AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)   Sam 11 Mai - 15:28


Excuses & Surcreries.

T’es désolé ? À ouais, ça change tout !

Le groupe était absent pour la journée, cause d’une crise existentielle d’une rousse irlandaise qui voulait répéter tous les morceaux du groupe. C’est dans ces moments-là que je suis heureux de ne pas en faire partie, échappé à une répétition général, les crises de Jude pendant une journée. C’était la journée la plus parfaite de la journée. Pendant un jour je n’entendrais pas « stupide canasson » ou encore « porte-monnaie vient ici ». Des personnes normal, ont au moins 5 semaines de vacances même plus suivant le métier, mais moi c’est aujourd’hui mon unique journée de vacance et j’avais l’intention d’en profiter chaque seconde, de chaque précieuses minutes. J’étais encore allongé dans mon lit, profitant du calme de l’appartement, le jour était déjà bien levé les rayons du soleil éclairait le lit, embrassant mon visage, réchauffant mon corps refroidit par l’absence du feu. Je passais une main dans mes cheveux avant me glisser hors du lit, tirant les couvertures avec moi avant de marcher en direction de la cuisine pour me préparer un bon café, histoire de me réveiller la moindre. M’enroulant dans les couvertures, je dégustais mon café en regardant les centaines de photos que nous avions accroché au mur, nos photos en Irlande. Je les regardais avec un petit sourire, me remémorant le moment ou la photo a été prise, comme cette photo avec Jude, nous affichions tous les deux un sourire plus que vrai alors que deux secondes avant que la photo ne soit prise, on s’insultait comme du poisson pourris, une photo peut cacher tellement de chose, surtout un sourire. Je posais ma tasse sur la table de la cuisine, l’abandonnant à son triste sort avant de retourner dans ma chambre, lancer les couvertures sur mon lit et de m’engager dans la douche de ma chambre. Le seul plaisirs de l’appartement, avoir une douche privée et non commune. Une fois celle-ci faites, je m’habillais rapidement, sans trop faire attention enfin c’était toujours le côté rechercher alors que je pouvais passer des heures pour choisir un pantalon. Une fois habillé en une heure un record soit dit en passant, j’enfilais mes baskets une petit couche de parfum avec mes lunettes à soleil sur le nez et de claquer la porte de chez moi en descendant les escaliers pour me rendre dans la rue.

En me baladant dans les rues, je remarque rapidement une boutique de sucrerie, un magasin entier rempli de douceur, bonbons de quoi prendre cent cinquante kilos en une heure. Je regardais la porte de la boutique avant de repenser à un jeune homme que je n’avais pas vu depuis quelques temps maintenant. Et il adorait ça ! J’ai levé les yeux au ciel avant de pousser la porte de la boutique, empoignant un panier. Je faisais plusieurs fois le tour, mettant le plus de sucrerie dans le panier, choisissant des bonbons de toutes les couleurs. Une fois avoir remplis le panier au complet, je posais le tout sur la caisse, laissant l’employée conter le tout. « Cela vous fera 60 $ » je lui tendis un billet récupérant la monnaie « désirez-vous un sac ? » question conne réponse conne « ho ben non, je vais mettre ma tonne de bonbons dans mes poches et je pars comme ça… bien sûr que je veux un sac ! » je pris le sac qu’elle me tendait en fourrant les sucreries à l’intérieur, avant de sortir de la boutique sans ajouter un mot de plus. Je repris ma marche au centre-ville tout en me dirigeant chez lui, mais la flemme de marcher s’emparait doucement de mes pieds, et pas chance un bus passait à ce moment-là. J’ai pris mon billet en quatrième vitesse avant de me précipiter à l’intérieur, restant debout près de la porte. Je n’allais pas m’asseoir pour quatre arrêt avant que je n’arrive. Je n’étais tout de même pas aussi flemmard que ça.

Après plusieurs minutes dans le bus à éviter qu'un gamin ne bave sur moi, je descendais les marches du bus, posant mon sac sur le banc de l'arrêt du bus regardant autour de moi, pour essayer de me souvenir de la maison de Judi, je n'y était jamais allé avant ce jour, mais Jude m'avait décrit un peu la maison du jeune homme. Après avoir tourné sur moi-même quatre voir cinq fois je suis tombé sur la bonne. Je récupérais mes affaires en me dirigeant vers la belle maison, de celui à qui j’ai vola un baiser il y a de sa longtemps. Je n’avais jamais eu de tendance gay, bien que je sache dire si un garçon est beau, mais lui c’était différent, effrayant, excitant également. J’avais constamment envie de l’embrasser, j’avais beau être complétement sous l’effet de l’alcool je me souviens très bien que j’avais plus que bien apprécié le moment, je l’avais adoré au point de vouloir le réitéré.

J’étais à présent devant la porte, j’hésitais à sonner. J’avais peur, enfin presque peur de sa réaction en me voyant, allait-il me refermer la porte au nez ? Ho et puis merde qui ne tente rien n’a rien c’est bien connu non ? Alors il fallait que je me jette à l’eau que je prenne sur moi le faite que dans une minute j’aie sûrement une porte claquée au nez. « Aller Samson, c’est juste un porte, des bouts de bois et une sonnette.. Ça ne va pas te bouffer ! ». J’appuyais sur le petit bouton, pour avertir de ma présence. J’entendais sa voix hurler de l’intérieur qu’il arrivait. J’avais envie de prendre mes jambes à mon coups, j’étais aussi stressé qu’un gamin le jour de la rentrée. La porte c’est ouverte en grand, laissant apparaitre un petit blond, bouche ouverte comme un poisson hors de l’eau, des yeux tels des soucoupes volantes. J’affichais un petit sourire, avant de me racler la gorge « surprise ! », j'agitais le sachet de bonbons avant de rentrer sans demander la permission, je retirais ma veste en la posant sur le porte manteau. Elys et Jude n'avait pas menti c'est une vraiment belle maison. « Que..que... » je me tournais vers le blondinet en le regardant de haut en bas. Toujours sexy. « Qu'est-ce-que je fais là ?» Ça partais bien, voilà que maintenant je finissais ses phrases, enfin je l’aidais pour celle-ci. Le petit blond était encore sous le choc de me voir sûrement, enfin surtout chez lui. Je passais une main dans mes cheveux en regardant autour de moi, c’était vraiment grand, bien plus grand que notre appartement. Je l’enviais presque. « Et bien je m’ennuyais chez moi, alors j’ai pensé que je pouvais passer. ». Je plongeais une nouvelle fois mon regard dans le sien, avant d'afficher un petit sourire tel un gamin heureux d'être ici. Je pouvais être très sérieux, même trop sérieux, mais je pouvais me lâcher, déconner et même redevenir enfant. Aujourd'hui j'avais juste envie de passer une bonne journée avec lui. Même si quelques explications vont sûrement s'imposer. « Ho aller Judi, pète un coup ça ira mieux après ! »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)   Sam 11 Mai - 17:42

Canasson sexy ft Judi-Band.


« Il n'y a rien de définitif en nous, et qu'il est vain et futile d'essayer de rechercher qui on est. On ne découvrira jamais qui on est, ce qu'il faut c'est découvrir où on veut aller, ce qui est beaucoup plus intéressant. »


Tu as cru pouvoir combattre la solitude seul chez toi dans cette grande maison que tu détestes tant. Mais tu t'es trompé. Tu as pensé accorder ton attention pendant quelques temps sur ces épisodes à l'eau de rose sauf que tu as trouvé cela totalement débile. Tu éteins la télévision avec flemmardise avant de t’effondrer comme un pacha sur le canapé. Tu te fais royalement chier. Ta mère est partis avec l'un de ces faux Apollon. Un blond. Encore un de ces mecs faussement enjoué prêt à tout pour plaire à ta mère. Tu soupires d'exaspération. T'aimerais pouvoir dire à ta mère que tu détestes la voir partir comme cela avec des types malsains. Mais t'ose pas. Du moins tu ne veux pas la rendre triste. Pourtant tout comme elle tu souffres affreusement de l'absence de ton père. Tu te lèves du canapé en traînant des pieds pour pouvoir grignoter quelque chose dans la cuisine. T'ouvres le frigo mais tu t’aperçois qu'il reste des légumes de la veille. Qu'elle horreur. Ton ventre crie famine mais t'es prêt à crever de faim pour éviter de manger ce truc là. Ta mère ne fais vraiment pas d'effort pour te cuisiner quelques chose digne de tes papilles gustatives. Tu claques la porte du frigo agacé d'être délaissé ainsi. Dieu à l'air de t'écouter car la sonnette retentit dans la maison. Le bruit te fait sursauter. Tu ne vois pas qui cela peut-être à cette heure-ci mais tu es content d'avoir de la visite. Au moins cela te permettra de t'occuper pendant ces quelques minutes. Tu traverses le long couloir avant d'adresser un vague J'ARRIVE tout en te précipitant sur la poignée de la porte. Tu t'attendais tout sauf à cela. Il est là le sourire aux lèvres presque carnassier à t'observer de ses beaux yeux. Ces yeux qui ont su te charmer pendant ses secondes où tu as cru défaillir. T'aime pas ressentir cela encore moins te faire suspendre. " Que..que... " Certes, tu bafouilles mais t'y peux rien. Il réussit à te déstabiliser davantage en se permettant de rentrer chez toi. Sans aucune autorisation à vrai dire. Tu le déteste encore plus. Du moins t'aimerais le détester mais t'y arrive pas. T'es bien trop con, trop naïf pour haïr qui-que se soit. Tu te recule brutalement car sa main à légèrement frôler ton bras. Tu ne veux pas être toucher. Surtout par lui. Tu n'as qu'une seule envie qu'il dégage mais lorsqu'il secoue plusieurs paquets de bonbons ainsi que de gâteaux devant tes yeux bleutés tu le vois plus comme le salopard qui ta volé ton premier baiser. Mais plutôt un messie venu d'une autre planète. Tu le contourne toujours en évitant de le toucher. C'est à croire que tu as peur de choper la peste. Tu l'invites même pas à s'installer après tout il s'est permis d'entrer. T'aimerais que ta mère soit là finalement. Tu ne veux pas rester seul avec lui. Il est encore plus beau que d'habitude. Tu te sens mal. Très mal tu veux fuir quelque part mais impossible t'es chez toi. " Tu t'ennuyais ? Tu te fou de moi ? Ta pas l'impression d'exagérer un peu ? Tu as dû te tromper de maison. Maintenant tu ferais mieux de rentrer chez toi. " Tu rétorques d'un ton cassant. Tu ne veux pas craquer même si tu louches lourdement sur les sucreries. D'ailleurs il n'y a pas que sur les sucreries que tu louches. Mais cela tu ne l'admettras jamais même sous la torture. " Ho aller Judi, pète un coup ça ira mieux après ! " L'humour et encore l'humour. Difficile de ne pas sourire. Tu caches malgré tout ce rictus qui s'est accroché à tes lèvres. Tu t'ennuyais après tout alors pourquoi pas ? Tu sais que c'est mauvais de pactiser avec l’ennemi mais tu craques. Tu meurs surtout de faim. " Ok. Mais tu restes loin de moi et surtout tu me file quelques bonbons. Après tout tu me dois bien cela Monsieur le séducteur. " Certes, t'abuse un peu. C'est pas comme-ci il allait te sauter dessus comme un lion affamé.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)   Sam 11 Mai - 20:16


Excuses & Surcreries.

T’es désolé ? À ouais, ça change tout !

Stresse, choqué, sous le charme tous les sentiments passaient au travers du regard que daignait me donner le blondinet, plutôt à éviter le mien qui s’amusait à le brusquer. J’étais comme une lionne qui tourne autour de sa gazelle, prêt à bondir pour en faire son repas du soir. J’étais rarement voir jamais comme ça, mais il était différent le voir intimidé presque énervé me faisait rire, le voir déstabilisé m’attirait encore plus. Je n’étais pas gay, ni bisexuelle, j’avais jamais été attiré par un homme avant, mais il était tellement craquant que je pourrais presque en viré de bord, enfin j’ai bien dit presque. J’ai vu sur ma route plein de paysage, mais son visage était sûrement le plus beau. « Tu t'ennuyais ? Tu te fou de moi ? Ta pas l'impression d'exagérer un peu ? Tu as dû te tromper de maison. Maintenant tu ferais mieux de rentrer chez toi ». j’avais envie de rire, presque d’en hurler de rire. Il était attendrissant quand il essayait de s’énervait on avait presque envie de lui faire un câlin pour lui dire d’éviter tout énervement qu’il risquerait de se faire mal. « Non, non. Je ne me suis pas trompé de maison. T'es bien la personne que je cherchais ». j’avançais en direction de la cuisine, je tenais toujours le sachet contre mes jambes, c’était sûrement le seul bon point de ma journée voyant comment Judi regardait ce sac rempli de nourriture, je devais presque être Dieu à ses yeux et j’adorais ça. « Ok. Mais tu restes loin de moi et surtout tu me file quelques bonbons. Après tout tu me dois bien cela Monsieur le séducteur. ». Je lui tendais le sac remplis de bonbon acheté quelques minutes plutôt, je savais que ça lui ferais plaisirs, que ça m’éviterais de mourir et de pouvoir rester avant de me faire jeter comme un mal propre. Il tira le sac vers lui tel que Gollum dans la trilogie des anneaux avec cet anneaux de malheur plus connu sous « mon précieux », je m’attendais presque à voir Judi se mettre à quatre pattes et tenir le sachet contre lui en hurlant ces mots. Il fallait vraiment que j’arrête de regarder des films avec Jude et ses goûts cinématographie étrange. Je me raclais la gorge pour me remettre dans le présent et pas dans un futur loufoque.

Je m’approchais de lui, comme un loup tapis dans l’ombre je l’observais en silence prêt à bondir au moindre geste. A une distance raisonnable je le regardais manger ses bonbons « bouh! ». Il sursauta et manqua de lâcher le sac plastique, j’affichais un sourire de vainqueur avant de plonger ma main dans le sachet et de quitter l’endroit pour me balader à travers de la maison sans gêne, comme si j’avais eu la permission oral de faire comme chez moi. Je me laissais tomber sur un canapé au salon, laissant glisser ma tête sur les coussins derrière mon crâne fixant le plafond, portant les sucreries à ma bouche de temps en temps, je tournais légèrement le regard pour voir le blondinet me fixer comme si j’étais une sorcière sur son balais, une verrue sur le nez et des poils dans les oreilles, ou comme le grand méchant loup près à manger le petit chaperon rouge. « Tu peux t’asseoir, je ne vais pas te sauter dessus… j’ai rien bu encore » je n’allais pas lui dire que je n’avais presque pas besoin de boire, pour lui arracher un nouveau baisé, voler, approuver comme il voulait. Beau garçon, je suis tombé sous le charme, à cause de ton sourire, je suis tombé sous le charme de ton esprit, beau garçon tes lèvres m’enivre. J’avais envie de vivre dans tes bras, de vivre la tranquille comme si je connaissais l’endroit par cœur, l’ignorance me manquait, l’ignorance de tes bras. Je voulais m’oublier dans tes bras. Même si je ne suis pas d'ici je connaissais par cœur le contour de tes lèvres, même si je ne suis pas de là je voulais me laisser aller, et me la couleur douce avec toi. « Blondie t’as quelque chose à boire ? » voyant le regard qu’il me lançait il fallait sûrement que je précise « sans alcool, voyons blondie c’est pas l’heure encore » quoi que pour un Irlandais c’est l’heure depuis le réveil, il est toujours l’heure de ce prendre une cuite mémorable. Je vois que la réponse du garçon est sûrement bloquée au fond de sa gorge, alors j’engloutis mes quelques bonbons qui restent dans ma main avant de me lever du canapé, de frotter mes mains pour enlever le sucre et de me diriger vers le frigo dans la cuisine.

J’ouvrais la porte de ce dernier avant d’analyser le contenu « te gêne pas » je tournais légèrement pour voir le blondinet à côté de moi « si je me gênais pas, je t’aurais déjà embrassé » voilà de quoi lui clouer le clapet le temps que je cherche de quoi assouvir ma soif. Après avoir sorti une canette de soda et l’avoir ouvert je fermais le réfrigérateur en m’appuyant contre ce dernier en fixant monsieur Band en face de moi. « On fait quoi ? On se roule des galoches ou on regarde un film » j’éclatais de rire pour lui montrer que je ne pensais pas… ou presque pas mes paroles. Je pense toujours à coller mes lèvres au siennes, mais il faut déjà le décoincer un peu avant de tenter quelque chose, et puis je ne veux pas le dégouter ce petit Judichou. Je me dirigeais directement vers le canapé du salon en attendant le jeune homme pour regarder un film, ou ce qu’il voulait, après tout honneur au plus jeune. « Choisis ce que tu veux, j’aime tout.. » je regardais un peu sa collection de dvd « même les disney » dis-je en posant mon regard sur la belle au bois dormant. Après tout c’est quand même de ce dessin animé que je tire mon prénom, enfin mon autre prénom. Mais ça Judi devait l’ignoré qu’en réalité je m’appelais Kilian et pas Samson comme le cheval du prince Philip dans la belle au bois dormant. Après tout peut de personne savait mon véritable prénom, et c’était mieux comme ça, je préfère laisser mon vrai prénom au passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)   Dim 12 Mai - 12:17

Canasson sexy ft Judi-Band.


« Il n'y a rien de définitif en nous, et qu'il est vain et futile d'essayer de rechercher qui on est. On ne découvrira jamais qui on est, ce qu'il faut c'est découvrir où on veut aller, ce qui est beaucoup plus intéressant. »


" Non, non. Je ne me suis pas trompé de maison. T'es bien la personne que je cherchais. " Ce type était désespérant. Tu soupires d'exaspération sachant que malgré tes dires il ne partirait pas de si tôt. Tu lui jettes un regard inquisiteur espérant comprendre l'objet de sa véritable venue. Tes yeux se posent de nouveau dans ses iris noisettes. Une chose qu'il ne fallait sans doute pas faire. T'es troublé. Il te déconcerte totalement ce qui t'agaces plus que tout. T'aimerais pouvoir t'échapper de ses sensations qui te sont encore inconnue. Ce type c'est le mal incarné. T'attrapes une nouvelle fois les sac remplit de bonbon qu'il te tend. Tu n'oserais refuser après tout tu as faim. Faim de gourmandise. T'engouffres plusieurs de ces bonbons dans ta bouche. Tu as l'impression que tes papilles gustatives vont éclater sous cette explosion de saveur. Le glucose qui coule le long de ton organisme te fait un bien fou. Si bien que tu baisses ta garde sans t'en rendre compte. Le fauteur de trouble en profite pour s'approcher de toi. " Bouh! " Il te surprenant une nouvelle fois. Tu as faillis frôler la crise cardiaque. Ce salaud voulait ta mort. Il affiche un sourire glorieux digne d'une publicité pour dentifrice avant de se faufiler dans le salon. Tu le déteste. Tu te le répète sans cesse pour que ton esprit imprime cette phrase. Sauf que tu as plus l'impression de perdre ton temps. Ta conscience te ris au nez. Contrairement à toi elle sait que tu ne le déteste pas. C'est plutôt tout le contraire. T'aime donc jouer avec le feu ? Peut-être bien que oui au fond. Il ose s'installer sur le canapé. TON canapé. Tu pourrais le foutre dehors à coups de pied aux fesses mais quelque chose en toi t'en empêche. Pourquoi ? T'en sais strictement rien. T'aimerais pouvoir comprendre ce qui se passe mais t'es perdu. Perdu comme un con à l'observer. " Tu peux t’asseoir, je ne vais pas te sauter dessus… j’ai rien bu encore. " Ses sous-entendus ne te laisse pas de marbre. Une forte chaleur s'empare de tes joues. Tu rougis encore et encore devant un homme. Devant LUI. Tu ne sais plus quoi en penser. Tu décides de t'installer le plus loin possible de cet agitateur en évitant de répondre à ces propos insensés. Il te demande ironiquement si tu as quelque chose à boire. Serait-ce un message caché ? Tu le regardes outré avant de lui balancer au visage. " Judi s'il te plaît. Blondie c'est pour ma sœur. Je ne suis pas une femme. Tu veux boire ? Bois de l'eau cela calmera tes ardeurs d'animal en rûte. " Tu as encore oublié ta gentillesse. Tu as préféré l'a laisser de côté pour cette fois. Tu sais pertinemment que si tu cèdes à tous ses caprices, ses envies tu te retrouverais à califourchon sur lui sans comprendre réellement ce qui t'arrive. Alors tu fais le méchant. C'est plus simple et moins dangereux pour ton petit cœur. Don Juan se lève enfin de TON canapé pour se diriger une nouvelle fois dans la cuisine. Il a pas l'air déshydraté. En fait il cherche à t'ennuyer, te pousser à bout. Tu lui murmure un vague " Te gêne pas. " en observant le moindre de ses faits et gestes. De toute façon à part du café il n'y a rien dans dans cette cuisine. Mais tu préfères le laisser chercher, mariner tu trouves cela plutôt amusant. Malheureusement il arrive toujours à te lancer des piques. " Si je me gênais pas, je t’aurais déjà embrassé. " Tu avales difficile ta salive. Tu le vois refermer la porte de ton réfrigérateur. Il s'avance dangereusement de toi. Tu ne sais quoi répondre. T'observe à nouveau la forme de ses lèvres. Tu commences à te perdre dans tes pensées cherchant à savoir quel goût peuvent-elles avoir. Aie c'est malsain. Tu n'as même pas fais attention à la canette de soda qu'il traînait dans ses mains. Encore une fois il venait de t'avoir à l'usure. L'enfoiré. " On fait quoi ? On se roule des galoches ou on regarde un film. " Il éclate de rire comme-ci ses mots n'avaient aucun sens. Tu retoques aussitôt. " Arrête de rire et de jouer avec moi. J'aime pas ça. Tu me met mal à l'aise et tu m'agaces. Tu veux quoi au juste ? " Pour toute réponse tu as le droit au silence. Du moins il a également l'art et la manière de détourner tes questions. Il t'épuise. T'es fatigué de te battre contre toi même. " Ce que tu veux. Je m'en fou. T'es fatiguant. " Tu t'effondres de nouveau sur ton canapé. Tu cherches même plus à éviter son regard perçant. Ta juste lâcher le morceau pour le moment.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)   

Revenir en haut Aller en bas
 

#0007 T’a des beaux yeux tu sais ? (ft Judi band)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONE LAST KISS. :: Logements Cherry Ridge Blvd.-