AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 falling slowly. (w/ Stella.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: falling slowly. (w/ Stella.)   Mer 1 Mai - 19:33




« Soren, je te jure que si tu ne ramasses pas ton linge, je repars pour New-York. » Le jeune homme regarda un instant autour de lui. Leur salon, transformer vaguement en salle de danse, ressemblait plus à... well, à pas grand chose, soyons honnêtes. Il avait laissé trainer ses pantalons probablement des deux dernières semaines – ce qui expliquait pourquoi son armoire commençait franchement à se faire vide – et il en était de même pour les t-shirts. Pas étonnant que sa colocataire commence à perdre patience. Elle le connaissait bien, elle savait qu'il n'était pas du genre très ordonné, mais enfin là il fallait bien avouer qu'il exagérait. Il ne savait pas trop ce qu'il lui avait pris, d'ailleurs. Il avait eu l'impression, cette dernière semaine, de n'avancer absolument à rien. Ce qui le déprimait un peu, et, par conséquent, le fit se comporter comme une loque pendant sept jours. Et encore, il trouvait quand même la motivation de se doucher – sinon Zena lui aurait probablement jeté un seau d'eau sur la tête s'il ne le faisait pas de toute façon. Elle avait raison, c'était n'importe quoi là. A vingt-sept ans, il était quand même censé être plus responsable que ça. Il avança auprès de sa meilleure amie et embrassa sa joue. « Ne t'en fais pas, quand tu rentreras ce soir, l'appart' sera comme neuf, même pas besoin de retourner à New-York. » Elle soupira mais lui rendit son baiser avant de prendre son sac et quitter l'appartement. Il ôta son t-shirt, afin d'être plus à l'aise pour la tâche qui l'attendait. Alluma son mac, ouvrit itunes, et lança l'album de fun. Voilà, il pouvait s'y mettre.

Deux heures plus tard, il se jeta sous la douche, fier d'avoir tenu sa parole, et surtout se sentant beaucoup mieux, sa petite crise de tout va mal laissez moi tranquille je veux juste squatter mon canapé et regarder friends toute la journée prenait fin. Il fredonna les paroles de we are young et laissa couler l'eau sur lui encore une ou deux minutes avant de finalement sortir. Il se sécha, enfila rapidement un survêtement et un t-shirt bleu sur lequel on pouvait lire dance to the music. Après ça, tout ce dont il avait besoin c'était d'air frais, et de danse. Il se rendit alors au parc, où il aimait parfois se rendre pour danser, changer de son salon ou de la salle de danse. Arrivé à destination, il posa son téléphone et porte-feuille dans l'herbe, au pied d'un arbre. Personne autour – et puis même s'il y avait des gens, qui viendrait lui prendre ses affaires alors qu'il était juste à côté ? C'était Greenwood, pas Los Angeles. Il commença par quelques étirements, comme toujours, pour ne rien se froisser. Il prit ensuite son portable, mit son lecteur de musique sur shuffle, et le reposa par terre. La musique de Once, Falling Slowly, commença, et le chorégraphe se laissa alors porter par la musique.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   Mer 1 Mai - 21:21

Les quelques premiers rayons de soleil de la journée vinrent effleurer mon visage. Et à peine ai-je au le temps d'ouvrir les yeux que les ronronnements familiers de Léon se firent de plus en plus proches... Jusqu'à ce que je le sente se loger juste sous mon nez. Léon, c'est mon vieux chat. Il a plus de dix ans et a survécu au voyage en avion alors depuis ce jour, je le laisse vivre. Très bien vivre même... puisqu'il est maintenant un peu gros. En réalité, Léon est obèse et ressemble plus à une boule qu'à un chat mais par respect je préfère dire de lui qu'il est juste gros. Depuis quelque temps, il a la fâcheuse tendance de prendre mon visage pour un lit et je le soupçonne de vouloir m'étouffer durant mon sommeil depuis des années de bons et loyaux services. Pourtant j'ai beau refermer la porte de ma chambre, il y fera ses griffes jusqu'au moment où je serai forcée de céder et d'aller lui ouvrir... ce qui me laisse un peu pantoise parce qu'avoir soudainement 10 kg sur la face, c'est la mort assurée, à coup sûr. « Toi : arrête de vouloir me tuer ! » lui lançai-je après l'avoir posé par terre. C'est décidé, ce soir, il dormira dans sa cage.

Après avoir failli mourir étouffée, il y a une chose dont j'aurais particulièrement aimé oublier le souvenir. Une tendinite au talon d'Achille me clouait au lit pendant un mois. Comment avais-je pu l'oublier? J'avais déjà passé une semaine sans danser. J'étais prête à parier que je ne tiendrai pas une semaine de plus, surtout que la douleur était à présent quasi-inexistante "mêmesicelanesuffitpaspourreprendreuneactivitésportivesoutenue". Mais j'avais déjà décidé qu'aujourd'hui, je ne porterai ni l'attelle, ni les béquilles. Après m'être à peu près réveillée et avoir enfilé un legging opaque noir en souvenir de mes jours passés à danser, un débardeur, un gilet assez long puis mis le bonnet à pompon mythique que je porte presque toute l'année et suis sortie de chez moi. Il était midi et je voulais profiter du soleil, déjeuner en terrasse et faire un tour au parc avant d'aller assister avec mélancolie à la représentation que donnait les danseuses de ma troupe. Le temps passait à une allure folle alors que j'arpentais lentement les pelouses du parc, blessure oblige. J'étais en train d'essayer de me souvenir de quelques pas de danse lorsqu'une chanson entendue des milliers de fois attira mon attention. Il s'agissait de la musique tirée du film Once. M'approchant discrètement de la source, j'observai l'homme à la silhouette familière danser. J'étais surprise de voir quelqu'un avec autant de générosité et de beauté dans les mouvements... si bien que lorsque la musique s'arrêta, je fis assez bas : « Vous êtes doué ! ». Une fois qu'il fut retourné complètement, j'ai su où je l'avais vu pour la première fois. « Ça a l'air de vous être venu sur le moment en plus, c'était... beau. » continuai-je avec un sourire. Qui sait? Peut-être m'avait-il déjà oubliée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   Jeu 2 Mai - 17:56



Once était l'un des films favoris du jeune homme, il avait été fasciné par la bande musicale et s'était empressé d'acheter le cd, en particulier parce qu'il avait déjà de nombreuses idées de chorégraphies pour la plupart des chansons. Il était même allé voir le musical à Broadway, et bien qu'un peu déçu par le manque de danse, il avait trouvé ça superbe.

Soren se laissait porter par la musique. Pas-de-bourré, pirouette, assemblé, grand-jeté … il se sentait léger, et il n'y avait rien de mieux pour le détendre. L'avantage de la danse c'était que peu importe l'émotion qu'il ressentait, il pouvait l'exprimer. Joie, colère, tristesse, envie, … absolument tout. C'était pour ça qu'il avait commencé à danser d'ailleurs, plus jeune. Sa mère l'avait d'abord inscrit dans un club de football, pour se défouler, mais ça ne lui convenait pas, alors elle avait tenté la danse. Après tout, pour elle, ça marchait, alors peut-être que cela fonctionnerait pour son fils aussi. Plus tard il se mit également au baseball, mais c'est plus pour s'amuser que se défouler. Non, rien ne valait la danse. Il avait commencé par le classique, mais très vite montra un intérêt pour différents types de danse, au grand plaisir de son professeur qui avait enfin trouvé un jeune homme passionné. Même s'il n'avait jamais eu la chance d'aller dans les plus grandes écoles, il avait assez de talent pour réussir sans l'une d'elle, et il en était reconnaissant envers Miss Tuleney, son fameux professeur qui lui transmis son amour pour cet art.

Et puis la musique s'arrêta, alors qu'il terminait sa pirouette attitude. Il expira un grand coup. Oui, ça faisait du bien. Le chorégraphe se pencha pour récupérer son portable et couper la musique, lorsqu'il entendit une voix féminine derrière lui. Cet accent, il lui disait quelque chose. Soren se redressa alors pour faire face à la personne qui venait de le complimenter. Il reconnu immédiatement la jeune femme, et compris pourquoi il avait l'impression d'avoir reconnu cet accent. C'était la jolie française du café. Elle continua, « Ça a l'air de vous être venu sur le moment en plus, c'était... beau. » Le danseur afficha un sourire sincère, c'était toujours très agréable à entendre. « Merci, c'est très gentil. C'est une chanson qui m'inspire toujours beaucoup, vous connaissez ? » A son avis, ce film, et même le musical, n'avaient pas eu le succès qu'ils méritaient. Comment pouvait-on passer à côté ?
Il regarda la jeune femme, et bien qu'ils ne se soient pas revus depuis cette fameuse rencontre, quoi, deux ou trois mois plus tôt, elle était comme il s'en souvenait. La française pleine de charme, voilà ce qu'elle était dans ses souvenirs. « On s'est déjà rencontré, non ? » Pas vraiment la façon dont il voulait lui demander si elle aussi se souvenait de lui. Ça sonnait mieux dans sa tête … A nouveau, il adressa un sourire à la jeune inconnue. Ou plutôt, presque inconnue. Ils avaient beau avoir déjà discuté, il ne connaissait même pas son nom. « Okay, ça faisait un peu pick-up line ringarde, je suis désolé. Mais j'ai raison, au Love's Coffee, non ? »




Dernière édition par Soren Wells le Dim 5 Mai - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   Jeu 2 Mai - 21:31

J'étais obligée de connaitre Once. Lorsque j'habitais encore en France, tout le monde autour de moi parlait de ce film. Les critiques allaient bon train. Simplicité, originalité, réalisme… ou rudimentaire et naïf… Mais pour moi, le film était simplement touchant. A sa façon, mais extrêmement touchant… La musique réussissait à nous transporter ailleurs, dans son univers et je pense que c'est d'ailleurs pour cela que les gens l'aiment tant. Oui je connais ! J'aime beaucoup même si Falling slowly n'est pas celle que je préfère. répondis-je, à deux doigts d'évoquer le fait que je sais presque toutes les jouer au piano et au violon. Le simple fait de les interpréter me donne envie de pleurer alors pour ne pas avoir l'air d'une pauvre cruche trop émotive, je m'abstiens simplement de les jouer devant un public et aussi tout simplement d'en parler. Même si j'aimais beaucoup celle la, je préférais "If you want me" à cause de l'émotion que dégageait la voix claire de Marketa.

En tout cas, maintenant j'en avais le cœur net, il se souvenait bel et bien de moi. Bien que cela me surprenne un peu parce qu'il n'avait presque pas décrocher le regard de la feuille qu'il avait sous les yeux à ce moment-là, - si ce n'est pour me remercier du café que je venais de lui ramener ou alors parce que je lui parlais de moi - j'étais touchée de voir que je l'avais marqué d'une quelconque façon pour qu'il se souvienne de moi des mois après. J'avouais que comme approche, il y avait mieux mais je me contentai de rire à sa remarque. Oui c'est ça ! D'ailleurs je me suis toujours demandée sur quoi vous étiez en train de travailler, vous aviez l'air tellement absorbé… lui dis-je avec le sourire. A l'époque, j'avais cru reconnaître un musical mais j'avais pu me tromper et puis j'étais plutôt en train d'essayer de ne pas succomber au sommeil en avalant plusieurs cafés à la suite alors j'avais plus de chance de m'être trompée plutôt que d'avoir misé juste. Mais si j'avais raison, ça expliquerait en partie l'aisance que j'avais perçu dans sa danse tout à l'heure…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   Dim 5 Mai - 14:29


Un sourire s'afficha sur le visage du danseur. Falling Slowly avait été sa favorite dès la première fois qu'il vit le film. La scène lui avait donné des frissons. Il se souvenait encore du jour où ils avaient gagné l'Oscar de Best Original Song. Il était à Los Angeles depuis deux ans et faisait partit d'une troupe de danse. Ils avaient suivi la cérémonie chez le producteur de cette fameuse compagnie, qui disposait d'une grande salle à parquet, à l'étage, où ils s'étaient tous précipités après la réception de l'award. Ils avaient mit la chanson, et avaient improvisé sur cette dernière. Cela faisait partit de ces fameux moments, qui paraissent anodins, mais que vous partagez avec des personnes qui ont cette même passion, et qui vous marquent. « Je retiens, je tenterai une autre chanson la prochaine fois que l'on se croisera alors. » Et peut-être que la prochaine fois, elle ne lui tomberait pas dessus par hasard comme les deux fois précédentes. Qu'il lui prêterait assez attention aujourd'hui pour lui demander son nom, ou lui proposer de la revoir une prochaine fois, plutôt que de la regarder partir sans rien dire comme il l'avait fait lors de cette rencontre au café.


Loin de lui était l'idée de se montrer désagréable. D'ailleurs, si elle était restée, il ne devait pas avoir été si détestable que ça ? Bien moins plaisant que d'ordinaire, ça c'était certain. Mais il était pris dans son écriture. [color=#4180c0]« Oui en effet je ne devais pas être de très bonne compagnie ce jour-là. » Il était pourtant du genre à lever facilement son nez de n'importe quoi pour converser avec une jolie demoiselle, mais là, il avait trop de pression. Zena avait passé les deux derniers jours à finaliser le numéro d'ouverture du second act, et lui était incapable d'en faire quoi que ce soit. « Je travaille sur une comédie musicale, que je chorégraphe et écrit en collaboration avec une amie, et vous m'avez rencontré le jour où j'étais complètement coincé pour le passage d'une scène à l'autre. » Lorsqu'il manquait d'inspiration, il mettait ses idées sur papier, parce qu'il n'y avait rien de mieux pour travailler cette partie du cerveau qui vous faisait imaginer tant de choses. C'était ce que sa mère lui avait toujours enseigné. Lorsqu'il était plus jeune, elle lui écrivait des petites histoires. Elle avait toujours aimé faire rêver les enfants, et en particulier Soren. Elle avait même gardé certains brouillons, avec des idées, des notes en vrac, qu'elle avait conservé et rangé dans un classeur qu'elle lui avait offert pour ses vingt ans, qui contenait de nombreux souvenirs d'enfance. Photos, ticket de théâtre, un morceau de tissu de son premier costume de danse, des cartons d'invitations, … Il l'avait apporté avec lui à Los Angeles dans ses valises.

« Si je me souviens bien vous dansez, non ? » Il n'avait peut-être pas beaucoup parlé ce jour là, mais ça ne signifiait pas qu'il n'avait pas porté attention à ce qu'elle lui avait dit. Il ne se souvenait peut-être pas de tout, certes, mais c'était bien le genre de détail qui marquait le chorégraphe. Il se souvenait avoir espérer la voir par hasard danser alors qu'il se rendrait à un spectacle, mais depuis son arrivée à Greewood, ses seules sorties théâtrales ou musicales étaient lorsqu'il se rendait à New-York. C'était une habitude qu'il n'avait pas perdue, passer un weekend là-bas, assister à un Broadway show, se détendre. Il n'y avait rien de mieux.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   Mer 8 Mai - 20:52

Une prochaine fois? Peut-être n'y en aurait-il pas. Cependant, je serais curieuse de voir ce que ce presque inconnu serait capable d'improviser sur une autre chanson, et j'aurais aisément pu lui demander de me danser autre chose s'il avait été plus qu'une connaissance... Mais malheureusement, je ne savais même pas son prénom. Je ne pouvais que me contenter d'admirer son aisance concernant la danse. A présent, je comprenais mieux la raison de sa concentration plus que soutenue lorsque je l'avais rencontré pour la première fois. Le savoir chorégraphe me donnait encore plus envie de le connaître mais je me taisais, me contentant simplement de l'écouter. Chorégraphier est un travail des plus importants pour une représentation, et qui forcément, demande énormément de travail. Je suis d'autant plus placer pour dire cela puisque c'était le métier que mon père exerçait lorsqu'il était plus jeune. Les heures silencieuses passées dans son bureau avait marquées mon enfance. Cependant, j'avais dû plus l'importuner en l'abreuvant de paroles inutiles et j'aurais peut-être eu mieux fait de me taire, mais c'était une manière pour moi de laisser échapper le stress qui m'envahissait à quelques heures d'une représentation.

Tout s'éclaircissait dans ma tête, c'était un passionné de danse. Une chose m'étonnait : le fait que je ne l'aie pas rencontré une deuxième fois plus tôt... mais mieux vaut tard que jamais. « Ah d'accord... je comprends alors. » Sa prochaine question m'envoya dans mes souvenirs les plus profonds. Je danse depuis que j'ai vu ce que la danse était capable de transmettre. De la joie, de la tristesse, de l'amour... Toutes les émotions, avec une grâce toujours palpable. C'est pour ça que je l'aime. C'est quelque chose qui est là dans les bons comme dans les mauvais moments et qui vous remettrez un homme d'aplomb. Si je devais remercier ma mère pour quelque chose, ce serait pour m'avoir donné cette passion et m'avoir donné mon premier cours de danse. Ce qui me définit à présent. « Oui, depuis mon enfance. Je danse sur du classique, c'est ce que je préfère... » J'étais plutôt contente d'être sortie aujourd'hui. Il faisait beau, les oiseaux chantaient... une vraie journée de printemps. Seul petit bémol, mon talon commençait à me jouer des tours et rester immobile comme cela ne m'apportait rien de bon. Il fallait que je m’assoie un moment pour ne plus ressentir de douleur. « Je me suis fait un peu mal il y a quelques semaines... Ça ne vous dérange pas d'aller vous asseoir un moment quelque part avec moi? » lui demandai-je en un sourire. Je ne voulais pas m'écrouler sur l'herbe si mon tendon venait à me jouer un tour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: falling slowly. (w/ Stella.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

falling slowly. (w/ Stella.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONE LAST KISS. :: Greenwood's Park.-