AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 1837 ○ Le dictionnaire définit le chagrin comme une intense souffrance mentale ou une détresse due à une peine ou une perte, une douleur aigüe, un douloureux regret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 1837 ○ Le dictionnaire définit le chagrin comme une intense souffrance mentale ou une détresse due à une peine ou une perte, une douleur aigüe, un douloureux regret.   Jeu 4 Avr - 12:05




when you hold me, i'm alive...





« Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir... » onetreehill Zoe Donovan. Tel était son nom. Avocate. Tout semblait lui sourire . La vie semblait si belle qu’il était difficile de s’imaginer que vu de l’intérieur c’était l’enfer. Conor était si loin d’elle. Elle ne supportait plus de le voir s’éloigner de ne pas pouvoir être avec lui. Mais peut-être que c’était mieux pour l’un comme pour l’autre. Il faut dire que la jeune femme avait changé radicalement depuis quelques semaines maintenant. Elle ne sortait plus.. Ne travaillait plus.. Ne voyait plus ses amis. Pourquoi ? Elle était morte de peur à l’idée de tomber sur l’homme qui l’avait massacré. Car c’était le mot, il l’avait complètement défigurée. Elle en avait encore les marques sur son corps. Elle se trouvait dans sa salle de bain examinant son visage encore une fois. C’était pas joli. Certes c’était plus beau qu’avant mais elle se faisait peur à elle-même. Elle finit par prendre une bonne douche et finit par desc endre au bout de quelques minutes. Elle finit par voir le joli minois de sa « colocataire » dans la cuisine. Cette dernière était joliment habillé avec un magnifique sourire sur les lèvres qui aurait fait fondre n’importe quel homme normalement constitué. Shannon était sa confidente une sorte de meilleure amie. Elle n’avait de son agression qu’à la jeune femme et c’est pour cette raison qu’elle avait décidé de rester un peu avec la jeune Donovan. Il faut dire que Zoe ne pourrait jamais la remercier assez. Elle essayait de la pousser à reprendre une vie normale ou qui avait en avait l’air.. Mais c’est comme ci Zoe était bloqué à ce moment et qu’elle n’arrivait pas à bouger. Elle avait décidé de s’habiller simplement aujourd’hui, petit jogging et t-shirt blanc et avait prit par-dessus le gros pull de Conor de l’université qui avait son odeur. Lui mentir c’était dur. Mais c’était pour son bien. Elle ne voulait pas qu’il pète un plomb. Alors à chaque fois qu’il appelait pour prendre de ses nouvelles. Elle faisait semblant en disant que tout allait bien et qu’il lui manquait. Le fait est qu’elle n’allait pas bien. Conor était le genre de compagnon à vouloir vous protéger tout le temps. A la fois une qualité et un défaut. Elle l’aimait plus que tout mais elle était heureuse à Paris pour ne pas la voir dans cet état.

Elle finit par simplement s’avancer vers la table de la cuisine regardant Shannon s’activer. Cette fille était réellement une boule d’énergie. Elle était heureuse de l’avoir dans sa vie. C’était le genre de personne extraordinaire qu’il vaut mieux garder près de sois. Elle s’en voulait de la priver de son chez et de sa vie. Elle avait bien essayée de la renvoyer mais la jeune femme était coriace et ne voulait rien lâcher tant que Conor ne serait pas revenue en tout cas. Le petit dejeuner était posé sur la table et la jeune femme regardait la jeune Shannon s’asseoir en face d’elle en silence. Elle devait manger . Aussi nan elle était presque sure de se faire tuer sur place. Elle sourit avant de prendre un bol de céréales et d’y mettre du lait. C’était au moins un petit début. Le début du petit dej se faisait en silence et la jeune Zoe finit par prendre la parole simplement et doucement. Elle était devenue très discrète et peu sure d’elle. Le sentiment d’insécurité vous rend plutôt faible avec le temps.

•« Tu sais, je suis contente de t’avoir à la maison. Mais tu devrais retourner vivre chez toi. Je vais mieux et je veux que tu reprennes ta vie »

Elle savait bien que la jolie blonde n’allait pas dire oui ou quoique ce soit mais au moins elle aurait essayé. Elle ne voulait pas que la jeune femme se trouve dans la maison si il arriverait à nouveau quelque chose.


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
+ MESSAGES : 2801 + BAISERS : 25
+ INSCRIT(E) LE : 26/11/2012
+ AVATAR : emilia clarke.
+ CREDITS : (c) fierce.
+ DC : megara callaghan.
+ PSEUDO : lonely bird. (aurélie)

(c) tumblr.
✝ ÂGE : vingt-quatre ans.
✝ STATUT CIVIL : célibataire.
✝ LAST KISS : i don't remember.
http://onelastkiss.bbfr.net/t1661-i-felt-apart-callie-rose#47721 http://onelastkiss.bbfr.net/t1717-happiness-therapy-callie#48996 http://onelastkiss.bbfr.net/t1723-formspringme-callierose#49096
MessageSujet: Re: 1837 ○ Le dictionnaire définit le chagrin comme une intense souffrance mentale ou une détresse due à une peine ou une perte, une douleur aigüe, un douloureux regret.   Sam 13 Avr - 17:42


" Comme si l'on pouvait arrêter le temps et faire qu'un instant dure éternellement comme ces montagnes de fer ou l'éclat d'un diamant. Juste une photo de toi et moi."

Je m’appliquais à faire cette tache qui me semblait tout à fait évidente et juste : être une amie. Les amis ne sont pas simplement les personnes avec qui sortirent en boîte les samedis soir ou faire un restaurant le vendredi pour conclure par une soirée fille autour d’une table remplie d’alcool. Une amie se doit d’être présente dans les moments de détresse et d’inquiétude. Elle doit être l’épaule sur laquelle se reposer, elle doit être une oreille attentive. Ce n’est pas un calvaire d’être tout cela, c’est plutôt une bénédiction. Car quand on aime une personne, on veut la voir sourire, on veut la voir épanouie. C’est ma vision de l’amitié. C’est un peu comme un couple, il y a des hauts et des bas, des moments de joie et de peine. Les véritables amitiés sont ceux qui tiennent. Lorsque j’ai vu pour la première fois Zoe dans cet état, j’ai senti me cœur se contracter et se serrer. Les larmes me sont montées aux yeux devant sa peau bleutée. C’est à ce moment précis que je me suis juré de prendre soin d’elle. Depuis ce soir là, je suis restée vivre chez elle pour tenter de redresser un peu la situation. Malgré que je doive travailler une partie de la journée, je veillais à ce qu’elle ait tout ce dont elle a besoin. Je lui préparais le repas qu’elle n’avait plus qu’à réchauffer, je partais chercher ses médicaments et pommades à la pharmacie et je rangeais l’appartement. Aujourd’hui encore, j’avais annulé mon rendez-vous avec Nathaniel pour rester auprès de mon amie que je considérai comme une confidente, une protégée, du moins quelqu’un qui est proche de mon cœur et qui est comme la prunelle de mes yeux. En pensant à la situation amoureuse de Zoe, je me suis rendue compte à quel point je pouvais être chanceuse de tomber sur un homme comme Nathaniel. Bien que quelques perturbations, notre amour est réciproque. Et je savais qu’il ne lèverait jamais la main sur moi. Je n’avais jamais compris ce qui pouvait pousser un homme à frapper une femme, sa femme qui plus est. L’amour n’est pas la violence et il se doit de la protéger. Non être la source de cette violence. Je n’avais pas intérêt à croiser cet homme, malgré mon fin gabarie, je lui aurai sauté dessus. Peut être devrais-je ajouté un coup de poing américain ou une bombe lacrymogène ? Cette dernière semble être une bonne idée. Attrapant le stylo à côté du plan de travail, je le notais sur la liste des courses. Si jamais il revient, Zoe aurait de quoi se défendre, juste assez pour lui donner le temps de s’enfuir. J’étais dans la cuisine, une poêle sur le feu avec des blancs de poulet et ma planche à découper sur le plan de travail à côté où je taillais en tranche les poivrons. Je préparais le repas pour le déjeuner en espérant qu’elle allait aimer. Je fus légèrement surprise en l’entendant arriver puis j’affichais un tendre sourire sur mon visage. Celui-ci disparu bien assez vite quand elle se servit un bol de céréales.

« On va bientôt mangé ! J’ai préparé le repas… » Ajoutais-je alors.

Après tout, elle mangeait bien ce qu’elle voulait. En attendant que le poulet cuise, je me suis installée en face d’elle, la regardant déjeuner avant qu’elle n’ajoute que je pouvais retourner chez moi. J’ai froncé légèrement les sourcils tout en lui répondant :

« Ce n’est pas parce que je suis ici que ma vie s’arrête. Et je n’ai pas très envie de te laisser toute seule. »

_________________


" Don't bury me, don't let me down. Don't say it's over 'cause that would send me under. Underneath the ground. Don't say those words. I wanna live but your words can murder. Only you can send me under. "
Revenir en haut Aller en bas
 

1837 ○ Le dictionnaire définit le chagrin comme une intense souffrance mentale ou une détresse due à une peine ou une perte, une douleur aigüe, un douloureux regret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONE LAST KISS. :: Logements Magnolia Street.-