bien le temps et la tira vers lui pour la faire rentrer dans sa chambre. Sa chambre qu'elle n'avait pas du tout envie de revoir. Le corps de Sookie se retrouvait collé contre celui de Judi, elle n'osait pas le regarder alors elle décidait d'observer un point au loin. Elle pouvait sentir son torse se soulever pour respirer, elle sentait presque les battements de son coeur contre sa poitrine. C'était dur, très dur ce qu'il lui faisait. « Ne pleure plus je t'en supplie. Je déteste te voir ainsi. Et puis qui t'a donné le droit de partir en me laissant comme un con sur le lit après ce baiser ? Ce baiser qui hante encore et encore mon esprit. Tu vas devoir prendre tes responsabilités jusqu'au bout ma chère Sookie. C'est mal de laisser un homme seul après cela. » Pendant quelques secondes, elle restait bloquée, tous ses muscles s'étaient figés, jusqu'à ce qu'elle plante son regard dans le sien. Elle n'osait y croire, il avait apprécier son baiser. Non, elle n'y croyait pas mais même si il mentait, il le faisait pour lui faire plaisir, pour pas qu'elle ne se sente mal. Elle n'allait peut-être pas perdre son amitié finalement, et c'était le plus important pour elle. Rien ne comptait plus que ça. Ensuite, Judi la prit dans ses bras et resserra son étreinte. Elle fermait les yeux, elle aurait voulu que ce moment dure une éternité, ne s'arrête jamais. Il déposa ensuite un baiser sur son front avant de reprendre la parole. « Tu veux quelque chose à boire peut-être pour essayer de te détendre un peu ? Mais tu promet de ne pas t'enfuir en courant ? Je pense que nous avons certaines choses à nous dire tous les deux. Avant cela je vais aller rassurer ma mère avant qu'elle ne monte et nous trouve dans une position des plus compromettantes. » Elle ne pouvait s'empêcher de lui tendre un faible sourire. Comment faisait-il pour toujours trouver le moyen de la rendre heureuse alors que tout va mal ? Elle ravalait un sanglot. « Je veux bien à boire ouais, si ça ne t'embête pas bien sure.. Et oui va donc, je ne voudrais pas que ta mère croit des choses.. » Il serra ensuite fortement sa main et l'installa sur son lit où elle était quelques minutes auparavant, à l'endroit où elle l'avait embrassé. Sookie détournait la tête pour ne plus y penser. « Ne bouge surtout pas d'ici. Je reviens et sèche tes larmes ! » La rouquine hochait la tête et passa ses avants bras sur chacune de ses joues mouillées pour effacer toute existence de ses pleurs.

Sookie l'attendait, seule sur ce lit. Elle ne pensait à rien, et à tout en même temps. Une partie d'elle voulait être ici pour s'expliquer avec lui ou simplement pour être à ses côtés, pour parler de ce qu'il venait de se passer, ce qu'elle venait de faire, pour qu'elle lui dise ce qu'elle ressentait pour lui depuis quelques temps maintenant mais une autre partie d'elle, qui prenait pour l'instant plus de place que l'autre, voulait s'enfuir, partir le plus loin possible pour ne jamais revenir, pour ne jamais perdre cette amitié qu'elle avait avec Judi et qui était si importante à ses yeux. Elle prenait sa tête dans ses mains. Comment avaient-ils pu en arriver là ? Comment avait-elle pu lui faire ça ? A son meilleur ami ? Il devait être en train de faire les cent pas dans la cuisine, se demandant pourquoi elle l'avait embrassé, pourquoi elle avait tout gâché ? Et puis sa mère, lui demanderait surement des explications face à ce comportement. Elle secouait la tête, fallait pas qu'elle pense à tout ça. Elle croisait les jambes et se calait contre l'oreiller de son meilleur ami. Et d'ailleurs en parlant du loup, celui-ci arrivait tout juste avec un verre à la main, de l'Orangina. Elle lui faisait un petit sourire timide. Il savait que c'était sa boisson préférée, il savait tout d'elle de toute façon. A part ces sentiments envers lui mais bon.. Elle suivit du regard Judi s'asseoir en face d'elle et elle prit son verre en le remerciant. Elle en but une gorgée avant de se tourner vers lui. « Je voulais d'abord m'excuser.. J'aurais pas du faire ça, ça n'aurait jamais du se produire et ça ne se reproduira jamais, je te le promets. Mais.. tu sais.. J'en avais tellement envie ! Juste, quand je t'es vu je n'ai pas pu m'en empêcher.. Et encore une fois je m'en excuse. Ne te sens pas mal par rapport à moi, il ne le faut pas, vraiment. fit-elle tout en le regardant droit dans les yeux. Tu n'as rien fais, tout ça c'est de ma faute ou plutôt de la faute de mes.. sentiments.. pour toi. » Cette dernière phrase elle la dit en baissant les yeux pour ne pas a avoir a regarder ses yeux, ses yeux qui seraient surement choqués, tristes, dégoûtés peut-être ? Elle l'avait dit, en quelque sorte. Elle avait dit la vérité, il le savait maintenant. C'était venu tout seul en fait. Tout ce qu'elle voulait c'était qu'ils se disent tout, vraiment tout, comme avant. Qu'ils retrouvent leur amitié d'avant, d'il y a vingt minutes, quand elle n'avait pas encore tout détruit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Mar 16 Avr - 17:07


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


"Je veux bien à boire ouais, si ça ne t'embête pas bien sûr.. Et oui va donc, je ne voudrais pas que ta mère croit des choses..." Je lâchais difficilement sa main. J'avais peur de la voir disparaître sous mes yeux. En quelques secondes j’imprégnais avec délicatesse son visage meurtris par les larmes quelle avait versé. J'étais profondément mélancolique à l'idée d'être la cause de cette douleur qui se lisait sur mon si beau visage. A mon plus grand regret je refermais la porte derrière moi avant de me précipiter vers la cuisine. Mon esprit se remémorait sans cesse le visage de Sookie affligé par une peine des plus accablante. Pourtant mes lèvres quand à elles ne désiraient qu'une seule chose, recommencer. J'avais honte de penser ainsi. Ce n'était ni courtois, ni le moment. Je devais rester humble et me montrer compréhensible car la jeune femme en qui je tenais le plus à cœur à l'heure actuelle venait de s’effondrer en larme devant mes yeux. Ma mère me réveilla aussitôt de ces sordides pensées en se postant devant moi d'une expression des plus inquisitrice. "Judi que se passe t-il ? Tu as l'air complètement dans la lune." J'évitais de poser mon regard sur elle. Je faisais mine d'ouvrir le réfrigérateur afin de trouver une boisson susceptible de rendre le sourire à Sookie. Mes yeux pétillèrent lorsqu'ils se perdirent sur une bouteille de Orangina, la boisson préférée de Sookie. "Rien maman. Sookie avait soif alors je suis descendu lui servir quelque chose." Ma mère me jeta à nouveau un regard inquisiteur avant de s’affairer de nouveau dans la cuisine en préparant à manger. Au moins, elle n'allait pas apparaître subitement comme elle savait si bien le faire lorsque je recevait de la visite. Je priais intérieurement pour que la préparation de ce plat cuisiné soit extrêmement long tout en grimpant les marches d'escalier qui me menait vers ma chambre. J'ouvrais la porte doucement en veillant à ne pas faire tomber le verre de Orangina que je tenais dans la main. La joie se lisait de nouveau sur mon visage. Sookie était bien là. Elle n'avait pas disparu et j'en fus rassuré. Je lui tendis le verre avant de m'asseoir près d'elle. Je ne voulais pas la brusquer encore moins la forcer à me faire des aveux. Alors aussi serein que d'habitude je l'écoutais attentivement tout en observant les différents expressions de son visage qui me rendait ivre d'elle. "Je voulais d'abord m'excuser.. J'aurais pas du faire ça, ça n'aurait jamais du se produire et ça ne se reproduira jamais, je te le promets. Mais.. tu sais.. J'en avais tellement envie ! Juste, quand je t'es vu je n'ai pas pu m'en empêcher.. Et encore une fois je m'en excuse. Ne te sens pas mal par rapport à moi, il ne le faut pas, vraiment." Je posais délicatement mon index sur ses lèvres pour lui l'inciter à se taire tout en lui adressant un chut presque inaudible. "Arrête de t'excuser s'il te plaît. Tu n'as rien fais de mal. Et si c'était moi qui aurait agis sous le coup d'une impulsion ? Parce-que personnellement quand je suis avec toi je me sens également étrange. Comme-ci j'étais sur un petit nuage. Promet moi également de ne plus pleurer ?" J'affichais aussitôt un sourire réconfortant avant de la prendre dans mes bras. "Tu n'as rien fais, tout ça c'est de ma faute ou plutôt de la faute de mes.. sentiments.. pour toi." Mon cœur rata un battement. J'avais énormément de mal à bouger. Cette confession venant d'elle me rendait béat. Je ne savais plus comment réagir. Mon silence ne se voulait guère cassant bien au contraire, je cherchais les mots. Des mots avisés qui pourrait à nouveau lui rendre ce sourire si particulier qui me rendait dépendant. Complètement dans la lune je n'avais pas fais attention au verre qui trainait sur le lit. Malheureusement il tomba rapidement sur le sol sous un bruit fracassant. Et merde. Ma mère. Je pouffais soudainement de rire avant de lui répondre d'une voix des plus sincère contre son oreille. "Il n'y a pas que toi qui est troublé. Je le suis également. D'ailleurs je ne sais pas moi même comment interpréter toutes ces sensations nouvelles. Je suis vraiment un boulet ! Mais t'es la seule à me rendre comme cela." Mes lèvres vinrent automatiquement se déposer sur sa joue, proche de la commissure de ses lèvres. Embarrassé par ce geste incertain, je me baissais pour ramasser les bouts de verre qui flânait près de mon lit. "Ma mère va encore se faire une joie de nous déranger. Je ne sais plus quoi faire d'elle. J'ai l'impression quelle pourrait se fondre parmi toutes ces commères du quartier !"



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Mer 1 Mai - 9:48

sookie & judi

Sookie ne réalisait toujours pas ce qu'elle venait de dire. Elle venait de lui exprimer, d'une façon assez brève certes, les sentiments qu'elle avait pour lui. Ce n'était pas rien. Puis elle savait que Judi avait tout de suite comprit ce qu'elle lui avait dit. Elle l'avait vu ouvrir les yeux en grands comme si le ciel venait de lui tomber sur la tête et elle tourna ensuite la tête pour regarder autre chose que sa tête d'ange qu'elle n'aurait jamais voulu quitter des yeux pourtant. Elle se demandait bien qu'allait être sa réaction. Allait-il rien dire, étant tellement choqué qu'il ne puisse dire aucun mot ? Allait-il être direct avec elle et lui dire qu'il ne ressentait rien pour elle et qu'il était désolé ? Allait-il changer de sujet, étant trop dur pour lui de lui dire la vérité ? Tant de choses qu'il pouvait lui répondre, Sookie était remplie de stress. Elle regrettait à présent de lui avoir dit, il fallait s'y attendre c'est sur, elle ne savait vraiment pas ce qui lui avait pris sur la tête. Elle en avait juste assez de mentir à son meilleur ami sur ses sentiments alors que normalement à cette personne, elle devrait rien lui cacher. Elle n'en pouvait juste plu de se silence, tellement pesant, Judi sans le faire exprès bien sur, mit fin à ce silence. Il avait complètement oublié le verre qu'il m'avait apporté sur le lit, quelle triste fin, il termina quelques centimètres plus bas, éclaté sur le sol. Sookie ne put s'empêcher de lâcher un léger sourire, Judi restera toujours maladroit. "Il n'y a pas que toi qui est troublé. Je le suis également. D'ailleurs je ne sais pas moi même comment interpréter toutes ces sensations nouvelles. Je suis vraiment un boulet ! Mais t'es la seule à me rendre comme cela." Elle rêvait, c'était ça. Parce que tout ce qu'il lui disait ça ne pouvait bien sur être réel, c'était juste tellement beau et magique. Qui aurait cru que les deux meilleurs amis depuis toujours puissent avoir des sentiments l'un pour l'autre qui leurs étaient nouveaux ? En espérant que ça ne gâcherait pas leur amitié plus tard à cause de tout ça. Judi vient à la suite de ça lui déposer un baiser sur sa joue, Sookie aurait voulu tourner la tête au dernier moment mais il fallait qu'elle se calme un peu quand même. Le cœur de Judi aurait exploser sinon, du à la gêne et ses joues par la même occasion. Judi se précipita à la suite de ça sur les bouts de verre par terre, surement pour cacher ses joues toutes roses. "Ma mère va encore se faire une joie de nous déranger. Je ne sais plus quoi faire d'elle. J'ai l'impression quelle pourrait se fondre parmi toutes ces commères du quartier !" Sookie pouffa de rire. C'était vrai, sa mère avait une tendance à s'occuper de ce qui ne la regardait pas vraiment. Elle ne pouvait pas tellement lui en vouloir étant elle-même très curieuse et ne pouvant pas s'empêcher de vouloir tout savoir. "Tu sais, je pense qu'elle montra pas, elle a bien trop peur de nous retrouver dans une position gênante pour venir ! Elle sait que ça te rendrait malade." Sookie dit ça mais avec peu de conviction finalement. Peut-être que sa mère voulait ça justement, les surprendre en train de faire quelque chose de gênant, ça ne risquerait pas bien sur mais chaque mère s'imagine ça je suppose.

Sookie se levait et se rassit sur le siège en face du lit. Elle ne voulait pas se retrouver aux côtés de Judi, elle perdait un peu ses moyens lorsqu'elle était en contact avec lui alors elle préférait s'écarter. C'était tout de même une conversation sérieuse quand on n'y pense. "Et dis Judi chéri, qu'est ce qu'on va faire ? Je veux dire, je ne veux pas gâcher notre amitié à cause de ça, loin de là. Mais on ne peut bien évidemment pas continuer dans cette situation alors je t'avoue, je suis carrément perdue." lui dit-elle avec un petit sourire pour lui montrer qu'elle n'était plus triste. Elle l'avait appelé Judi chéri pour lui montrer que même avec toute cette histoire, il restait le même pour elle et que rien de tout ça n'allait changer quoi que ce soit à leur amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Ven 10 Mai - 21:36


La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


Tu la regardes sans t’apercevoir qu'elle aussi. T'es obnubilé par la beauté de ses yeux. Ils sont d'un bleu proche de l'océan. Ils t'envoutent tellement que tu te surprends à t'approcher d'elle davantage pour les admirer encore et encore. T'aimerais la toucher, ressentir une nouvelle fois la chaleur de sa peau mais tu préfères rester sage. Te planquer dans ton mutisme est plus simple que d'ouvrir ton cœur à celle qui monopolise toutes tes pensées. Tu as l'air d'un con. D'un pauvre type perdu dans ses réflexions. Tu voudrais encore l'embrasser. La tentation est tellement perturbante, incessante incontrôlable que tes mains en tremblent. Tu sers tes doigts si fort en souriant malgré toi. Tu fais pitié à voir. A ses yeux tu es le plus gentleman des garçons. Alors pourquoi lui prouver le contraire en s'emparant soudainement de ses lèvres ? C'est mal. Alors tu te recule d'elle à contre cœur cherchant à tout prix de l'oxygène. Tu as chaud terriblement chaud. Tu aurais pu toi aussi prendre un grand verre d'eau histoire de désaltérer ton esprit. Les mains moites tu tapotes nerveusement sur le bord de tes draps. Le silence devient si pesant que tu crois t'étouffer avec ta salive. C'est elle qui finit par briser ce silence. La fille de tes rêves. C'est exagérer sans doute mais c'est ce que tu pense au fond de toi. "Tu sais, je pense qu'elle montra pas, elle a bien trop peur de nous retrouver dans une position gênante pour venir ! Elle sait que ça te rendrait malade." Ta maman. Celle qui ta mis au monde dans la souffrance. Celle pour qui tu vaux une haine insurmontable depuis quelques temps. Tu l'avais carrément oublié. T'étais trop occupé à observer les yeux de Sookie, ses lèvres, et ses légères courbes finement dessinées que son débardeur faisait ressortir. Ta tête tourne tellement que tu t'effondres tel un éléphant sur les draps. Tu te sens bête de réagir comme cela. Mais ton inexpérience n'est pas simple. Ni facile à vivre alors tu fais semblant de rester indifférent. Tu caches ton envie. Tu préfères souffrir que de perdre cette amitié. Cette amitié qui réussit à te rendre le sourire. A te faire oublier cette vie pathétique. Ta génitrice hurle au bas de l'escalier qu'il est bientôt l'heure de manger. Tu n'avais pas vu l'heure passer. Tu fais mine de n'avoir rien entendu. De toute façon cela n'empêchera pas ta mère de monter jeter un coup d’œil inquisiteur à la pièce. Enfin surtout pour voir si tu n'es pas à califourchon sur Sookie. Tu l'as sens s'écarter de toi. D'un coup c'est comme-ci le monde s'effondrait autour de toi. Tu détestes cela. "Et dis Judi chéri, qu'est ce qu'on va faire ? Je veux dire, je ne veux pas gâcher notre amitié à cause de ça, loin de là. Mais on ne peut bien évidemment pas continuer dans cette situation alors je t'avoue, je suis carrément perdue." Tu aimes entendre le son de sa voix. Cela te procure des milliers de frissons surtout lorsqu'elle t’appelle ainsi. T'aimerais n'être qu'à elle, lui appartenir mais t'es bloqué. Tu ne sais pas réellement pourquoi. Sans doute la peur de l'inconnu. La peur de ne pas savoir où l'on met les pieds. Malgré le fait de vaguer en terre inconnue tu te lève discrètement de ton lit avant d'enrouler tes bras autour d'elle. Tes lèvres prennent l'initiative de glisser le long de sa nuque pour y déposer un baiser. Tu la sens frissonner contre toi. Rien n'est plus plaisant. T'aimerais continuer ta douce torture mais c'est le moment que ta mère choisis pour débarquer. "Les enfants vous voul...Oh pardon !" Tu en as marre de ta mère. T'aimerais lui proférer toutes sortes d'injures mais tu te retiens. Ta surtout honte à l'heure actuelle. C'est pas ton genre de toute façon d'insulter qui se soit. Alors bougon tu lui adresse sévèrement. "Quoi ? tu veux quoi ? Tu pourrais frapper avant d'entrer non ? Toi qui aime tant le civisme ! C'est raté !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Lun 20 Mai - 15:16

sookie & judi

Sookie attendait une réponse à ce qu'elle venait de lui dire. Elle se demandait d'ailleurs qu'est ce qu'il pouvait bien lui répondre. Allait-il lui dire qu'il l'aimait et qu'il voulait qu'ils aient une vraie relation ensemble? L'espoir fait vivre, comme on dit ! Et encore, elle n'était même pas sure de ce qu'elle voulait vraiment. Elle savait juste qu'elle aimait Judi et qu'être à ses côtés, c'était tout ce qui importait. Après, si il se retrouvait à batifoler avec une jolie demoiselle autre que Sookie, là ça allait lui poser un problème. Elle ne pourrait pas le supporter. Le voir l'embrasser, l'entourer de ses bras, lui murmurer au coin de l'oreille des je t'aime. Sookie fermait pendant une seconde ses yeux. Rien que de l'imaginer c'était dur pour elle mais il fallait qu'elle s'y prépare après tout. Elle savait très bien qu'un jour ça arrivera, elle n'était pas débile comme on pourrait l'imaginer. Sookie lui sourit pour pas qu'il ne voit qu'elle était devenue soudain un peu triste, il lui aurait posé des questions et elle aurait été incapable de lui répondre. Dieu sait qu'elle est curieuse mais quand ce sont les autres qui le sont à son sujet, là ça va plus du tout, elle ne le supporte pas.

Elle observait sa chambre pour éviter de le regarder dans les yeux quand soudain il se leva pour s'approcher d'elle. En premier lieu, elle fit comme si ça ne lui faisait rien du tout puis lorsqu'il entoura ses bras autour d'elle, elle ne put résister. Elle se mit à faire son plus grand sourire, un sourire de gamine qui vient d'avoir ses cadeaux le matin de Noël. Elle se dégouttait elle même. Puis Judi déposa lentement ses lèvres sur sa nuque avant d'embrasser celle-ci. Elle frissonna à ce contact. Sookie n'en revenait pas, elle serrait ses bras accrochés autour d'elle pour jamais qu'ils ne s'enlèvent et se mordait la lèvre. Elle ne pensait pas que de simples baisers sur son cou pouvait lui faire un tel effet. Mais il fallait vraiment être dupe pour penser que cela pourrait durer. Elle tourna à peine la tête pour voir qui venait de les déranger et découvrit que c'était la mère de Judi. "Les enfants vous voul...Oh pardon !" Ça devait être le plus beau jour de toute sa vie, elle qui mettait toujours son nez un peu partout, elle était enfin tomber sur quelque chose de "gênant" à voir. Sookie sentait le corps de Judi se cambrer, il était énervé. Elle levait les yeux pour le regarder, il était vraiment très énervé. "Quoi ? tu veux quoi ? Tu pourrais frapper avant d'entrer non ? Toi qui aime tant le civisme ! C'est raté !" Elle ne voulait pas qu'a cause d'elle il s'énerve contre sa mère. Sookie prit la main de Judi et enroula ses doigts autour des siens dans l'idée que ça le calmerait. Elle lui fit un petit sourire et se tourna vers la mère de Judi. "Vous vouliez nous demander quoi Mme. Hämäläinen?" demanda-t-elle, sourire aux lèvres. Celle-ci lui répondit d'une voix peu audible - elle n'en revenait peut-être pas? - qu'elle voulait juste leur demander si ils voulaient une part de gâteau qu'elle était allée chercher cet après-midi. Elle ne demanda même pas à Judi ce qu'il en pensait, elle voulait juste faire en sorte qu'elle ne revienne plus les déranger et surtout pour ne pas énerver encore une fois Judi. "Non, merci. Perso, j'ai pas faim et Judi non plus à mon avis. Mais merci quand même d'avoir proposer, c'est gentil" lui répondit-elle très poliment. Une fois la porte fermée et avoir entendu les pieds de sa mère descendre les escaliers, elle se tourna vers Judi. Elle prit son visage entre ses mains et caressa ses joues tout en lui souriant. "J'aime tellement pas te voir énervé Judi joli.." Elle le prit ensuite dans ses bras. Sentir son corps contre le sien, pouvoir poser sa tête sur ses épaules, sentir également ses bras l'entourer, ça la rendait folle. Elle ne pouvait pas être plus heureuse. Elle voulait que ça dure. Elle oubliait ses problèmes, il n'y avait que Judi et elle qui comptaient, il n'y avait que ça qui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   Sam 20 Juil - 21:22



La grâce ne chasse pas nos maladresses. Elle les couronne.
Ft. Sookie & Judi.


"J'aime tellement pas te voir énervé Judi joli.." En règle générale, je suis une personne plus calme, sereine. Mais, ma mère venait de chambouler ce moment de tranquillité que je savourais avec délice en compagnie de Sookie. Ma Sookie. Elle était comme un trésor qu'il fallait chérir avec délicatesse. Je voulais tellement lui prouver qu'elle devenait un peu plus importance chaque jours, chaque minutes, chaque secondes. Finalement, je me détendais un peu. Ma colère se dissipa rapidement lorsque son corps se serra contre le mien. Je soupirais de bien-être. Mes bras se resserrèrent eux aussi autour de son corps de manière délicate. Une de mes mains plongea dans ses cheveux pour les caresser. Au fond de moi, je n'avais besoin de rien. Juste d'elle. Si ma mère osait une nouvelle fois nous interrompre, je crois que je commettrais un meurtre. Je laissais mon visage se caler au creux de sa nuque. Son parfum me rendait fou. "Ne t'inquiète pas. Je suis calmé. Tu sais pour toi, je serrais prêt à tout."Certes, J'avais débiter ses paroles sans réellement prendre conscience des conséquences. C'était comparable à une déclaration. Du moins, j'aurais tellement voulu être un peu plus courageux, plus audacieux mais c'était tellement difficile de sortir ces deux mots. Ces fameux mots, qui en l’occurrence changeait la vie de deux personnes. J'avais peur. Mais de quoi ? Sans doute qu'elle s'enfuit à toutes allures à cause de l'impact de ces mots. Je pensais trop. Mon cerveau allait exploser si je continuais ainsi à me prendre le choux. Pour le moment, je voulais profiter du présent avec elle. Un sourire espiègle aux lèvres je l'entrainais dans ma chute. Heureusement que j'avais prévu d’atterrir sur le lit, sinon le boucan infernal aurait une nouvelle fois intrigué ma satanée mère. L'air surprit qu'elle afficha sur son visage angélique me fit rire. "Excuse moi, j'aurais dû te prévenir que j'étais pris d'un moment de folie." Je dégageais soigneusement une mèche de cheveux qui cachait son joli regard océan. Pris d'une seconde envie, hésitant, le cœur près à l'explosion, je lui murmurais aux creux de l'oreille. "Si quelque chose te déplaît dans ce que je fais, n'hésite pas à m'arrêter surtout." J'avalais avec difficulté ma salive. L'hésitation se lisait sur mon visage mais mes lèvres finirent par se coller aux siennes. Nouvelle explosion. Ma tête me tournait mais cela ne m'empêchait guère d'approfondir le baiser. Je basculais avec douceur Sookie sur le dos sans quitter une seule fois ses lèvres. Ma bouche quitta instinctivement ses lèvres pour divaguer le long de son cou en déposant des baisers sur sa clavicule. Son odeur continuait à envahir mes narines, mes sens, je perdais la tête. Je divaguais encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.   

Revenir en haut Aller en bas
 

#0007 - La grâce ne chasse pas nos maladresse. Elle les couronne. Ft. Sookie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONE LAST KISS. :: Logements Cherry Ridge Blvd.-