AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mer 20 Fév - 5:04

Sex is a part of nature and I go along with nature.


En me sentant revenir à moi ce matin-là, je compris que j'avais peut-être exagéré un peu la veille. Étant sorti dans un bar, j'avais passé mon temps à boire et à draguer une charmante demoiselle durant une bonne partie de la soirée. Puisque l'alcool était mon plus grand péché sur cette Terre, j'avais eu du mal à me contenir et, d'ailleurs, qu'elle n'avait pas été ma surprise lorsque je m'étais rendu compte que la jeune femme avait un copain qui était venu la rejoindre. La soirée étant déjà bien avancée, je me rappelais avoir appeler Arleen, bourré, n'ayant pas envie de travailler sur une autre pour pouvoir avoir ce que je voulais. Le côté facile suffisait pour ce soir-là. Maintenant enfoui sous les draps, je regrettais bien d'avoir autant bu puisqu'un affreux mal de tête m'étouffait pour le moment alors que je n'avais même pas encore osé ouvrir les yeux. Je passai la main dans mes cheveux et ne manquai pas de remarquer qu'ils partaient directement dans tous les sens. De ce que je pouvais me remémorer, la nuit n'avait pas été de tout repos, spécialement avec demoiselle Holloway. Je me retournai dans mon lit, me sentant définitivement courbaturé, et j'allais retomber dans le sommeil lorsqu'un mouvement attira mon attention. Je n'eus d'autres choix que d'ouvrir mes yeux afin de satisfaire ma curiosité, et une fois entre-ouverts, je me retrouvai face à face à Arleen, celle-ci toujours assoupie à mes côtés. Elle avait du être trop épuisée la veille pour rentrer tout de suite chez elle et puis, il faut le dire, cela ne me déplaisait pas du tout.

Notre relation était plutôt étrange. Depuis que nous nous connaissions, nos états avaient constamment passés de « je te déteste » à « couchons ensembles comme de vrais bêtes ». À vrai dire, la plupart du temps, nous nous trouvions mutuellement insupportables, mais il nous arrivait tout aussi bien de s'entendre et de s'agacer un peu. Je crois que, à bien y penser, on s'appréciait tout en gardant des distances afin de ne pas tomber dans notre jeu car, avouons-le, il est rare que les amitiés améliorées se terminent bien. Il y a toujours une personne qui s'attache ou même les deux, alors on évitait tout ce mélodrame en décidant de ne pas endurer l'autre. Quoi qu'il en soit, nous étions encore dans le même foutoir alors que j'hésitais à la renvoyer chez elle, ou tout simplement la laisser dormir puisqu'elle semblait bien où elle était. Je décidai de prendre la dernière option et je me mis alors sur le dos, prenant le temps de me réveiller.

Je ne me levai de mon lit qu'une dizaine de minutes plus tard, prenant mon temps puisque j'étais exténué à cause de cette gueule de bois. J'enfilai alors un caleçon et me rendis à la cuisine par automatisme, fouillant dans le frigo pour prendre une bière. Rien de tel que l'alcool pour enlever les effets de la veille. Puisque mon loft était à grande aire ouverte, j'avais une vue directe sur Arleen qui ne semblait pas se rendre compte de sa présence chez moi, bien enfouie contre mon oreiller et dans les draps. Je revins donc près du lit et, après avoir avalé une longue gorgée, posai la bouteille sur ma table de nuit. Puisqu'elle était maintenant placée dos contre le matelas, je n'eus aucun mal à venir sur elle doucement, respectant tout de même son sommeil. J'en avais toutefois assez de la voir dormir, il manquait bien un peu d'action. Je mis mes lèvres contre son cou dénudé, laissant par ailleurs une trace de ma venue, puis remontant jusqu'à son lobe d'oreille, le mordillant, ainsi qu'à ses lèvres. Elle était bien chanceuse que je sois de bonne humeur aujourd'hui, et que je n'avais nullement envie de la voir partir rapidement.

« J'aime bien t'avoir nue dans mon lit, mais ça sert à rien si tu dors autant tu sais »

Murmurai-je avec un petit sourire amusé, continuant de parcourir le haut de son corps de mes lèvres.


Dernière édition par Kelian Elijah Rothesay le Mar 26 Fév - 6:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Jeu 21 Fév - 0:05

sex is a part of nature and I go along with nature,
Qu’est-ce que j’avais fait hier soir, déjà ? La seule chose dont je me souvienne, c’était que je n’avais pas beaucoup dormi. Ce dont j’étais quasiment certaine aussi, c’était que le lit dans lequel je me trouvais n’était pas le mien. Toutefois, il m’était tout de même familer – peut-être trop familier, même. De manière machinale, presque automatique, je tendis les bras, recouvrant ainsi toute la surface du lit, afin de savoir si oui ou non j’étais seule. Visiblement, j’avais le lit pour moi toute seule. Du moins, c’est ce que j’en avais déduit jusqu’à ce que je ne sente un poids venir se poser contre mon corps. Bien que je ne sois qu’à peine éveillée, je n’eus aucun mal à deviner l’identité de la personne qui se trouvait désormais au-dessus de moi. Son souffle sur ma peau nue, la douceur de ses lèvres, sa façon de mordiller les miennes ; je les aurais reconnus entre mille pour en avoir trop souvent été la victime consentante. Et puis, un vague souvenir de la soirée me revint en mémoire.

f l a s h b a c k – J’avais prévu de passer une soirée tranquille, pour une fois. Rares étaient les soirs que je passais seule chez moi. La plupart du temps, je passais des heures avec mes amis, parfois avec des garçons. Quoi qu’il en soit, ce n’était jamais de tout repos. Ce soir encore, et malgré mes plans, les prochaines heures allaient être tout sauf calmes et tranquilles. Dans les environs de vingt-trois heures, alors que j’étais emmitouflée sous ma couette avec pour seule compagnie la télévision, j’avais entendu le bruit sourd de mon portable en train de vibrer contre le bois de ma table de nuit. C’était Kelian qui me demandait de le rejoindre, je ne sais plus très bien où. En tout cas, ça avait l’air plutôt urgent ; assez pour que je ne troque ma soirée de pantouflarde pour une soirée davantage mouvementée et haute en couleurs. A mon arrivée, je me rappelle avoir incendié Kelian que j’avais retrouvé totalement éméché mais qui, en revanche, n’avait aucun motif d’urgence qui nécessite ma présence. Pourtant, il ne nous avait pas fallu plus de quelques minutes pour que nous ne trouvions une raison valable à ma présence. Par chance, lui et moi avions toujours eu plus ou moins la même conception du mot « valable ». En sa présence, j’avais tendance à perdre toute capacité à réfléchir. Ainsi, malgré une relation plutôt chaotique, voire explosive, rares étaient les fois où nous ne finissions pas dans le même lit… ou ailleurs, d’ailleurs, pourvu que l’endroit en question soit un minimum commode pour une partie de jambes en l’air. Cette fois encore, notre rencontre n’avait pas fait exception à la règle – f i n.

Kelian… murmurai-je, à moitié ensommeillée. La façon qu’il avait de titiller mon corps tout entier à l’aide de mordillements, de baisers et tout ce qui s’en suit, avait le don de me faire frissonner. Il savait parfaitement s’y prendre avec moi, et c’était probablement l’une des raisons qui faisait que je me laissais toujours prendre par ce scénario grotesque que nous avions l’habitude de jouer. En fait, si l’on omettait l’aspect ambivalent et parfois équivoque de notre relation, nous n’étions ni plus ni moins que des sex-friends. En connaissance de cause, je n’avais pas eu de peine à comprendre le pourquoi du comment ; le vague souvenir de ce qui c’était passé la veille m’avait rapidement fait prendre conscience de la raison pour laquelle je me trouvais ici, dans le lit du jeune homme. Doucement, je recouvrais mes esprits tandis que la voix de Kelian me parvenait. Sa première remarque me fit d’ailleurs esquisser un léger sourire, tandis que je penchai légèrement la tête en arrière pour laisser le jeune homme poursuivre ses baisers. J’y peux rien si tu m’épuise, me contentai-je de répondre dans un murmure. Une courte minute suffit à laisser un parfum de bière planer autour de nous, venant confirmer l’idée que je m’étais faite de notre soirée de la veille. Il fallait dire que c’était notre lot régulier. C’est toi ou c’est moi qui pue la bière ? demandai-je ensuite tandis que je me redressais sur le lit, couvrant la moitié de mon corps à l’aide des draps (sûrement par automatisme, puisque j’étais totalement consciente que depuis le temps, Kelian me connaissait sous toutes les coutures). Furtivement, je balayai la pièce du regard jusqu’à ce que ce dernier ne se pose sur la table de nuit sur laquelle se trouvait une bouteille de bière. Ah… c’est toi, ajoutai-je pour toute réponse en lui adressant un sourire narquois. D’un geste de la main, j’attrapai la bouteille en question afin de boire une ou deux gorgées de son contenu. Je la tendis ensuite vers Kelian, lui proposant d’en reprendre une gorgée. Tiens, tu veux lire dans mes pensées ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 22 Fév - 5:59

Sex is a part of nature and I go along with nature.


L'entendre murmurer mon prénom de sa voix encore endormie, jamais je ne pourrais m'en lasser. C'était ce qui était spécial entre nous, et ce que j'appréciais évidemment. Bien que l'on se ressemblait sur certains points, nous étions totalement incompatibles en tant qu'amis, et c'était peut-être mieux ainsi. Cela nous empêchait de s'attacher à l'autre pour nous permettre de profiter pleinement de notre relation ambigüe sans ressentir d'émotions trop fortes qui risqueraient de tout gâcher. En sa présence, je restais moi-même, mais je savais qu'une autre partie de moi faisait surface et se laissait complètement aller. J'avais un grand respect envers les femmes, spécialement après m'être occupé de ma jeune soeur pendant mon enfance, mais malheureusement, ma réputation cachait l'attention que je leur portais. Je n'avais jamais fait de mal à une demoiselle avec l'intention de le faire, j'avais toujours fait attention à ce que mes relations, sérieuses ou non, soient bien dans ce que nous faisions, et jamais je forçais l'autre dans quoi que ce soit. Puisque Arleen était assez ouverte avec moi, je sentais qu'elle n'avait pas besoin de recevoir toute cette attention de moi, et que je pouvais me permettre de faire ressortir mon côté un peu plus féroce, peut-être aussi parce qu'elle me provoquait souvent.

« J'y peux rien si tu m'épuises »

Alors que je continuais de parcourir son corps dénudé de mes lèvres, sa remarque me fit esquisser un sourire en coin. En tant que mec qui se respecte, entendre ma partenaire dire que je réussissais bien mon boulot au lit était totalement agréable à entendre, quoique je n'avais jamais douté de mes capacités. Les sons qu'elle produisait la nuit étaient assez pour m'en assurer. Alors qu'elle se redressait, je me retirai de sur celle-ci et la regardai alors qu'elle se demandait d'où venait l'odeur de bière, réponse qu'elle eut bien rapidement. J'avais remarqué sa manière de remonter les draps sur son corps, comme si elle avait quelque chose à cacher de ma vue, mais je ne fis rien pour le moment, sachant que ça n'allait pas durer de toute façon. Au contraire, mon regard s'orienta sur la bouteille qu'elle avait décidé de prendre afin d'en boire quelques gorgées. Ne. Jamais. Prendre. Ma. Bouteille. Point final. Cela peut être fatal. Bon, d'accord, pas tant que ça, mais je déteste voir quelqu'un boire mon alcool, bien que je sais que c'est exagéré de me sentir ainsi lorsque cela arrive. Ma réaction ne fut toutefois pas immédiate, et je ne me montrai pas colérique, loin de là. « Tiens, tu veux lire dans mes pensées ? » Je ne fis qu'un geste pour reprendre la bouteille de bière et en boire tout le reste du contenu, la reposant ensuite à sa place sur ma table de nuit. Je ne dis rien, tout simplement car je n'avais pas envie d'être de mauvaise humeur avec Arleen aujourd'hui, nous avions tellement mieux à faire. Puisqu'elle avait parlé un peu avant, je posai mes yeux sur elle et, plongeant sous les draps, pris la jeune femme dans mes bras pour la mettre sur moi, maintenant allongé dans le lit. Je capturai ses lèvres férocement, prenant le contrôle, descendant mes mains sur ses fesses pour la rapprocher un peu plus.

« Oh, si seulement j'en étais capable.. et elles racontent quoi, ces pensées ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 22 Fév - 22:26

sex is a part of nature and I go along with nature,
Me réveiller ici, dans le lit de Kelian ne m’étonnais qu’à moitié. Toutefois, cela ne voulait pas dire que je n’appréciais pas. Il est vrai que parfois, nous avions mutuellement du mal à nous supporter, ce pourquoi notre relation n’avait jamais été plus loin que nos chambres à coucher. Et pour être honnête, peut-être que c’était mieux ainsi. Je n’étais pourtant pas ce genre de fille, à coucher à droite à gauche avec un nouveau mec tous les soirs. J’ignorais pourquoi avec Kelian, ce scénario se répétait à chaque fois. Cela devenait presque une question d’habitude, sans doute parce que je savais à quoi m’attendre de sa part : pas plus. De toute façon, ce genre d’histoire a le don de finir relativement mal, en général. De notre côté, nous préférions prévenir que guérir. Ce matin, allez savoir pourquoi, je ne ressentais aucune rancœur, aucune sensation de dérangement, rien de désagréable, au contraire. Qui plus est, mon réveil avait été orchestré par les baisers de Kelian dont le souffle sur ma peau avait eu le don de me faire frissonner. Il n’avait apparemment plus envie que je dorme, et c’est d’ailleurs ce qu’il me fit remarquer. A mon tour, je lui glissai alors une remarque qui eut pour résultat de le faire sourire. Un bon point selon moi puisque ce n’était pas notre habitude première que de nous échanger des sourires polis tout au long de la journée. Aujourd’hui pourtant, il semblait plutôt de bonne composition, et moi aussi.
L’odeur distincte de bière qui me parvenait doucement me remémora quelque peu les évènements de la veille. Rien de bien surprenant en somme. Et comme si ce n’était pas suffisant, après m’être redressée, je m’étais spontanément emparée de la bouteille de bière de Kelian afin d’en boire une légère gorgée. Lorsque je lui rendis, je regrettai presque mon geste. Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne me sautes pas à la gorge ? Pensai-je en mon for intérieur. Certes nous passions rarement notre temps à discuter lui et moi, mais je le connaissais assez bien pour savoir que ce n’était pas le genre de geste qu’il appréciait. Pourtant, il ne fit rien, se contentant de reprendre son dû, de vider la bouteille et de répondre à ma précédente question à sa manière. Sa spontanéité ne me surpris qu’à peine. Ainsi, lorsque je le vis se glisser de nouveau sous les draps, je me contentai de lui adresser un sourire taquin. Entraînée par son élan, je me retrouvai rapidement sur lui, mon corps contre le sien. Oh, si seulement j’en étais capable… Sa réponse ne fit qu’accentuer mon sourire. Machinalement, je me redressai très légèrement, me retrouvant à califourchon sur Kelian. Et elles racontent quoi ces pensées ? poursuivit-il alors que je lui lançais un regard narquois. Délicatement, j’approchai mes lèvres de son oreille droite. Ce serait trop facile que tu le saches, finis-je par lâcher d'un ton légèrement provocateur après quelques secondes. Par la suite, je lâchai spontanément un léger rire. Oui, j’avais ri en la compagnie de Kalian. C’était rare, mais ça arrivait. Aujourd’hui, je me sentais étrangement bien en sa compagnie. C'est ainsi que, de manière naturelle, je vins conclure ma phrase d'un petit baiser au coin de ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Sam 23 Fév - 7:41

Sex is a part of nature and I go along with nature.


« Ce serait trop facile que tu le saches »

Moi qui étais de nature bien curieuse, voilà qui ne m'aidait pas du tout. J'avais envie de savoir ce qu'elle pensait tant à ce moment précis, tout simplement parce qu'il est presque impossible pour un mec de décrypter les pensées exactes d'une femme. J'aimais savoir ce qu'elle ressentait parfois ou même en connaître un peu plus sur elle. C'est ce dont je n'arrivais pas à comprendre parfaitement de notre relation. Autant elle pouvait être énervante à mes yeux la plupart du temps, autant je m'étais attaché indirectement à celle-ci et que je me préoccupais de savoir tout ce qu'elle pensait. Cela devait être mon côté « sensible », n'ayant pas envie de faire de mal à une femme par respect... Quoiqu'il en soit, je savais que je l'appréciais tout de même, un sentiment bien enfoui au fond de moi, sinon je ne serais jamais capable de la mettre dans mon lit aussi facilement. La frustration que l'on ressentait envers l'autre était nécessairement un simple sentiment qui nous aidait à entretenir notre relation « sexfriends ». Le soudain rire d'Arleen attira tout d'un coup mon attention, ayant rarement l'occasion de l'entendre ainsi. Cela m'étonnait et, à la lueur de cette franche réaction de sa part, je compris qu'aujourd'hui n'était pas une journée habituelle. Au lieu de nos engueulades perpétuelles, nous étions capable de... discuter ? Wouah, quelle avancée ! Toujours sous elle, la retenant contre moi, je restai de marbre pendant un instant avant de tout juste reprendre mes esprits et de rire à mon tour. On pourrait peut-être tirer profit de cette bonne humeur, qui sait. J'avais l'impression que, pour une fois, je ne la trouvais pas énervante, mais plaisante au contraire. Je la voyais s'approcher un peu plus, puis elle posa un baiser sur la commissure de mes lèvres, fait qui me surpris évidemment. Depuis quand était-elle aussi tendre ? Effectivement, rien n'était comme à notre habitude. Je ne pus m'empêcher de sourire et de rire à mon tour, me redressant dans le lit pour être assis, la tenant toujours contre moi, dans mes bras, celle-ci me chevauchant. Une petite idée derrière la tête, je réussis alors à me mettre sur le bord du lit, faire certain que ses jambes étaient bien autour de ma taille, puis me levai tout en la gardant dans mes bras. La salle de bain n'étant pas très loin de ma chambre, je m'y dirigeai tout en essayant de retirer mon caleçon que j'avais enfilé un peu avant, manquant à plusieurs reprises de tomber, cela n'étant pas aussi simple que je le pensais. Lorsque l'on arriva dans la pièce, je ne tardai pas à entrer sous la douche, plaquant presque trop violemment Arleen contre le mur, libérant une main pour laisser couler l'eau chaude. Je pressai alors « furieusement » mes lèvres contre les siennes, l'embrassant avec envie, puis empoignai ses fesses de manière érotique pour la stimuler pleinement.

« Et bien, si tu ne veux pas le dire, il faudra bien t'y forcer.. »

Murmurai-je alors que je descendais mes lèvres sur son cou, mordillant sa peau nue par endroit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Dim 24 Fév - 20:57

sex is a part of nature and I go along with nature,
Moi qui avait tendance à rester secrete, ce n’était sûrement pas avec Kelian que j’allais me livrer à coeur ouvert. De toute façon, d’une certaine manière, notre relation nous l’interdisait. Pourtant, face à la curiosité dont Kelian faisait souvent preuve, j’avais parfois du mal à me contenir, notamment lors des jours comme aujourd’hui où la présence de celui-ci ne m’était pas insupportable. C’est pourquoi, de manière indirecte -et probablement inconsciente- je proposai au jeune homme de connaître mes pensées en buvant une gorgée de bière après moi. De mon côté cependant, je n’avais réussi à déceler aucune de ses pensées par le biais de cette bouteille. Les choses seraient bien trop simple s’il était possible de se mettre dans la tête de quelqu’un l’espace d’un instant, uniquement un buvant dans son verre. Pourtant, je devais avouer que s’il y avait bien une personne de qui j’aurais souhaité lire les pensées, c’était Kelian. Assez paradoxalement, c’était presque la personne avec qui je passais le plus de temps, mais aussi la personne que je connaissais le moins. Il y avait une certaine ambiguïté dans la personnalité de Kelian qui me poussait à vouloir en savoir plus, même si de mon côté, j’étais consciente que je ne me dévoilais pas plus. Chacun, nous nous contentions du minimum. Du moins, c’est ce que nous avions l’habitude de faire. Aujourd’hui toutefois, Kelian semblait relativement bien décidé à me faire cracher quelques informations quant à mes pensées du moment. Sa persévérance me fit d’ailleurs esquisser un léger sourire, sourire qui s’accentua lorsque le rire de Kelian vint accompagner le mien. Ce rire, j’avais rarement eu la chance de l’entendre, voire même pas du tout. C’était surprenant, mais agréable. Je restai silencieuse, me surprenant presque à apprécier ce moment. Toutefois, il ne fallut qu’une fraction de seconde pour que la présente atmosphère ne soit bouleversée. Aussi silencieux que moi, Kelian se fit glisser sur le bord du lit avant de se lever et de me porter jusqu’à la salle de bain qui n’était qu’à quelques pas de la chambre. Enfin, ce n’était peut-être pas loin, mais le trajet semblait tout de même semé d’embuche, à en juger par les nombreuses pertes d’équilibre de Kelian. Je croisai mes jambes autour de sa taille, mes bras autour de son cou, et me laissai porter en essayant tant bien que mal de réprimer mes rires chaque fois que le jeune homme manquait de trébucher. Néanmoins, il reprit très rapidement le contrôle de ses gestes et, en quelques secondes mon dos percuta la paroi de la douche contre laquelle me plaqua Kelian, avec toute la détermination que je lui connaissais bien. Avec tout autant de fougue, je répondais à ses baisers. Et bien, si tu ne veux pas le dire, il faudra bien t’y forcer… un sourire narquois vint se glisser sur mes lèvres, et j’interrompis nos baisers le temps de quelques minutes. Hm, je vous trouve bien curieux monsieur Rothesay, murmurai-je contre ses lèvres. Mais il va falloir plus que ça pour me faire parler ajoutai-je en souriant avant de lui mordiller la lèvre inférieure une fois que les lèvres de Kelian se trouvèrent de nouveau à niveau des miennes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mar 26 Fév - 6:03

Sex is a part of nature and I go along with nature.


« Hm, je vous trouve bien curieux monsieur Rothesay » Cette remarque me fit sourire alors que ses lèvres étaient toujours près des miennes. Oh ça oui, j'avais envie de savoir, et elle savait comment se faire désirer. À quoi pensait-elle lorsqu'elle était avec moi ? Nous parlions très peu normalement et jamais je ne l'avais agacé à connaître ses pensées car cela m'importait peu, mais là elle avait piqué ma curiosité. Je voulus rétorquer quelque chose, mais elle fut plus rapide et poursuivit en se décollant de moi : « Mais il va falloir plus que ça pour me faire parler ». J'adorais les défis, et je prenais celui-ci personnellement très à coeur. Cette fois-ci, je ne répondis pas, préférant garder notre temps pour de meilleures choses encore. L'embrassant à nouveau, je la pris aux mots et renforçai aussitôt notre étreinte. À croire que la veille n'avait pas suffit car j'avais ardemment envie d'elle maintenant, ou peut-être était-ce seulement sous l'effet qu'elle produisait en cherchant à me provoquer. Puisqu'elle était toujours dans mes bras, je passai une main de ses fesses à l'intérieur de ses cuisses lentement, peut-être même un peu trop, me détachant un peu dans notre emprise pour mieux placer ma main sur son entrejambe par la suite. Je ne la touchai pas directement, puisque mon but était aussi de l'entendre me supplier, mais je m'amusais à la frôler de temps à autre. Une fois ou deux, je me permis à toucher complètement son sexe, la caressant et enfonçant deux doigts en elle pour lui donner envie de plus encore. Aussitôt que je la sentais apprécier un peu trop, je les retirais et la laissais sur sa faim. « Je pourrais très bien te prendre maintenant, contre ce mur, mais tu devras d'abord parler si tu désires que cela se produise », murmurai-je alors à son oreille d'une voix démontrant mon envie pour elle. Je cessai alors toute caresse intime et me rapprochai à nouveau d'Arleen, approfondissant mes baisers situés dans son cou et sur sa poitrine. Mon membre en complète érection ne cessait de venir caresser chaque parcelle de sa peau, révélant bien sûr à quel point je la désirais. À vrai dire, à cet instant, je ne voyais même plus l'intérêt de connaître ses pensées puisque ce n'était pas du tout cela que j'avais en tête à présent. Toutefois, je ne souhaitais pas laisser tomber à son profit puisque, prenant cela comme un jeu, je ne voulais que la victoire.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mar 26 Fév - 21:19

sex is a part of nature and I go along with nature,
J’avais beau pretender que Kelian m’était tout bonnement insupportable la plupart du temps, je devais sûrement quand meme bien l’apprécier un peu au fond. La preuve en était qu’aujourd’hui, je trouvais sa présence agréable. Peut-être que je me forçais à le détester parfois, et peut-être même que le simple fait d’être désagréable avec lui me paraissait naturel. A vrai dire, cela simplifiait beaucoup les choses entre nous. Inconsciemment, c’était un moyen pour nous de conserver notre relation intacte, bien que celle-ci soit quelque peu inhabituelle. Mais c’était préférable. Les jours comme aujourd’hui où j’avais presque l’impression de ressentir une certaine sensibilité chez Kelian comme chez moi, c’était… étrange. Oui, étrange, dans le sens où ça me faisait peur. En fait, je n’avais juste pas l’habitude, mais ce n’était pas pour autant que je n’appréciais pas le fait qu’on ne s’envoie pas balader toutes les cinq minutes. Au contraire. C’était agréable de l’entendre rire, et son petit côté sensible bien enfoui lui donnait presque un côté attachant. Mais ça, j’évitais d’y penser. Du moins j’essayais, parce que s’attacher l‘un à l’autre, ce n’était pas dans nos plans. Aussi, lorsqu’il m’interrogeait sur le fond de mes pensées, pensées qui avaient visiblement attisé son intérêt, je ne dévoilai rien de plus, préférant m’en tenir à la provocation qu’il avait toujours connu chez moi. La réaction de Kelian ne se fit pas attendre, me prouvant dans le même temps qu’il avait réellement envie d’en savoir plus. Ses caresses me procuraient de multiples frissons et, lorsque ses doigts atteignirent mon intimité jusqu’à y pénétrer, je laissai échapper quelques soupirs. Toutefois, Kelian ne poursuivit pas ses gestes plus longtemps, se justifiant par la suite en me disant que je devrais parler si je souhaitais que nous allions plus loin. Evidemment, je n’avais pas été insensible à ses gestes et pour être honnête, sur le moment, je n’avais aucune envie de discuter. Si j’en avais eu envie quelques minutes auparavant, ce n’était plus exactement ce à quoi je pensais. Pourtant Kelian savait tout à fait comment s’y prendre pour me retourner la tête. Hm, dans ce cas, arrêtes-toi d’abord, rétorquai-je tandis que ses lèvres continuaient à parcourir mon corps. A en juger par l'état actuel de son membre masculin, j'imaginais que ce serait aussi contraignant pour lui que pour moi d'en rester là, ce pourquoi je m'arrangeai pour que ce soit lui qui en décide. J’ôtai mon bras droit de derrière sa nuque, et ma main vint doucement attraper le menton de Kelian afin que le visage de ce dernier ne se relève vers moi. Je restai silencieuse quelques secondes, lui adressant un sourire narquois. J’approchai ensuite mes lèvres de son oreille. A toi de voir, terminai-je dans un murmure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mer 27 Fév - 18:41

Sex is a part of nature and I go along with nature.


« Hm, dans ce cas, arrêtes-toi d’abord » Et merde, j'avais pas pensé aux conséquences d'arrêter tout cela. Alors que j'avais enfin ce que je voulais et qu'elle me livrerait ses pensées, ce n'était plus du tout mon désir en ce moment à cause.. et bien à cause de moi en fait, qui était tombé dans mon propre piège. Avoir tout fait pour la séduire avait causé un nouveau manque au niveau de mon entrejambe, et maintenant j'avais envie de tout sauf m'arrêter, bien sûr. Je la fixai alors dans les yeux puisqu'elle venait de faire en sorte que je me lève la tête. Son sourire en disait bien long sur son amusement et je ne savais quoi répondre. « À toi de voir » Et bien bravo Kelian, une fois de plus tu es tombé dans ton propre jeu... Bien sûr, je pouvais tout arrêter pour la frustrer, et ainsi « l'obliger » à me parler, mais était-ce réellement ce que je voulais faire ? Non. Pas du tout. Car arrêter maintenant et parler plus sérieusement signifierait ne plus être capable de revenir aussi facilement à notre état en ce moment puisque l'ambiance ne serait plus la même. À croire que je n'avais pas d'autres choix. Néanmoins, je refusais d'abandonner complètement. Ce fût alors mon tour de sourire et capturai un baiser sur ses lèvres avant de répliquer. « Hum.. finissons d'abord, on parlera ensuite. Avec toutes les sensations que je te ferai ressentir, t'auras pas d'autres choix que de me remercier de toute façon » Sur ce, je lui fis un clin d'oeil et repris où nous en étions. Cela me semblait un bon compromis : le sexe avant, la discussion ensuite. On en sortirait tous les deux contents. Ainsi, je repris où j'en étais, l'embrassant fougueusement et la serrant contre moi pour bien la laisser ressentir mon membre sur elle. Je commençai alors à descendre une fois de plus mes lèvres sur elle après lui avoir mordiller la lèvre supérieur avec envie, m'attardant un petit moment sur sa poitrine pour finalement continuer ma descente. L'ayant dans mes bras, je finis par me poser sur mes genoux au sol et réussis à la garder contre le mur tout en l'aidant à mettre ses jambes sur mes épaules. Je la regardai avec un sourire avant de la rapprocher un peu plus et, maintenant au niveau de son sexe, m'attardai à lui donner autant de plaisir que je le pouvais. Tout d'abord avec ma langue, explorant cette partie que j'aimais tant d'elle, puis rajoutai un ou deux doigts pour attiser un peu plus le feu en elle. Même si nous étions tout sauf un couple, je n'avais jamais cessé de faire attention à elle et, surtout, de la respecter. Cela n'était peut-être que du sexe, à mes yeux il était important de prendre soin de l'autre et de lui montrer un certain respect tout en désirant lui procurer du plaisir sans penser nécessairement à soi-même. Après plusieurs minutes, je n'en pouvais plus et avais envie d'elle comme jamais. Je repris alors ma position initiale, celle-ci de retour dans mes bras, ses jambes autour de moi, puis l'agaçai en posant mon membre contre l'ouverture de son sexe. Alors, la pensée du préservatif traversa mon esprit. Ma chambre n'était pas à portée de la salle de bain et la boîte se trouvait dans le tiroir de ma table de nuit. Nous étions trempés, ce qui voulait dire que le temps de se sécher avec une serviette, de me rendre dans ma chambre et de revenir, l'envie du moment aurait bien diminué par cette interruption. Je la regardai alors et, entre deux baisers passionnés, murmurai « Tu prends la pilule, pas vrai ? On pourrait le faire sans, pour une fois.. ». Je savais que c'était stupide, étant du genre à dire qu'il valait mieux être protégé que désolé, mais là, sur le moment, c'était tout ce que je désirais.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Jeu 28 Fév - 19:16

se xis part of nature and i go along with nature,
J’avais visé juste. Du moins, c’est ce que je m’imaginais à en juger par le court silence qui suivit ma dernière remarque. J’avais hésité à laisser à Kelian le choix de décider ce qu’il allait advenir les minutes qui allaient suivre pour la simple et bonne raison qu’il avait réussi à faire naître en moi une irrépressible envie de lui… encore une fois. Je n’avais tout simplement aucune envie d’en rester là. « Hum, finissons d’abord, on parlera ensuite. » Finalement, la réponse que me donna Kelian me satisfit plutôt bien. Après tout, aujourd’hui, je me sentais assez en confiance pour discuter peut-être plus sérieusement qu’à notre habitude. Toutefois, ce n’était plus ma préoccupation principale à l’instant même, et je crois que pour lui non plus. Les propos qu’il tint par la suite ne firent que confirmer ce que je pensais. « Avec toutes les sensations que je te ferai ressentir, t'auras pas d'autres choix que de me remercier de toute façon » A ces mots, un sourire vint se hisser naturellement sur mes lèvres. Je te trouve bien sûr de toi, soulignai-je avec une pointe de provocation dans la voix. Ce n’était pas que je doutais de ses compétences, au contraire, je savais de quoi il était capable, et en général, je n’avais pas à me plaindre. J’avais simplement envie de le taquiner un peu à ma manière. Par ailleurs, j’étais presque certaine qu’il prendrait cela comme un défi, et ce n’était pas pour me déplaire. Lorsqu’il poursuivit ses baisers avec fougue, je les lui rendis aussitôt, avec tout autant d’envie. Dans le même temps, je fis glisser ma main le long de son torse pour l’arrêter quelques centimètres plus bas, me contentant de frôler ses parties intimes de mes doigts. Je passai de nouveau ma main derrière sa nuque lorsque Kelian se baissa. Lui qui avait parlé de sensations, il ne s’était pas trompé et n’avait pas tardé à prouver ses paroles. Je n’avais pas envie de céder et ne voulais pas, par conséquent, lui montrer le plaisir qu’il me donnait. Pourtant, j’avais beau essayer de me retenir, de lourds soupirs s’échappaient de mes lèvres à une fréquence de plus en plus rapprochée. A sa manière, il avait su, encore une fois, faire monter l’envie en moi et, dès lors qu’il se redressait, je resserrai l’étreinte de mes bras autour de son cou, le rapprochant presque trop violemment de moi avant de capturer ardemment ses lèvres dans un baiser fougueux. Nos corps n’étaient plus qu’à quelques centimètres de ne faire plus qu’un, mais il n’en fut rien. Je compris rapidement pourquoi. « Tu prends la pilule, pas vrai ? On pourrait le faire sans, pour une fois.. » Je cessai brusquement l’échange de nos baisers, visiblement hésitante. Subitement, je repensais à tout ce que j’avais traversé il y a de cela quatre ans, ce qui avait fait que j’avais quitté la ville et tout ce qui s’en suivait à cause de ce genre de conneries. Mais j’étais apparemment encore trop stupide pour ne pas céder. Pour toute réponse, après avoir légèrement hoché la tête de haut en bas, je brisai en quelque sorte le silence qui s’était installé entre nous en capturant une nouvelle fois ses lèvres. J'étais consciente que c'était tout sauf raisonnable, mais sur le moment, je n'avais nulle autre envie que Kelian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Jeu 28 Fév - 22:09

Sex is a part of nature and I go along with nature.


« Je te trouve bien sûr de toi » C'était tout moi ça, me montrer aussi confiant, peu importe la situation. Pour toute réponse, je lui fis un clin d'oeil, laissant les choses aller d'elles-mêmes. Je n'étais pas dupe et je savais bien que, même si Arleen avait tendance à ne pas trop montrer ses émotions lorsque nous étions en pleins ébats, je réussissais la plupart du temps à la faire monter bien haut dans le ciel. Un mec n'est quand même pas si aveugle lorsqu'il est question de savoir si la fille apprécie ou non ! Notre situation sous la douche évolua donc et, alors que je tentais de la satisfaire, entendre ses soupirs qu'elle lâchait de temps à autre me fit sourire, sachant dès lors que j'étais sur la bonne voie. En lui proposant de ne pas mettre de préservatif, je ne savais pas que ça réveillerait en elle le souvenir d'avoir été enceinte suite à une erreur de ce genre. À vrai dire, puisque nous n'avions jamais réellement parlé de notre vie à l'autre et que l'on ne se confiait jamais nos plus noirs secrets, je n'étais tout simplement pas au courant que cela lui était arrivé, sinon je n'aurais jamais osé le lui demander. Personnellement, je savais que c'était une décision stupide, tout simplement parce que nous n'étions même pas un couple et que c'était risqué si l'un mentait à l'autre, mais sous l'influence du moment, cela m'importait peu. J'avais envie d'elle et, si elle prenait vraiment la pilule, je me disais que ça en valait le risque. Soit. Lorsque je lui proposai cela, elle rompit alors tout de suite notre baiser pour me regarder droit dans les yeux. Je regardai même derrière moi, me demandant si elle n'avait pas vu quelqu'un ou quelque chose, mais il n'y avait rien. Levant un sourcil, je restai alors silencieux, comprenant qu'elle hésitait puisqu'elle avait pris un air sérieux. Je regrettais alors de lui avoir proposer cela, ne souhaitant pas qu'elle croit que je faisais cela avec toutes mes autres conquêtes. Ça non, j'étais toujours prévoyant. Sans rien y comprendre, je la vis finalement acquiescer, puis elle sembla reprendre confiance et je me laissai m'évader alors qu'elle venait de reprendre possession de mes lèvres, resserrant notre étreinte. Toutes mes questions se retirèrent aussi vite qu'elles étaient venus à mon esprit. Sans plus attendre, n'en pouvant plus de me retenir ainsi, je posai à nouveau mon membre à son entrée et, d'un mouvement, je me glissai en elle en soupirant sous cette sensation que je n'avais jamais pu ressentir jusqu'à présent avec celle-ci. Ne pas avoir de barrière entre nous était ce que je préférais définitivement, me surprenant même à penser que cela nous rapprochait sans doute un peu plus. Je mordillai alors sa lèvre supérieure avec envie, sentant le plaisir grimper progressivement en moi. Cela dérapa plutôt rapidement et tout devint alors plus agressif, plaquant une main contre le mur tout juste à côté de son visage tandis que l'autre empoignait ses fesses ardemment. « J'aurais jamais cru te dire ça un jour, mais ta chaleur interne me fait énormément de l'effet » Sur ces mots, je n'avais pas pu m'empêcher de sourire, amusé, puis de lui faire un clin d'oeil. Cela m'arrivait souvent de parler en plein milieu de notre acte, mais je ne pouvais m'empêcher. Étant naturellement bavard, je ressentais toujours le besoin de dire quelque chose, que ce soit sérieusement ou pour rire. Je commençais à avoir du mal à garder mes « émotions » pour moi et me surpris à soupirer à quelques reprises, attrapant ses lèvres de temps à autre, gardant quelques moments pour réussir à respirer. Non, décidément, je ne regrettais pas que les préservatifs soient hors de portée pour cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 1 Mar - 22:24

se xis part of nature and i go along with nature,
De fil en aiguille, la situation entre Kelian et moi n’avait fait qu’évoluer, et très vite, nous nous étions retrouvés sous la douche, avec une envie folle l’un de l’autre. Il savait s’y prendre, et moi, j’étais incapable de lui résister. Forcément, c’était un bon mélange. Je brûlai d'envie d’aller plus loin. Cependant, dans le feu de l’action, nous n’avions pas pensé à apporter de préservatif jusqu’à la salle de bain, et lorsque Kelian suggéra que nous poursuivions sans, je m’arrêtai le temps de quelques secondes. Sa phrase avait éveillé en moi quelques souvenirs quelque peu douloureux, et je n’avais pu m’empêcher d’hésiter face à sa demande. La passion et la raison étaient souvent opposées, et c’était encore une fois le cas dans la situation dans laquelle je me trouvais. Je devais choisir entre elles deux, et malgré la mauvaise expérience que j’avais vécue il y a quelques années, je décidai encore une fois d’agir stupidement. Après tout, les risques étaient minimes puisque maintenant, je prenais la pilule. Je décidais donc de compter sur la chance. Par ailleurs, le petit malaise qui m’avait brièvement envahie avait sûrement été plus visible que je ne l’avais imaginé puisque je pu voir à la mine de Kelian qu’il ne comprenait pas mon hésitation. Évidemment, s’imaginer la raison de cette hésitation était totalement abstrait pour lui puisque nous n’avions jamais parlé de nos vies respectives. Nous ignorions tout l’un de l’autre en fin de compte, et c’est alors à ce moment même que je me surpris à penser que l’idée de discuter n’était pas aussi mauvaise qu’il n’y paraissait. Pourtant, le désir que j’éprouvais présentement pour Kelian surpassait toutes les autres, et je me décidai alors à poursuivre ce pourquoi nous en étions là. Aussi vite qu’elles étaient venues, toutes mes appréhensions s’évaporèrent tandis que je me laissai totalement aller à Kelian comme j’en avais envie depuis de longues minutes maintenant. Lorsqu’enfin il entrait en moi, je ne pus réprimer un soupir qui fut rapidement accompagné par d’autres soupirs plus lourds, au rythme de ses vas-et-viens. D’un mouvement de bassin, j’accompagnai ces derniers, afin d’amplifier les sensations dont nous étions maintenant la proie. Rapidement, la cadence se fit plus vive, plus rapide, et mes soupirs se mélangèrent à quelques gémissements qui démontraient par eux-même le plaisir que j’éprouvais. Entre deux manifestations de plaisir, Kelian me fit une remarque qui me causa un sourire. Je n’aurais jamais cru te dire ça un jour, mais tu es encore meilleur, lâchai-je dans un murmure pour toute réponse, reprenant partiellement ses propos. Comme quoi certaines choses entre nous peuvent encore être imprévisibles, ajoutai-je ensuite, un brin amusée avant de lâcher un énième soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Sam 2 Mar - 5:59

Sex is a part of nature and I go along with nature.


C'était tout de même étrange, à bien y penser. Pour des individus qui se voyaient fréquemment et qui connaissaient parfaitement le corps de l'autre après tout ce temps, nous ne connaissions au final rien d'autre sur l'autre. Jamais je n'avais été véritablement moi-même avec celle-ci, et j'imaginais bien qu'il en était de même pour Arleen. Ce matin était d'ailleurs tout un changement de situation, et je ne comprenais pas tellement pourquoi. Quoiqu'il en soit, je doutais bien que nos vies respectives reprendraient après cette journée, mais j'avais l'intention d'en tirer tout le positif possible, en ayant la chance. De plus, outre le fait de ne pas percevoir le vrai caractère de l'autre, nous ne connaissions pas non plus nos histoires. Qui sait, en sachant certaines choses sur l'autre, peut-être notre relation pourrait-elle s'améliorer. Il ne faut jamais perdre espoir, pas vrai ? Peu importait pour le moment toutefois, puisque les circonstances ne me permettaient pas d'y voir clair là-dedans et de vouloir tout arrêter pour que l'on puisse se parler sérieusement, ça non. Le sexe avant, le bavardage ensuite. Maintenant dans un tout autre monde, je n'avais plus du tout envie de m'arrêter alors que nos mouvements prenaient une toute autre dimension. Par chance, je savais me retenir sinon je me serais laissé aller et tout serait déjà terminé tellement le plaisir était incroyable. « Je n’aurais jamais cru te dire ça un jour, mais tu es encore meilleur » Cette réplique à la suite de ma remarque me fit esquisser un sourire alors que j'avais pris un moment pour la regarder. Il était rare qu'elle affirme de telles choses en ma présence puisque nous passions notre temps à se détester, puis à s'apprécier, mais je prenais bien goût à cette facette d'Arleen. J'avais envie de lui répondre en prenant un air faussement fier de moi, mais au lieu de cela, je mis un peu plus d'ardeur dans les va-et-vient en elle, ne me retenant plus. Ça oui, les choses pouvaient bien être imprévisibles entre nous, et ce peu importe depuis le temps où nous agissions ainsi. À vrai dire, cela fait bien longtemps que l'on se fréquentait pour le sexe, tellement que tout aurait pu devenir une habitude comme ces vieux couples qui font l'amour tout en gardant toujours les mêmes manières de faire, mais je n'étais pas du tout comme cela. L'habitude m'ennuyait alors j'avais besoin d'un peu d'imprévisibilité dans ma vie, au grand bonheur d'Arleen sans aucun doute.

Le temps commençait à fuir rapidement, et je savais bien que je ne pourrais plus tenir bien longtemps. Soupirant à nouveau de plaisir, je m'attaquai à nouveau à son cou, endroit où j'aimais bien m'attarder assez souvent. Je laissai une marque de mon passage, puis jouai avec son oreille en mordillant le lobe. À un moment, je me sentis incapable de me contenir et, dans un brusque mouvement, lâchai tout en elle, appréciant la sensation de ne pas avoir de barrière cette fois-ci. Puisque j'étais un type préoccupé par le plaisir de l'autre, et non simplement par le mien, je me retirai et la terminai avec pour seule arme mes doigts qui parcoururent chaque parcelle de son intimité jusqu'à ce qu'elle me rejoigne dans mon paroxysme. À la suite de nos ébats contre la paroi de la douche, je posai mon front contre le sien, l'embrassant de temps à autre, mais tentant tout de même de reprendre une respiration normale. C'est à cet instant que je nous considérais chanceux d'être sous l'eau puisque nous n'aurions pas de draps à laver. La regardant alors dans les yeux, je ne pus m'empêcher de sourire, satisfait de ce moment. « Je dois avouer que j'aime bien cette imprévisibilité, on devrait faire ça plus souvent. » Murmurai-je avant de faire un clin d'oeil dragueur, étant toujours aussi de bonne humeur avec elle pour aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Sam 2 Mar - 18:31

sex is part of nature and i go along with nature,
La seule connaissance de Kelian que j’avais, c’était une connaissance physique, et il en était de meme de lui a moi. Nous avions pris l’habitude de mettre un point d’honneur à cela. C’était sûrement plus facile pour nous de poursuivre ce genre de relation dans l’ignorance la plus totale l’un de l’autre. Néanmoins, le résultat n’en était pas toujours bon puisque la plupart du temps, j’avais énormément de mal à supporter Kelian, et d’ailleurs, la réciprocité était vraie aussi. Malgré tout, rares étaient les fois où nous repartions chacun de notre côté. Je crois que notre relation était le paradoxe même. Dans tous les cas, nous étions bien comme ça. Du moins, ça avait été le cas jusqu’à maintenant, avant que Kelian ne me suggère que nous poursuivions sans préservatif. Toutefois, je ne pouvais pas lui en vouloir pour ça. Par ailleurs, je n’avais pas hésité longtemps, me laissant aller au désir qui me submergeait toute entière. C’était une décision tout sauf raisonnable, mais je me surpris pourtant à ne pas regretter ce choix, dès lors que Kelian me pénétra, m’offrant par la suite beaucoup de plaisir. Je ne m’étais d’ailleurs pas gênée pour lui faire remarquer qu’à ma grande surprise, cette fois était encore meilleure que les précédentes. C’était pourtant une chose difficile à croire, mais il arrivait pourtant à le faire à chaque fois. J’estimais qu’il avait le droit de savoir à quel point il me faisait du mien, malgré le fait qu’il avait dû l’entendre par lui-même de par mes multiples manifestations de plaisir. Je ne retenais d’ailleurs plus mes gémissements qui se faisaient de plus en plus nombreux au rythme des vas-et-viens de Kelian, plus rapides et profonds. Dans les nombreux rapports que nous avions eus ensemble, je pouvais dire que Kelian mettait toujours beaucoup d’ardeur et de fougue dans sa façon de faire, mais ce n’était jamais pareil. Il n’y avait aucune routine quelconque dans nos ébats, c’est pourquoi j’avais trouvé important de souligner le fait que cette fois encore, Kelian avait su rendre le moment encore meilleur. Rapidement, je pouvais sentir une vague de plaisir m’envahir. Lorsque ses lèvres s’attardaient sur les miennes, je les mordillais de temps à autre avec envie, entremêlant dans le même temps ma langue à la sienne. Lorsqu’au contraire ses lèvres s’aventuraient dans mon cou, je me contentais d’apprécier totalement le moment. Après les quelques minutes de plaisirs que nous avions partagé, je sentais l’orgasme monter de plus en plus, et un cri de plaisir s’échappa de mes lèvres lorsque celui-ci fut atteint. Les quelques secondes qui suivirent, je pris le temps de respirer plus calmement, profitant de l’eau chaude qui coulait encore sur nos corps. « Je dois avouer que j'aime bien cette imprévisibilité, on devrait faire ça plus souvent. » Je souriais légèrement. Plus souvent, tu crois ? le questionnai-je presque innocemment, arquant machinalement les sourcils. Il fallait croire que Kelian n'avait aucune limite, mais je devais avouer que ce n'était pas pour me déplaire. Je déteste être incapable de te résister, tu le sais ça ? conclus-je dans un murmure, mon regard narquois planté dans le sien. C'était assez étrange de passer les trois quart du temps à coucher avec une personne dont la présence vous insupporte très souvent, et pourtant, la situation ne m'avais jamais permise de me plaindre. Quand je vous dis que notre relation est le paradoxe même, ce n'est que trop vrai.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Dim 3 Mar - 5:40

Sex is a part of nature and I go along with nature.


La voir atteindre le paroxysme de son plaisir était toujours un plaisir pour moi, voyant cela comme un jeu parfois. Puisqu'il était évident que chaque fois ne pouvait être aussi parfaite que l'avait été celle d'aujourd'hui, j'adorais savoir que j'avais réussi à lui faire atteindre son orgasme et c'était un truc auquel je m'attelais toujours, ne me concentrant pas seulement sur mon propre plaisir. C'était peut-être l'un des points positifs pour lesquels Arleen revenait toujours vers moi et ne me repoussait pas, puisqu'il était clair que nous n'avions pas un grand lien d'amitié entre nous. Étonnement, je ne savais pas quel insecte m'avait piqué, mais mes émotions aujourd'hui étaient bien différentes de celles que je ressentais habituellement. Il était normal pour moi de la prendre pour un objet sexuel, je l'avouais malheureusement, et de ne rien lui demander autre que du sexe, ne m'attachant pas à elle en tant qu'ami. Maintenant, et je ne savais pas combien de temps cela allait duré, mais j'avais envie de m'attarder à elle et d'en apprendre plus sur qui elle était réellement. Je ne voulais pas que cela change quelque chose entre nous, ça non, mais si on pouvait essayer de se connaître un peu, j'imaginais bien que cela ne mettrait rien en péril. Et puis, elle resterait toujours la jeune femme qui me tape tant sur les nerfs selon les jours. Bref. Lui avouant que j'aimais bien que l'on soit si imprévisibles et qu'il serait bien de recommencer un peu plus souvent à l'avenir, je ne pus m'empêcher de rire en voyant son expression. « Plus souvent, tu crois ? » Effectivement, j'étais inépuisable. Enfin, presque, quand même. Mais je n'étais pas le seul hein ! Pour toute réponse, je ne fis que l'embrasser rapidement alors qu'il était rare que j'agisse ainsi avec elle lorsque nous n'étions pas en pleins ébats. Il faut croire qu'aujourd'hui était définitivement une journée spéciale, et puis j'étais dans un bon état malgré notre escapade alcoolisée la veille alors j'agissais comme je le voulais sans me soucier du reste. « Je déteste être incapable de te résister, tu le sais ça ? » La regardant tout aussi fixement dans les yeux, je ne pus m'empêcher d'esquisser un autre sourire. Elle me rendait totalement fou à me parler ainsi car j'adorais tout simplement lorsqu'elle me murmurait ce genre de paroles, ayant un besoin masculin de savoir que je faisais du bon boulot avec elle. Je remis alors mon front contre le sien et mordillai de nouveau sa lèvre, étant incapable de me défaire d'elle. « Hum.. Sache que c'est tout autant réciproque.. Comment veux-tu que je résistes à ces yeux-là ? » Toutefois, puisque nous devions bien revenir à la réalité un jour ou l'autre, je me résignai dès lors à me retirer de son emprise, la reposant sur le sol, me lavant rapidement puisque nous étions déjà sous la douche. Je lui passai le gel douche et ne pus m'empêcher de revenir de temps à autre vers elle, en mode charmeur, la caressant par moment ou simplement pour l'avoir près de moi. Toute une journée étrange, mais qui allait s'en plaindre ? Quoiqu'il en soit, je stoppai finalement la douche lorsque l'on eut fini et lui passai une serviette, prenant ensuite la mienne pour me sécher. Je me rendis à ma chambre et enfilai un nouveau caleçon ainsi qu'un t-shirt, passant ensuite ma main dans mes cheveux mouillés pour les ébouriffer. Avec toute la vapeur qui s'était répandue à cause de notre douche un peu trop enflammée, il faisait tellement chaud que je ne pris pas la peine d'enfiler un peu plus de vêtements. Je m'étendis alors sur mon lit, reprenant mes esprits peu à peu, et invitai Arleen à s'installer comme elle le souhaitait. Malgré tout ce qui s'était passé depuis ce matin, je n'avais toujours pas oublié notre discussion selon laquelle elle avait eu envie de me dévoiler ses pensées. Je me tournai alors vers elle et eus un sourire amusé. « Et puis, qu'est-ce qu'elles racontent, ces pensées ? J'avoue avoir bien envie de savoir ce qui se cache là-dedans » Dis-je alors en soutenant son regard, me surprenant à lancer une discussion plus ou moins sérieuse avec celle-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Dim 3 Mar - 22:21

sex is part of nature and I go along with nature,
Nos ébats étaient toujours très agréable, et la fin l’était toujours plus encore. Je n’avais jamais eu à m’en plaindre, bien au contraire. Encore une fois, Kelian avait su me faire atteindre l’orgasme et c’était un moment toujours aussi plaisant à partager. C’était étrange de se dire que l’on pouvait ressentir tant de bonne chose avec une personne que l’on ne connaît absolument pas. J’avais toujours eu du mal à cerner le pourquoi du comment dans notre relation, mais à quoi bon ? Ce n’était pas si important que ça, dans le fond. Quoi qu’aujourd’hui, nous étions visiblement partis pour nous attarder plus au fond des choses, aussi étrange que cela puisse paraître. En ce qui me concernait, je n’avais pas envie de me contenter de ça : une partie de jambes en l’air et on se rappelle. Ordinairement, c’est ce qui se serait passé pourtant. Mais aujourd’hui, quelque chose me retenais chez Kelian, et j’ignorais quoi. Il m’intriguait peut-être bien plus que je ne voulais bien l’admettre. D’ailleurs, c’était peut-être cette part de mystère dont il faisait preuve qui me tapait sur les nerfs. Moi qui détestais ne pas être capable de cerner les gens, j’étais servie avec Kelian. Et ça avait tout bonnement le don de me troubler. J’en venais à me dire que peut-être il y avait bien une raison au fait que je ne le supporte pas. C’était déjà un bon point. Du moins, c’était ce que je pensais. Lorsque Kelian me vola un baiser, je ne pus m’empêcher d’esquisser un léger sourire, presque invisible. Je devais bien admettre que son geste m’avait surpris dans le sens où, habituellement, il ne se passait plus rien entre lui et moi dès lors que l’acte était terminé. Toutefois, je ne bronchai pas, me contentant de reprendre la parole, lui avouant que je détestais être incapable de lui résister. C’était bien là tout le nœud de l’histoire. Le sourire qui se dessina sur ses lèvres à la suite de ma remarque eut le don de me faire légèrement sourire moi aussi. Dans le même temps, je soutenais son regard. « Hum.. Sache que c'est tout autant réciproque.. Comment veux-tu que je résiste à ces yeux-là ? » Une nouvelle fois, mes lèvres se fendirent pour dessiner un sourire. Kelian ne m’aura jamais autant fait sourire dans une journée. J’étais plutôt surprise d’ailleurs, et peut-être même trop troublée par cela, ce pourquoi je ne trouvais rien à lui répondre. C’est ce moment-là que choisis Kelian pour défaire son étreinte, et je me résignais à faire de même. Les quelques minutes qui suivirent, nous terminions notre petite escapade dans la douche, utilisant cette dernière à bon escient cette fois-ci. Après m’être convenablement lavée, j’empoignai la serviette que me tendait Kelian et l’enroulait autour de mon corps. Je me dirigeai par la suite vers la chambre, ramassant au passage mes vêtements qui avaient été vivement dispersés la veille, puis allai m’installer sur le lit à ses côtés. Dans un premier temps, je revêtis mes sous-vêtements et enroulait ma serviette autour de mes cheveux. Puis, tandis que je tentais de remettre mon jean à l’endroit, la question de Kelian m’interpela. J’avais presque oublié le début de notre discussion, ainsi que ce qui en avait résulté : le sexe d’abord, la conversation ensuite. J’étais toutefois agréablement surprise que Kelian s’accroche à ça, bien que je ne fus prise de cours. Hm… commençai-je bêtement. Nerveusement, je voulus passer une mèche de cheveux derrière mon oreille -c’était un sorte de tic je crois- mais mes cheveux étaient encore bien au chaud sous la serviette. Je me contentais donc de baisser le bras, un sourire niais sur le visage. Pour être honnête, j’ignorais totalement quoi lui répondre, et peut-être était-ce tout simplement car je ne savais pas moi-même ce que je pensais. Et ben, je te l’ai dit : je déteste être incapable de te résister, avouai-je à nouveau. Mais c’est difficile de faire autrement, en fait, terminai-je simplement. Je me relevai du lit afin d’enfiler mon jean. Et moi, j’ai le droit de connaître les tiennes ? le questionnai-je à mon tour sans même le regarder, boutonnant mon pantalon. Fort heureusement pour moi, ceci me donnait une contenance, j’en avais grandement besoin. Dès qu’il s’agissait de parler plus sérieusement, j’avais beaucoup de mal à gérer la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Lun 4 Mar - 5:44

Sex is a part of nature and I go along with nature.


Étant d'un naturel bavard, j'adorais prendre le temps pour parler de tout et de rien, trouvant toujours quelque chose à dire ou à faire. C'était l'une de mes grandes facettes, et je parlais beaucoup plus lorsque mes problèmes personnels s'aggravaient de temps à autre. C'était surtout une manière d'échapper à la déprime et à ne mettre que du positif dans ma vie, n'étant pas du genre à me plaindre sur tout et à demander la pitié des autres, oh non. Je savais que, dans le monde entier, des centaines et des centaines de personnes vivaient dans des conditions pires que les miennes, alors comment pouvais-je aller me plaindre aux autres ? Ainsi, je chassais le lugubre par le rire, allant jusqu'à faire un fou de ma personne lorsque c'était nécessaire. Très peu de personnes connaissaient la vérité, et je me disais que c'était mieux ainsi. Quoiqu'il en soit, j'avais particulièrement envie d'en apprendre un peu plus sur Arleen aujourd'hui, va savoir pourquoi. Je savais que la faire parler inclurait sans aucun doute des confessions de ma propre part, mais j'étais prêt à prendre le risque. J'étais curieux, voilà tout, et puis notre humeur respective semblait parfaite à ce moment-ci, alors pourquoi ne pas en profiter un peu ? Alors que je la surprenais en relançant la discussion, je remarquai que la jeune femme semblait un peu plus nerveuse tout d'un coup. Elle ne ressortit que le traditionnel « je suis incapable de te résister » qu'elle m'avait pourtant bien dit déjà, sous la douche. Je la fixai avec de mes yeux bleus et haussai un sourcil, avide de connaître la cause de cette soudaine nervosité. Avait-elle peur que je découvre quelque chose ? Ou cachait-elle quelque chose de son passé ? En tout cas, elle avait attisé ma curiosité maintenant, et j'étais prêt à tout pour en savoir plus. « Et moi, j’ai le droit de connaître les tiennes ? » Touché. Je dois avouer que je n'avais pas réellement imaginé cette partie-ci. Pour moi, mes pensées étaient plutôt simples, mais en y pensant bien... je savais qu'elles étaient tout sauf roses. Oh bien sûr, je me montrais bien confiant à l'extérieur, mais l'alcool me ruinait totalement à l'intérieur, précisément ces temps-ci qui étaient plus difficiles, sans raison véritable. À mon tour, je fus épris d'une certaine nervosité à l'idée de parler plus sérieusement et ne pus m'empêcher de me lever, me dirigeant au salon qui communiquait directement avec ma chambre dans le loft, ne perdant pas la brunette de vue, puis attrapai la bouteille de vodka pure que j'avais laissé sur une table basse. Je l'ouvris et me permis une gorgée ou deux, avalant directement à la bouteille, la reposant ensuite à sa place. Revenant par la suite vers le lit, je me sentais déjà un peu mieux, plus détendu et prêt à parler. Je garderais toutefois le plus important pour la fin, si elle finissait par me raconter sa vie en profondeur, ne désirant pas tout dévoiler si elle ne le faisait pas. « T'es rusée, je dois l'avouer. Mes pensées ? Disons que les tiennes m'intéressent beaucoup plus, mais s'il le faut.. » Assis sur le lit, je m'assis en indien, dos contre le mur, et levai alors mon regard directement vers le sien. Je commençais à me sentir mal à l'aise à nouveau, et je me demandais si j'avais pris la bonne décision en insistant pour que nous puissions nous ouvrir l'un à l'autre. « Eum.. En ce moment, je ne peux m'empêcher de penser que, toi aussi, tu dois bien cacher quelque chose de ton passé. On a tous nos petits secrets, et je suis bien curieux. Voilà à quoi je pense réellement. Et si ça peut t'aider, j'en ai aussi, mais j'adorerais te connaître un peu plus, peu importe si cela représente un risque puisque nous avons une relation particulière.. » Nerveux, je m'amusais à massacrer l'un des draps puisque je tirais sur un fil de couture qui dépassais. Oh, c'était bien intéressant, quand même ! Ralalah, pourquoi avais-je amené ce sujet-là ? Menfin, il faut s'assumer, pas vrai ? Ou pas, peu importe..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Lun 4 Mar - 16:09

sex is part of nature and I go along with nature,
Parler, me dévoiler, tout ça… ça n’avait jamais été mon fort. Je n’étais pas mystérieuse, j’étais plutôt secrète. La situation actuelle avec ma meilleure amie ne me permettait même pas de discuter avec elle. J’avais donc plus ou moins pris l’habitude de tout garder pour moi et de tout enfouir, parfois même de me braquer totalement. Comment réagir alors lorsqu’un "inconnu" vous demande de se dévoiler à lui, jusqu’aux moindres pensées ? J’avais trouvé cette facette de Kelian plutôt touchante de prime abord, jusqu’à ce qu’il ne faille que je ne lui parle de moi, réellement. Je dis réellement parce que bien sûr, je savais raconter bon nombre de choses totalement bateau qui n’ont pas vraiment d’impact sur une vie, ce genre de détails insignifiants. En général, ça passe inaperçu et les conversations s’achèvent ici. C’était à croire que même Kelian qui ne me connaissait absolument pas voyait plus clair en moi que n’importe qui d’autre. Pour cette raison et pour bien d’autres encore, je voulais à mon tour en connaître un peu plus sur son compte, ce pourquoi je lui retournai la question après avoir répondu de manière relativement évasive. La nervosité n’avait apparemment pas épargné le jeune homme non plus. Tandis qu’il se levait, je posai mon regard sur lui, ne m’en détachant plus. Je l’observai empoigner la bouteille de Vodka avec vigueur et en boire une bonne gorgée. Machinalement, j’arquai les sourcils. Je m’en voulais presque de nous avoir lancé sur ce sujet délicat, et j’étais embarrassée de le voir mal à l’aise. Moi qui avais l’habitude de côtoyer un jeune homme confiant et sûr de lui, j’étais quelque peu déstabilisée par sa réaction. Je restai silencieuse, et détachai mon regard de Kelian lorsque celui-ci revint s’installer sur le lit. Je me contentai de faire mine de rien et enfilai mon débardeur, ne souhaitant pas le brusquer ou lui démontrer que j’attendais quelque chose. Il parlerait s’il le voulait. Lorsque Kelian prit alors la parole, je relevai naturellement le visage vers lui. « Eum.. En ce moment, je ne peux m'empêcher de penser que, toi aussi, tu dois bien cacher quelque chose de ton passé. On a tous nos petits secrets, et je suis bien curieux. Voilà à quoi je pense réellement. Et si ça peut t'aider, j'en ai aussi, mais j'adorerais te connaître un peu plus, peu importe si cela représente un risque puisque nous avons une relation particulière.. » Ses propos étaient vrais, simplement vrais. La situation n’était plus qu’un cercle vicieux désormais. Je pensais qu’en lui demandant à mon tour de révéler le fond de ses pensées, je n’aurais pas à en dire davantage. Or c’était tout le contraire. Si je voulais en connaître un peu plus sur Kelian -et je le voulais- je n’avais d’autre choix que de me lancer. Contre toute attente, je ne me sentais plus si nerveuse à cette idée, me surprenant même à penser que c’était une occasion à saisir. Après tout, c’est toujours plus facile de raconter son histoire à une personne inconnue ou presque. Suite à ses dires, je me raclai donc légèrement la gorge dans le but de prendre la parole. Je pense que… je m’accroche à notre relation, enfin, à ce genre de relation sans attache parce que j’ai pas mal souffert. Je marquai une courte pose, en profitant pour me rasseoir sur le lit, aux côté de Kelian. C’était probablement une évidence pour lui, et mes paroles n’avaient pas dû lui apprendre grand-chose. Cependant, je préférais commencer doucement mais sûrement. Je pris une légère inspiration avant de poursuivre. Il y a quelques années, j’ai couché avec mon meilleur ami. Bien sûr, ça arrive, c’était un accident et on avait trop bu… Mais c’était ma première fois et je ne prenais pas la pilule. Un brin mal à l’aise, je fuyais son regard. Je suis tombée enceinte, conclus-je simplement en baissant légèrement la voix. Je ne pensais pas que j’allais déballer aussi facilement cette histoire douloureuse que je n’avais même pas réussi à expliquer à ma meilleure amie. Toutefois, les quelques autres détails de cette histoires ne seraient pas pour tout de suite ; il en savait déjà bien plus que je n’aurais pensé lui dire un jour. Alors que ma gorge commençait à se serrer, je préférais m’en arrêter là. Mais… j’ai pas à me plaindre de ma vie tu sais… j’veux dire… Inconsciemment, je cherchais à me justifier mais je ne terminai pas ma phrase, incapable d’en trouver les mots. Je baissai simplement les yeux, jouant nerveusement avec mes doigts. Tu sais, si tu ne veux pas me parler, on n’est pas obligés de poursuivre cette discussion, repris-je timidement en faisant référence à la nervosité dont il avait fait preuve quelques minutes auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mar 5 Mar - 3:40

Sex is a part of nature and I go along with nature.


Je ne savais pas réellement pourquoi nous en étions arrivé là. Tout était si sérieux, alors que nous ne parlions jamais vraiment. On aurait presque dit deux meilleurs amis qui allaient se raconter tout sur leur vie respective, sauf qu'en fait, nous étions tous les deux mal à l'aise et ce n'était pas naturel du tout. Heureusement, Arleen sembla retrouver la première sa confiance en elle. Alors qu'elle m'avouait avoir souffert, je continuai de la regarder sans rien dire, la laissant s'installer à mes côtés. Inconsciemment, j'avais maintenant un air un peu plus doux, protecteur dans l'âme, m'inquiétant pour elle. Elle me tombait peut-être souvent sur les nerfs, je ne lui voulais surtout aucun mal et, ce fait se trouvant caché au fond de moi, je devais bien avouer que je l'appréciais même si je ne le montrais pas toujours. C'était devenu presque un jeu de se détester autant alors je n'avais jamais trouvé l'utilité de lui montrer qu'elle était, en quelque sorte, importante pour moi, bien que je la connaissais peu. Alors qu'elle poursuivait sur la vraie raison de son malheur dans le passé, je perdis son regard alors que le malaise semblait être revenu, celle-ci me fuyant certainement. Je commençais à voir où elle voulait en venir lorsqu'elle parla de la pilule qu'elle ne prenait pas. « Je suis tombée enceinte ». Gosh. Alors là, je dois avouer que j'étais vraiment étonné. Menfin, je savais que les grossesses non prévues étaient un vrai problème dans la société en général, et que cela touchait tellement d'individus au pays, mais jamais je n'aurais cru cela d'Arleen. Elle ne dit pas qu'elle avait avorté, mais à sa taille si parfaite et ses habitudes de vie, je conclus qu'elle ne traînait sans doute pas un bébé dans sa vie de tous les jours, bien que le contraire aurait très bien pu se produire. Je me sentais terriblement mal d'avoir relancer la conversation à présent, sachant qu'en parler ne devait pas être facile pour elle. Ça m'apprendrait à être si curieux.. quoiqu'il en soit, je me sentais tout de même chanceux qu'elle me raconte tout cela à moi et qu'elle me fasse confiance à ce point. J'avais toutefois peur qu'après cela, notre relation ne soit plus la même. Je tâcherais que cela ne change pas malgré tout, car je ne voulais perdre ce que nous avions. Tout était si facile avant, alors pourquoi s'en faire maintenant ? On se connaîtrait un peu plus, voilà tout. La brunette tenta alors de se justifier en assurant que sa vie n'était tout de même pas un désastre et qu'elle ne devait pas s'en plaindre, mais elle-même ne semblait pas certaine alors je ne rajoutai rien. Je ne fis que réagir à sa révélation en posant une main sur son bras pour lui montrer que j'étais là pour elle. « « Alors c'est pour ça que tu semblais réticente tout à l'heure, lorsque je t'ai demandé de le faire sans préservatif ? .. Désolé d'ailleurs. » C'était plus une évidence qu'une question, mais je tenais surtout à m'excuser, sachant maintenant que cela avait dû lui faire remonter de mauvais souvenirs en pensées. « Tu sais, si tu ne veux pas me parler, on n’est pas obligés de poursuivre cette discussion » Elle n'avait rien dit lorsque j'avais été épris d'une certaine nervosité et que j'étais allé me prendre deux gorgées de vodka, mais je doutais qu'elle faisait référence à cela. Je me contentai de secouer négativement la tête. Elle avait fait un effort pour se confier, elle méritait que je fasse de même. Et puis, qui sait, ça ne pouvait que faire du bien de tout sortir ce que je pensais, ne sait-on jamais. Réalisant toutefois ce que j'allais dire, je ressentis une fois de plus un certain malaise que je tentai de dissimuler en regardant ailleurs. J'avais peur qu'elle me juge, mais bon.. valait mieux se faire juger par une « inconnue » qu'un ami proche. « Je ne crois pas que ma vie soit réellement grave si je la compare à la tienne... Menfin. J'ai perdu ma mère lorsque j'avais quatre ans, et mon père n'a pas su prendre soin de ma petite soeur et moi, alors j'ai pris son rôle et j'ai dû me débrouiller seul en tant qu'enfant, puis adolescent. Je me suis rebellé et j'ai commencé à boire beaucoup trop lorsque j'ai eu seize ans. C'était ma manière d'attirer l'attention de mon père et de mon entourage.. mais eum.. » Je pris une pause, ayant déballé tout cela très rapidement sans même poser mon regard sur elle. Je risquai alors et l'observai, me remémorant alors quelques moments de mon adolescence où je ne faisais que sortir, coucher à droite et à gauche avec tout ce qui bouge, puis boire jusqu'à ne plus être capable de me relever.. À bien y penser, ça n'était pas bien différent de ce que je faisais aujourd'hui, bien que je tentais peu à peu de me calmer. « Cela fait huit ans que l'alcool a une partie intégrale dans ma vie.. J'imagine que c'est mal, mais je n'arrive plus à m'en détacher. Ça a commencé en douceur à l'adolescence, et me voilà aujourd'hui, incapable de démarrer ma journée sans une bonne dose.. Je ne crois pas en dépendre, mais voilà quoi.. » Je venais tout juste de me contredire, mais je fis comme si de rien était. Jamais je n'avais avoué être alcoolique, et je ne voulais pas l'admettre. Je savais que j'avais un problème, mais au fond, j'espérais qu'il était sans gravité et que cela se réglerait normalement avec un peu de volonté. Quoiqu'il en soit, j'esquissai un mince sourire avant de passer ma main dans mes cheveux toujours trempés, la regardant à présent droit dans les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mar 5 Mar - 23:27

sex is part of nature and I go along with nature,
Je ne pensais pas être capable de me confier quelqu’un aussi facilement. Contre toute attente, ce fut Kelian l’auditeur de mes problèmes. Décidemment, cela se confirmait de plus en plus : c’était vraiment une journée spéciale. Premièrement, je n’étais pas du genre à parler de moi, ni à m’ouvrir aux autres ou quoi que ce soit d’autre. Et deuxièmement, Kelian était sûrement la dernière personne à qui j’aurais pensé me confier un jour. Pourtant, malgré une nervosité certaine, je me sentais étrangement en confiance. Disons que je ne voyais plus cela comme risqué pour nous. Au fond de moi, je pensais que cela ne pouvait nous être que bénéfique. D’ailleurs, peut-être que cela nous permettrait de mettre de côté cet espèce de jeu qui s’était installé entre nous, à savoir « je t’aime, je te déteste ». En réalité, c’était presque devenu une habitude plus qu’autre chose. En apprenant à nous connaître mutuellement, nous mettions une chance de notre côté pour apprendre à s’apprécier, sans pour autant altérer notre relation. Parce que oui, c’était aussi pour ça que nous avions préféré ne rien connaitre l’un de l’autre jusqu’à aujourd’hui. Cependant, je persistais à penser que nous n’avions rien à perdre. Après avoir pris une grande inspiration afin de me booster davantage, je pris la parole. Dans un premier temps, j’hésitai quelque peu, tournant autour du pot. En effet, il me semblait nécessaire de lui expliquer quelque peu le pourquoi du comment parce qu’être enceinte n’était pas une chose horrible en soi. Le fait était que c’était une erreur, une grosse erreur. D’une part, j’avais couché avec mon meilleur ami pour la première fois sous le coup de l’alcool. D’autre part, j’étais beaucoup trop jeune et ne me sentais tout simplement pas capable d’assumer une telle responsabilité, pour la simple et bonne raison que j’étais moi-même encore une enfant. Autant dire que ce petit être était tout sauf voulu. Lorsque je jugeai que les explications que je lui avais données étaient suffisantes, je lui avouai que j’étais tombée enceinte il y a quelque temps. Plus les minutes avançaient et plus je sentais ma gorge se serrer. Aussi, je ne m’étalais pas plus sur le sujet, omettant de préciser ma décision finale ainsi que ce que j’avais bien pu ressentir face à cela. Je me contentai d’attendre durant quelques secondes qui me parurent durer une éternité. J’en profitais toutefois pour mettre ces quelques secondes à profit, me demandant comment et pourquoi j’en étais venue à parler de cela à Kelian. Pourtant, contre toute attente, je ne me sentais pas idiote, j’avais l’étrange impression qu’il ne me jugerait pas. Je devais bien l’avouer, c’était plutôt incompréhensible lorsque l’on est censé détester la personne en question. Comme quoi, notre relation n’était pas aussi figée que je ne le pensais. « Alors c'est pour ça que tu semblais réticente tout à l'heure, lorsque je t'ai demandé de le faire sans préservatif ? .. Désolé d'ailleurs. » Je répliquai immédiatement suite à ses excuses. Non non, tu n’as pas à t’excuser, arrêtes. C’est moi qui ai fait une connerie la première fois et… tu ne pouvais pas savoir, objectai-je tandis que de grands gestes accompagnaient mes propos – la nervosité, sans doute. J’esquissai par la suite un léger sourire lorsque Kelian posa sa main sur mon bras, afin de me rassurer quelque peu, j’imagine. Je ne connaissais pas ce côté sensible dont il faisait présentement preuve, mais c’était une facette qu’il était agréable de découvrir. Mais je prends la pilule maintenant, le rassurai-je ensuite. Évidemment, à côté de cela, il y avait bien d’autres risques qui se rapportaient non pas à cela, mais plutôt aux maladies sexuellement transmissibles. Cependant, je préférais ne pas y penser ; mieux valait ne pas se créer de problèmes avant même d’en avoir. Par ailleurs, je préférais ne pas m’éterniser sur le sujet, c’était déjà beaucoup pour moi de lui en avoir parlé. Moi aussi je souhaitais en connaître un peu plus sur lui, mais cette situation avait eu le don de l’embarrasser, à en juger par son attitude. Prise de culpabilité, je me ravisai alors. Je ne voulais pas qu’il se sente mal à l’aise par ma faute et, pour la première fois depuis que je côtoyais Kelian, j’avais envie qu’il se sente bien avec moi, en dehors de nos parties de jambes en l’air. A fortiori, je ne souhaitais pas le faire replonger dans certaines périodes de sa vie qui auraient pu être douloureuses pour lui. Toutefois, le jeune homme se lança. « Je ne crois pas que ma vie soit réellement grave si je la compare à la tienne... Menfin. J'ai perdu ma mère lorsque j'avais quatre ans, et mon père n'a pas su prendre soin de ma petite soeur et moi, alors j'ai pris son rôle et j'ai dû me débrouiller seul en tant qu'enfant, puis adolescent. Je me suis rebellé et j'ai commencé à boire beaucoup trop lorsque j'ai eu seize ans. C'était ma manière d'attirer l'attention de mon père et de mon entourage.. mais eum.. » Silencieuse, je l’écoutais simplement. Et subitement, je me sentais stupide. Et dire que moi, mon seul problème avait été de tomber enceinte. Lui, il avait perdu ses parents. Je me mettais à sa place et me demandais bien ce que j’aurais pu faire sans mes parents. Aussi, lorsque Kelian marqua une pause et déposa son regard sur moi, je lui adressai un sourire qui se voulait rassurant. « Cela fait huit ans que l'alcool a une partie intégrale dans ma vie.. J'imagine que c'est mal, mais je n'arrive plus à m'en détacher. Ça a commencé en douceur à l'adolescence, et me voilà aujourd'hui, incapable de démarrer ma journée sans une bonne dose.. Je ne crois pas en dépendre, mais voilà quoi.. » Décidément, il avait traversé des choses très difficiles, et je ne comprenais que trop qu’il se soit réfugié dans l’alcool. Bien sûr il disait ne pas en dépendre. Bien sûr l’alcool n’était jamais une solution. Mais il m’était tout bonnement impossible de le juger. Comment pourrai-je me le permettre ? Oh… c’est tout ce qui sortit de ma bouche. Je fis une légère grimace qui se voulait être un sourire en réalité. J’ignorais quoi faire, quoi dire. Je me sens stupide, avouai-je timidement. Mais… ça peut paraître déplacé compte-tenu de notre relation mais puisque tu as commencé à me parler de tout ça… je suis là, poursuivis-je simplement. Je n’avais pas vraiment réfléchis à mes propos qui étaient sortis tout naturellement. J’avais juste envie qu’il sache que malgré le fait que rien ne nous lie réellement, j’étais prête à l’aider ou même à l’écouter de nouveau s’il le voulait. L’atmosphère était pesante, mais plus de la même manière. Du moins, c’était comme ça que je le ressentais. De mon point de vue, cela m’avait fait du bien de pouvoir en parler à quelqu’un, même à Kelian. Lorsque ce dernier posa de nouveau son regard sur moi, j’eus du mal à m’en détacher, ne sachant que dire. Bien qu’il ne regardait pas ce qu’il faisait, je pouvais voir qu’il était toujours en train de détruire ses pauvres draps, tirant quelques fils qui dépassaient. Je me demande pourquoi tu n’as jamais pensé à prendre une option couture à la fac, plaisantai-je alors, sans trop réfléchir. J’attrapais ensuite sa main, afin qu’il arrête de les détruire davantage. Et arrêtes de martyriser ces pauvres draps, ils ne t’ont rien fait, terminai-je en riant, le regard narquois. C’était une façon pour moi de détendre un peu l’atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Mer 6 Mar - 19:12

Sex is a part of nature and I go along with nature.


Peu importe ce qu'elle disait, n'empêche que je me sentais mal de lui avoir proposer de ne pas nous protéger, même si rien ne pouvait me laisser croire à ce moment-là qu'elle avait déjà vécu une mauvaise expérience relié à ce genre d'erreur dans le passé. Mais bon, je ne m'éternisai pas sur les excuses, sachant bien que nous ne pouvions rien changer de toute façon. C'était fait et rien ne pourrait empêcher une erreur de survenir, bien que j'étais certain qu'il n'y en aurait pas. Quoiqu'il en soit, je dois avouer que je fus soudainement soulagé lorsqu'elle m'assura qu'elle prenait véritablement la pilule. Je n'étais pas du tout prêt à avoir un enfant, et encore moins d'une personne dont je n'étais pas amoureux. Bien sûr, il y avait toujours les risques de maladies. De ce côté-là, j'avais tendance à faire aveuglément confiance à l'autre personne, bien que cela ne m'était pas arrivé très souvent de ne pas mettre de préservatif. En tous les cas, c'était avec une petite-amie et je m'assurais bien sûr que nous soyons testés pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Avec Arleen, c'était sur un coup de tête, alors j'espérais bien pouvoir lui faire confiance. Mais bon, je n'allais quand même pas me mettre à paniquer stupidement. Quoiqu'il en soit, je poursuivis alors en lui racontant une partie de mon histoire, donc la mort de ma mère, l'irresponsabilité de mon père et mon alcoolisme, bien que je n'avouai jamais que c'était devenu un problème quotidien. Je me mentais à moi-même, et à Arleen, sachant parfaitement que je dépendais de l'alcool pour fonctionner "correctement" dans une journée, mais je n'allais quand même pas lui balancer cela si je me cachais à moi-même la vérité. Je levai alors les yeux vers elle lorsqu'elle répondit simplement en affirmant qu'elle se sentait stupide. Levant un sourcil, je ne pus m'empêcher de la dévisager. Je ne comprenais pas où elle voulait en venir avec cette déclaration. Stupide ? Mais pourquoi donc ? Elle m'avait dit l'un de ses secrets, je lui avais dit le mien.. je ne comprenais pas. Si quelqu'un devait se sentir ainsi, ce devait certainement être moi puisque c'était mon idée d'avoir cette discussion qui s'était avérée plus sérieuse que je ne le pensais alors, et spécialement car mon problème était beaucoup moins grave que ce qu'elle avait vécu, selon moi. Un problème d'alcool, ce n'est rien si l'on compare cela à une grossesse surprise et un avortement. Bon, elle ne m'avait pas dit ce dernier fait, mais tout me poussait à croire que c'était ce qu'elle avait traversé. Soit, je n'eus pas le temps de répliquer mes pensées puisqu'elle poursuivit immédiatement. « Mais… ça peut paraître déplacé compte-tenu de notre relation mais puisque tu as commencé à me parler de tout ça… je suis là » Mon regard fixé dans le sien à présent, je ne pouvais m'empêcher de trouver la situation ironique. Nous voilà, deux personnes capables de se détester éternellement, à se raconter nos vies respectives et à se sentir mal pour l'autre. Je n'aurais jamais cru que ça arriverait, mais cela ne me déplaisait pas en y pensant bien. On apprenait à se connaître, ça nous serait peut-être bénéfique. Quoique je me demandais comment on ferait pour en revenir à notre relation purement sexuelle, sans attachement. Car connaître ses problèmes me donnait envie d'être son ami, ou tout simplement être présent pour elle. « Je dois avouer que cela m'étonne, mais j'apprécie beaucoup. Et sache que toi aussi, si jamais tu as besoin, je suis là.. à n'importe quelle heure, ne te gêne pas » J'esquissai alors un petit sourire. Depuis le début de notre conversation, je n'avais pas remarqué que je n'avais cessé de me rabattre sur mes draps pour laisser passer mon malaise. « Je me demande pourquoi tu n’as jamais pensé à prendre une option couture à la fac » À cette phrase, je la regardai une fois de plus, l'air de ne pas comprendre. Avais-je vraiment le style d'un mec qui se met à la couture ? Baissant mon regard, je compris alors où elle voulait en venir. Je ne repoussai pas sa main lorsqu'Arleen tenta de m'empêcher de continuer et rit avec elle, bien content qu'elle fasse en sorte que l'atmosphère soit moins lourde. Souriant à nouveau, je tentai de mettre de côté notre conversation et de revenir à une situation "normale". Sans prévenir, je me mis alors sur celle-ci, la renversant dans mon lit, prenant doucement ses poignets et les retenant de chaque côté de sa tête, mon visage à quelques millimètres du sien. Je n'avais pas vraiment d'arrières-pensées, seulement une envie de rire et de ne plus s'inquiéter du présent ou de l'avenir. « Tu sais, je commence à bien aimer le fait de t'avoir pour moi aujourd'hui, à croire que je deviens fou » Je ris alors, l'embrassai par simple envie, puis me relever, arrêtant par le fait même de l'écraser. Je me rendis à nouveau à la cuisine, ne pouvant décidement plus arrêter de bouger aujourd'hui, puis ouvrit la porte du réfrigérateur. Je regardai alors à l'intérieur et en sortit deux bouteilles de bière forte, en montrant une à la jeune demoiselle qui était toujours assise sur le lit, étant à une bonne distance d'elle. « T'en veux une ? Ça aide à régler les problèmes ce truc-là » dis-je avec un petit sourire. Bon, d'accord, j'avais avoué avoir un quelconque problème d'alcool, mais je n'allais quand même pas changer mes habitudes hein. Avouer n'est pas arrêter, loin de là. La dernière datait de ce matin, et avec tout ce qui s'était produit depuis ce temps, j'avais bien besoin d'un autre remontant. J'attendis alors, ne cessant pas de poser mon regard sur elle pour autant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 8 Mar - 0:34

sex is part of nature and I go along with nature,
Aussi étrange que cela puisse paraître, Kelian avait été une oreille pour mes problèmes et, réciproquement, j’avais été une oreille pour les siens. Ainsi, il m’avait avoué que sa mère était morte, qu’il avait élevé sa petite soeur à la place de son père et qu’il avait petit à petit sombré dans l’alcool. Enfin, cette dernière affirmation, je l’avais plus ou moins conclu par moi-même. L’acceptation d’une telle chose n’était jamais facile, et je comprenais qu’il tourne autour du pot comme il le faisait. En tout cas, s’i était aussi discret sur sa vie que je ne l’étais, j’imaginais que cela avait dû lui faire un tant soit peu de bien de se libérer de ce poids, même à moi. Par ailleurs, ni lui ni moi n’avions eu une vie facile alors c’était une façon de se soutenir moralement dirons-nous. Malgré moi, j’avais envie de l’aider, bien que je sache parfaitement que je n’y pouvais rien, ou presque. Tout ce que je pouvais faire se limitais à des paroles, et j’ignorais si c’était vraiment assez pour supporter tout ce qu’il avait traversé. Toutefois, rester silencieuse n’était sûrement pas la meilleure des solutions non plus. C’est pourquoi, à ma manière, je lui fis comprendre que j’étais là pour lui. D’ailleurs, c’était une situation aussi ironique qu’inattendue. Pourtant, je ressentais le besoin de changer la donne, de bousculer un peu nos (mauvaises) habitudes dans notre (mauvaise) relation. Je devais avouer que son récit m’avait attendri, et le petit côté sensible que j’avais cru apercevoir chez Kelian m’avait touché. C’était étrange d’ailleurs de ressentir ça chez lui, mais c’était le cas. Je ne me posai pas plus de question, attendant que Kelian ne réagisse à mes propos. « Je dois avouer que cela m'étonne, mais j'apprécie beaucoup. Et sache que toi aussi, si jamais tu as besoin, je suis là.. à n'importe quelle heure, ne te gêne pas » Je souriais une nouvelle fois, comme pour confirmer les choses. Je n’avais pas dit cela pour faire joli, ni même pour faire semblant. J’étais juste sincère. Aussi, lorsqu’il m’affirma que c’était réciproque, je fus étonnée mais cela me faisait plaisir au fond. Oui, cela me faisait plaisir qu’il puisse se considérer comme une épaule sur laquelle je pouvais me reposer si j’en avais besoin. C’est vraiment gentil, me contentai-je de répondre pour tout remerciement. J’étais gênée qu’il connaisse une partie importante de ma vie désormais, mais d’un autre côté, cela me soulageait. J’ignorais si je serais capable de retourner vers lui pour me confier un jour, mais le fait même qu’il me le propose m’avait particulièrement touchée. C’était déjà ça. Un énième sourire vint éclairer mon visage ; je ne savais pas comment le remercier d’une autre manière. J’avais par la suite tenté d’apaiser l’atmosphère qui s’était quelque peu alourdie de par notre gêne mutuelle. Après tout, la journée avait trop bien commencé pour qu’on ne la laisse s’échapper sans en profiter. Naturellement, nous nous détendions, et nous mîmes même à rire ensemble. J’appréciais beaucoup la présence de Kelian aujourd’hui, aussi curieux que cela puisse paraître, mais je n’avais pas envie de me poser davantage de questions. « Tu sais, je commence à bien aimer le fait de t'avoir pour moi aujourd'hui, à croire que je deviens fou » Arrêtes de me dire ça, je vais finir par le croire, murmurai-je d’un air narquois avant de laisser échapper un rire. Je lui rendis ensuite son baiser, et, lorsque Kelian se releva du lit, je restai allongée, pivotant tout de même le visage pour le suivre du regard. Je restai silencieuse, contemplant la scène qui se déroulait devant moi : Kelian se dirigea vers le réfrigérateur et en sortit deux bouteilles de bière avant de m’en proposer une. Inévitablement, notre discussion d’il y a quelques minutes me revint en tête. Hm, non merci, refusai-je poliment. Nerveusement, je me raclais la gorge puis me redressai sur le lit. Mais hm… tu ne préfèrerais pas qu’on sorte ? Qu’on aille boire un café quelque part plutôt ? J’appréhendais sa réaction, mais mes propos étaient sortis naturellement, sans que je n’y réfléchisse vraiment. Bien sûr, ce n’était pas mon rôle, et bien sûr je ne voulais pas le braquer contre moi. Mais inconsciemment, j’avais envie d’être là pour l’aider à ma manière. Peut-être que je faisais mal. Je n’étais sûrement pas la personne au monde qui avait le plus de tact, je ne savais effectivement pas comment m’y prendre. Tout ce que je savais, c’est que je préférais qu’il repose cette bouteille là où il l’avait trouvée. ça te dis ? insistai-je timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 8 Mar - 15:25

Sex is a part of nature and I go along with nature.


Plus j'y pensais, et plus je me disais que, au fond, rien n'allait changer entre nous. Oui, nous nous étions confiés quelques trucs que nous n'aurions sans doute même pas dit à nos vrais amis, mais cela ne modifierait pas pour autant notre relation ambigüe. Les seuls sentiments que j'avais pour elle était, maintenant, un peu d'amitié, mais je savais qu'elle allait sans doute m'énerver un jour ou l'autre et que l'on recommencerait à se « détester » pour des raisons stupides. Coucher ensemble et se confier ne faisait pas nécessairement de nous un couple, pas du tout même. Oh, je le savais, j'allais bien trouvé une raison un jour ou l'autre pour qu'il y ait encore un peu de haine entre nous. D'ailleurs, alors que je lui proposais une bière, debout devant le frigo, je haussai les sourcils en la voyant tout d'un coup bien nerveuse. Mais pourquoi donc ? Ce n'était qu'une bière.. je ne voyais pas ce qu'il y avait de mal là-dedans pour qu'elle soit à ce point nerveuse. Elle refusa alors et je haussai les épaules, reposant l'une des bouteilles dans le frigo pour ne garder que la mienne, me disant qu'elle n'avait sans doute pas envie de boire ça en plein jour sans raison particulière. J'en avais envie, point final. « Mais hm… tu ne préfèrerais pas qu’on sorte ? Qu’on aille boire un café quelque part plutôt ? » Je la fixai alors de mes yeux bleus, bien surpris de sa proposition. En prenant cette bouteille, je n'avais pas réellement pensé à ce que je lui avais confié plus tôt. Je ne m'en rendais plus vraiment compte à vrai dire, lorsque cela m'arrivait de trop vouloir boire. J'avais la vague impression qu'elle tentait quelque chose, mais quoi exactement ? Une petite bière, c'est tout inoffensif, alors ça ne devait pas être à cause de cela.. non ? « ça te dis ? » Bon, peut-être qu'elle voulait simplement aller prendre un café, puis elle avait peur que le mien ne soit pas bon. Oui, ça devait être ça. Je gardai donc ma bouteille dans ma main, bien décidé à ne pas m'en séparer maintenant. « Euh.. ouais, pourquoi pas. Laisse-moi boire ça, puis on y va. » Dis-je innocemment avant de revenir près d'elle, ouvrant la bouteille et buvant une bonne gorgée. Moi, facile à vivre ? Pas tellement non. J'étais têtu et bien déterminé à continuer mes habitudes. À vrai dire, c'est cela qui m'arrivait souvent, plus rien ne m'étonnait. Un bon matin, je me levais en me disant qu'aujourd'hui, je ne devais pas boire, puis finissait quand même par me prendre une bière. Ce n'est qu'après que je culpabilisais de mon action, mais je recommençais quand même l'instant d'après. D'ailleurs, je dois avouer que j'adorais voir la tête du gars au supermarché lorsqu'il me voyait acheter toutes ces caisses à chaque début de semaine. Je me souciais toutefois peu de ce que les autres pensaient. Entre acheter des boissons gazeuses ou de la bière, je ne trouvais pas une grande différence. Bref. Je regardai alors la jeune femme, puis ne pu m'empêcher de l'agacer un peu. « Ça va ? On dirait que t'as vu un mort, et à ce que je sache, il n'y en a pas ici » Je souris, buvant à nouveau, me relaxant en posant la tête contre le mur, assis à ses côtés.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Ven 8 Mar - 16:39

sex is part of nature and i go along with nature,
J’avais le don de toujours prendre les choses trop à coeur. Aussi, lorsque Kelian m’avoua à demi-mot être alcoololique, j’avais ressenti l’envie et le besoin de l’aider, bien que ce soit tout sauf mon rôle. En mon for intérieur, j’étais consciente que je n’avais pas à agir de la sorte. Nous n’étions pas grand-chose l’un pour l’autre, et le fait même de nous êtres mutuellement confié nos problèmes ne changeait en rien la donne. Pourtant, je ne pouvais m’empêcher de tenir compte de ce qu’il m’avait dit précédemment lorsqu’il me proposa une bière. Pour ma part, boire une bière à cette heure-ci ne me disait pas grand-chose, simplement. Mais il était sûrement mieux pour Kelian de ne pas en boire non plus. J’hésitai à le lui dire, bien consciente qu’il n’allait sûrement pas aimer mon attitude à son égard, bien que cela parte d’une bonne intention. Timidement, je me risquai à lui proposer de sortir boire un café quelque part. C’était un moyen comme un autre de le forcer à ne pas ouvrir cette bouteille. Je le savais, c’était un peu comme s’immiscer dans sa vie, et je n’avais aucunement le droit de le faire. Cependant, ce qu’il m’avait confié m’avait touché, et je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir de la tendresse à son égard. Ce sentiment allait partir aussi vite qu’il était venu pour sûr, et c’était probablement la raison pour laquelle je me devais de l’aider maintenant. Du moins, à tort ou à raison, je le ressentais ainsi. Le regard interrogateur de Kelian en disait long sur son incompréhension. Il était vrai que j’avais suggéré cette idée tellement spontanément qu’il avait dû en être plutôt surpris. D’ailleurs, je m’étais surprise moi-même. Ceci étant, je préférais cette réactions à une autre ; c’était mieux que s’il l’avait mal pris, ce que je ne souhaitais pas. « Euh.. ouais, pourquoi pas. Laisse-moi boire ça, puis on y va. » Visiblement, mon essai était un échec cuisant. Prise de cours, je ne trouvais quoi répondre, me contentant de lâcher un soupir. Un peu de déception sans doute. « Ça va ? On dirait que t'as vu un mort, et à ce que je sache, il n'y en a pas ici » Je ne lui répondis pas immédiatement, baissant légèrement les yeux. Sa remarque me fit tout de même esquisser un sourire malgré moi, mais je n’ajoutai rien. Arrêtes Kelian, lâchai-je doucement. Tu ne penses pas que ce serait mieux si tu lâchais cette bouteille ? Je me préoccupais de son cas plus que je ne l’aurais imaginé. J’avais peut-être été trop directe cette fois-ci, mais je ne souhaitais pas le regarder s’enfiler des bouteilles de bière toute la sainte journée. C’était là le problème : habituellement, nous nous voyons le soir ou en journée l’histoire d’une heure ou deux, mais ça s’arrêtait là. Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais eu le loisir de passer une journée complète avec lui et, bien que l’idée en elle-même me soit plutôt agréable aujourd’hui, je me refusais à le regarder se bourrer sans rien faire. En temps normal, je n'aurais probablement rien tenté. Il fallait dire que je n'avais jamais vu ça comme un problème. Mais cette fois-ci, c'était un problème autant pour moi que pour lui. J'appréhendais sa réaction, bien sûr, mais après tout, je n'avais rien à me reprocher. Allez viens, on sort, insistai-je avec un léger sourire avant de lui ôter doucement la bouteille des mains et de lui déposer un baiser sur la joue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   Sam 9 Mar - 6:02

Sex is a part of nature and I go along with nature.


À bien y penser, je me trouvais tout de même heureux de ne pas avoir tant de conséquences à cause de toute la boisson que j'avais pu ingurgiter depuis mes seize ans. Certes, au début, ma consommation était « minime », mais tout de même. En fait, cela avait commencé très graduellement. Peu à peu, j'allais de plus en plus dans des fêtes entre amis, ou tout simplement chez des inconnus, et c'était dans ces moments-là que je buvais, exagérant tout le temps jusqu'à me retrouver saoul rapidement. Les soirées avaient fini par augmenter en nombre, se multipliant sans arrêt, mes notes à l'école diminuant drastiquement puisque je n'avais plus le temps pour étudier, sortant sans cesse. À un moment, vers mes dix-huit ans, j'ai tenté de me redresser un peu, et mes notes se sont améliorés puisque je sortais moins, mais l'alcool a commencé à s'introduire dans ma vie courante, et non plus seulement le soir. Un petit verre le matin pour bien débuter la journée, puis celui du midi a apparu avec le temps.. et depuis plusieurs autres ont vu le jour à différentes heures de la journée. Au début, quoique c'est toujours un peu ainsi aujourd'hui, j'avais terriblement honte et je me cachais pour faire tout cela. Je savais bien que boire autant n'était pas normal, alors je tentais de passer inaperçu. Maintenant, je reste discret, mais j'ai eu un élan de « je me fiche bien de ce que les autres peuvent penser ». Ainsi, je bois souvent en me cachant pour le faire le jour, mais lorsque quelqu'un me voit, j'ai un peu moins honte. Sans doute car je suis souvent réchauffé lorsque cela arrive et que l'alcool me retire toute inhibition. Quoiqu'il en soit, j'avais réussi à esquiver la proposition d'Arleen et m'étais permis de boire cette bouteille de bière. « Arrêtes Kelian [...] Tu ne penses pas que ce serait mieux si tu lâchais cette bouteille ? Je la regardai alors l'air ahuri au début, puis je commençai à devenir irrité. Dans la vie, je détestais que quelqu'un décide ce qui était bon pour moi, et encore plus lorsque c'était un « inconnu » qui me le disait. N'ayant pas l'intention de répliquer ni d'arrêter pour autant, je reportai immédiatement la bouteille à mes lèvres. Je fus toutefois stoppé dans mon geste puisqu'elle me la prit doucement des mains, ayant l'air un peu hésitante. « Allez viens, on sort ». Oh non. Je n'avais pas l'intention de bouger, ni de répondre à ses « ordres ». Bon ok, sans doute allais-je finir par lui faire plaisir et la suivre, mais ce n'était pas mon envie pour le moment. Heureusement pour elle, son air doux et son baiser sur ma joue eurent tendance à me calmer un peu car j'allais bien tout lui éclater au visage si je ne me contenais pas. C'était comme privé un poisson de son eau, ça ne se faisait pas ! Je détestais la sensation de me voir interdire ce qui me calmait, j'avais l'impression d'étouffer et que ma vie n'avait plus de sens. Je m'étonnai toutefois en ne lui hurlant pas dessus. Je ne fis que tendre la main vers l'objet de ma dépendance. Je fus surpris de constater qu'elle tremblait un peu. Arleen ne pouvait pas comprendre ce sentiment.. Dans une meilleure comparaison, j'étais un peu comme un nouveau-né qui a faim et à qui on enlève le sein de sa mère sans préavis. J'en avais terriblement besoin pour bien fonctionner, mais je n'allais quand même pas avouer cela à cette jeune femme. Elle en savait déjà beaucoup trop. « Donne-moi ça, je t'en prie.. On sortira ensuite, peu importe, je ferai tout ce que tu veux, mais il me le faut à tout prix.. » Bon, peut-être pas finalement, puisque je venais de lui dévoiler mon besoin irrépressible d'alcool. J'avais dis cela sans y penser, mais je reposai alors ma main pour cacher les tremblements. La honte, je commençais à la ressentir à nouveau. Pour être prêt à lui proposer de faire n'importe quoi, c'était bien sûr car je le voulais véritablement. Je me levai alors brusquement, faisant les cent pas dans la chambre. Qu'est-ce que j'aurais donné pour retourner dans le passé, sous la douche avec elle, où nous n'avions pas à nous préoccuper de trucs importants. Je soupirai alors et mis mes deux mains dans mes cheveux totalement ébouriffés. « Tu dois me trouver pathétique.. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}   

Revenir en haut Aller en bas
 

#1648 - Sex is a part of nature. I go along with nature. || Arleen & Kelian {Hot}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONE LAST KISS. :: Logements Magnolia Street.-